Colloque – De retour de la guerre. Femmes, Autochtones et minorités ethniques : regards croisés

81e du Congrès de l’Acfas

De retour de la guerre. Femmes, Autochtones et minorités ethniques : regards croisés

Responsable(s)
Brieg CAPITAINE UQO – Université du Québec en Outaouais, Thibault MARTIN UQO – Université du Québec en Outaouais
Description

Comment l’armée en tant qu’expérience sociale colore-t-elle les épreuves qui jalonnent le retour à la vie civile des militaires? Du point de vue historique et contemporain, notre intérêt se portera en particulier sur des groupes minoritaires au sein de l’armée, mais occupant, depuis quelques années, une place importante dans l’historiographie militaire.

Ce colloque portera sur le retour à la vie civile de groupes minoritaires au sein de l’armée (femmes, Autochtones et minorités ethniques). Nous explorerons ce thème des points de vue historique et contemporain. Alors que les périodes de post-conflits sont de manière générale le théâtre d’une unité nationale retrouvée (Bucaille, 2006), la participation des minorités ethniques ou des Autochtones à l’effort de guerre, au Canada, est longtemps demeurée inavouée (Macfarlane, 2006). Par exemple, les témoignages des vétérans autochtones engagés dans les grands conflits mondiaux du 20e siècle mettent l’accent sur l’expérience de l’égalité et l’absence de distinction ethnique à l’intérieur de l’armée. Or, au retour de l’armée et de la guerre, les vétérans autochtones firent face à de nombreuses discriminations. Le retour au Canada cimenta ainsi leur conscience d’appartenir à une minorité dont l’horizon commun était la domination et de la discrimination; la guerre jouant le rôle d’« agent d’autochtonisation » (Martin, 2009). D’un point de vue contemporain, la fin de la conscription transforme l’armée en tant qu’institution sociale. Celle-ci tend aujourd’hui, au Canada, à être, non plus au service de la nation, mais à l’image de celle-ci. La multiplication, par exemple des programmes pour enrôler au sein des forces armées des membres des minorités témoigne de ce processus de rapprochement entre l’armée et la société canadienne. De quelle manière agissent les « nouveaux » vétérans après avoir fait l’expérience d’une armée qui valorise la diversité et reconnaît désormais les individus comme porteurs d’une identité collective?

Le retour à la vie civile ne se pose pas qu’en termes d’acteurs historique ou politique, individuel ou collectif. Le problème de la déstructuration, de la destruction et de la violence auxquelles ont été confrontés les militaires pèsent sur le retour à la vie civile et sur la capacité des individus à affronter les épreuves de la société qu’ils ont quittée parfois pendant de nombreuses années. L’abondance des travaux de psychiatrie sur les traumatismes de guerre en témoigne (Crocq, 1999). L’expérience du retour à la vie civile des anciens combattants ou des vétérans demeure relativement méconnue si ce n’est au travers des représentations médiatiques de jeunes vétérans meurtris physiquement, en détresse psychique ou de héros de guerre commémorant le souvenir de leurs camarades. Pour le dire autrement, les figures de la victime ou du héros s’imposent et révèlent en creux les enjeux de la construction d’un récit national.

Mardi 7 Mai 2013

14 h 00 – 15 h 35
Le travail des sociétés
Communications orales
Présidence/animation : Brieg CAPITAINE UQO – Université du Québec en Outaouais
Bâtiment – Local : Pavillon Charles-de Koninck – 2209
14 h 00
Mot de bienvenue
14 h 05
Magali DELEUZE Collège militaire royal du Canada

Les difficultés des lendemains de guerre : perspective historique

Le 11 septembre 2001 et la guerre en Irak ont contribué à relancer, chez les historiens, la thématique des lendemains de guerre. Plusieurs colloques et publications ont ainsi enrichi les recherches concernant, notamment, les difficultés inhérentes aux lendemains de guerre. Nous présenterons une synthèse des travaux sur la question et analyserons les permanences historiques qui placent la compréhension des après-guerres au cœur de la multidisciplinarité. Si la reconstruction matérielle, étatique et psychologique est au centre des difficultés des lendemains de guerre contemporains, les historiens ont analysé plusieurs autres thématiques «transchronologiques» qui constituent des problèmes majeurs et souvent mal compris lors des lendemains de guerre. Ainsi, l’illusion de l’historicité et l’imaginaire des lendemains qui chantent, la perte d’un statut reconnu comme soldat, le processus de destruction des communautés et de modernisation forcée, sont autant de conséquences qui interfèrent depuis longtemps dans la recomposition des sociétés après les guerres.
14 h 25
Martin LABERGE UQO – Université du Québec en Outaouais

« Qui était Mohamed, le petit tirailleur d’Ouargla? » – Les soldats « indigènes » dans le discours des anciens combattants français, 1919-1939

Ainsi s’exprimait, en 1923, un ancien combattant français à propos d’un soldat colonial qu’il côtoya durant la Grande Guerre.  Présents, avec les autres troupes françaises, en Europe, ils furent plus de 360 000 soldats issus du domaine colonial français à servir en Europe entre 1914 et 1918.  De ce nombre, près de 75 000 sont morts ou ont disparus.
À la fin de la guerre, le discours des anciens combattants se structure autour de la construction d’une expérience commune vécue, par les soldats issus de la métropole comme ceux des colonies, dans les tranchées de la Grande Guerre.  Dès lors, dès le début des années vingt, à l’heure des bilans, apparaît la volonté d’intégrer l’expérience des troupes « indigènes » dans le discours de ces anciens combattants métropolitains. Cette présentation, par l’analyse des journaux des différentes associations d’anciens combattants qui émergent après la Grande Guerre, a pour objectif de comprendre l’évolution de la place, du rôle et du statut accordés aux soldats issus des colonies par les vétérans français durant les années vingt et trente.

14 h 45
Thibault MARTIN UQO – Université du Québec en Outaouais

De l’identité des droits à la distinction : la participations des autochtones aux guerres modernes

Au total, 12 000 soldats autochtones participèrent aux deux guerres mondiales et à la guerre de Corée. Les études ont mis en lumière le traitement inéquitable subi par les vétérans autochtones une fois démobilisés : refus de leur accorder les mêmes avantages que ceux dont bénéficiaient les autres vétérans, réduction et parfois détournement des allocations versées aux dépendants des soldats. Ce traitement différencié fit prendre conscience aux vétérans des Premières Nations que le Canada ne voyait pas en eux des égaux, mais des mineurs. Ce constat fut d’autant plus décevant que sur le champ de bataille ils avaient fait l’expérience de l’égalité démocratique. Cette déception incita plusieurs vétérans autochtones à initier des mouvements de revendications politiques par lesquels ils réclamaient l’égalité des droits et des chances. C’est ainsi qu’ils créèrent les premières « ligues » autochtones d’où allaient naître les grandes organisations autochtones pancanadiennes que l’on connait aujourd’hui. Toutefois, depuis la fin des années 1970, les leaders autochtones ne réclament plus l’égalité « républicaine », mais réclament plutôt l’égalité dans la différence des statuts et des droits, notamment collectifs. L’objectif de cette communication est de comprendre le rôle que jouèrent les vétérans autochtones dans l’émergence de ces nouvelles revendications.

15 h 05
Période de questions
15 h 35
Pause
15 h 45 – 16 h 45
Regards sur l’identité
Communications orales
Présidence/animation : Martin LABERGE UQO – Université du Québec en Outaouais
Bâtiment – Local : Pavillon Charles-de Koninck – 2209
15 h 45
Stéphanie BÉLANGER Collège militaire royal du Canada

Reconstruction identitaire après l’Afghanistan : témoignages d’une ancienne combattante

La collection de témoignages de militaires ayant été déployés outre-mer permet une analyse du discours qui dévoile, mot à mot, la construction d’une identité guerrière, depuis sa genèse et son développement, à travers l’endoctrinement jusqu’à son questionnement après de multiples expositions aux armes de combat, suivies, à chaque fois, par une retour à la maison souvent difficile, incluant une reconstruction d’une identité fragilisée mais capable d’entreprendre une montée en puissance en vue d’une nouvelle opération.
L’analyse du discours faite à partir de l’expérience de 100 membres des Forces canadiennes qui ont été interviewés après leur déploiement en Afghanistan tend à démontrer que l’identité du soldat, et l’impact du déploiement sur la réhabilitation et le retour à la montée en puissance, sont souvent liés au bien-être.
Bien qu’inscrite dans le contexte d’une étude de 100 témoignages, cette proposition étudie deux témoignages de la même femme déployée en Afghanistan; la première entrevue a eu lieu avant son disagnostique du syndrome post-traumatique et la seconde, après. Cette communication vise à explorer quels facteurs influencent la manière dont un corps rompu et une âme brisée parviennent à reconstruire leur identité guerrière dans le contexte actuel de la culture guerrière masculine. Ultimement, cette recherche vise à élargir le champ de questionnement sur les minorités et leur rapport identitaire dans une structure organisationnelle et nationale forte et homogène.

16 h 05
Brieg CAPITAINE UQO – Université du Québec en Outaouais

Être vétéran et autochtone : une vue du Québec
Si le fait de s’être engagé dans l’armée constitue pour les Autochtones de l’ouest du Canada une forme d’affirmation de soi en vertu des traités signés de nation à nation, qu’en est-il pour les vétérans autochtones au Québec ? Les histoires de vie collectées montrent que leur engagement demeure parfois mal compris lorsqu’ils reviennent dans leur communauté. Cette communication s’interrogera sur les raisons de ces difficultés à partir de témoignages récents.

16 h 25
Période de questions
17 h 00 – 18 h 00
Table ronde
Table ronde/atelier
Présidence/animation : Thibault MARTIN UQO – Université du Québec en Outaouais
Participant(s): Stéphanie BÉLANGER Collège militaire royal du Canada, Jacques KURTNESS UQAC – Université du Québec à Chicoutimi, Luc O’BOMSAWIN Aboriginal Veterans Autochtones
Bâtiment – Local : Pavillon Charles-de Koninck – 2209

Idle No More – Dialogue avec Edmond Etherington

L’amicale autochtone de l’Université du Québec en Outaouais et la Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire organisent une discussion avec Edmond Etherington autour du mouvement Idle No More.
Nous reproduisons ici le texte d’invitation de l’amicale autochtone de l’UQO.
« Nous aimerions maintenant vous inviter tous à participer à l’événement qui aura lieu mercredi prochain (c’est-à-dire demain) à partir de 11h30 à la cafétéria de l’UQO (Pavillon Alexandre-Taché). Nous recevrons Edmond Etherington, un proche de la chef Theresa Spence, qui viendra nous parler de ses expériences ainsi que du mouvement Idle No More. Il y aura aussi d’autres invités (supporter d’Idle No More) qui viendront chanter et danser à l’UQO. La discussion se tiendra en anglais, nous offrirons la traduction au besoin.
En espérant vous voir en grand nombre,
Roxanne Dupont »

« Idle No More ! » Un mouvement populaire autochtone au Canada

À l’occasion de l’arrêt de la grève de la faim de la chef Theresa Spence, Brieg Capitaine, membre de l’équipe de recherche du projet « Mémoires combattantes » analyse le mouvement populaire autochtone Idle No More qui depuis le mois de décembre cherche à s’affirmer comme un acteur de la sphère civile canadienne. Le mouvement est historique dans la mesure où il transcende, l’appartenance ethnique à telle ou telle nation.  Ce mouvement populaire affirme l’existence des peuples autochtones en tant qu’acteur de la société civile canadienne et porte des enjeux moraux et subjectifs. La musique, la danse et les chants traditionnels sont des formes d’expression centrale du mouvement populaire qui rappellent les mouvements d’expérience décrits par Kevin McDonald (2006).

Nous menons actuellement une recherche pour comprendre la place et l’influence des vétérans à l’intérieur de ce mouvement.

Lien vers l’entrevue :

http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2013/CBOF/LemondeselonMathieu201301241616.asx

Brieg Capitaine (UQO et CADIS)

Les Amérindiens du Québec et la Dominion Police, 1880-1920

Sawaya Jean-Pierre (2012), Au nom de la loi, je vous arrête ! Les Amérindiens du Québec et la Dominion Police, 1880-1920, Québec : Septentrion, 198 p.

La participation des Autochtones aux grands conflits armés du XXe siècle fait l’objet depuis les années 2000 d’une attention croissante de la part des historiens et des pouvoirs publics canadiens. Si les forces de l’ordre en milieu autochtone intéressent de plus en plus les sociologues et les politologues, les enquêtes se focalisent principalement sur la période postérieure à la politique de 1991 visant la prise en charge par les Autochtones du maintien de l’ordre au sein des communautés et sont envisagées à travers le prisme de la gouvernance (Noreau, 2011). À notre connaissance, aucune recherche historique sur les prémisses de la participation des Amérindiens du Québec au maintien de l’ordre dans les réserves autochtones n’avait encore été effectuée. Nous tenons donc à souligner d’emblée l’originalité de la recherche entreprise par Jean-Pierre Sawaya. Ce livre éclaire ainsi l’histoire autochtone à partir d’une institution méconnue en matière de recherche autochtone. Toutefois, l’approche privilégiée par l’auteur soulève un certain nombre de questions non résolues.

L’organisation de la force de police créée en 1880 pour maintenir l’ordre et la paix dans les communautés autochtones, ses valeurs, son pouvoir, ses ressources et ses carences forment l’objet de ce livre. Entre 1880 et 1920, le ministère de l’Intérieur et celui de la Justice du Canada mettent au service du département des Affaires Indiennes un corps de policier calqué sur le modèle de la Dominion police. Une quarantaine d’individus d’origine autochtone et canadienne sont recrutés et ont pour tâche de faire respecter sur les réserves la Loi sur les Indiens et plus précisément l’interdiction de vendre et de consommer de l’alcool. L’ouvrage est richement documenté et illustré par des photos, des tableaux et des reproductions de documents officiels qui rendent sa lecture agréable et didactique. Il est divisé en sept chapitres.

La lutte contre le trafic d’alcool et sa consommation légitime à cette époque la création d’une force de l’ordre (chapitre 1) localement implantée dans les réserves. Les nombreuses correspondances entre les missionnaires, les chefs de bande et le pouvoir fédéral collectés par l’auteur rendent compte des déviances associées à l’alcool et montrent surtout comment les « bons Sauvages », lorsqu’ils consomment de l’alcool, régressent, du point de vue des autorités politiques et religieuses, à l’état de « sauvages » tout court ce qui concoure à la destruction des liens sociaux et communautaires. Déléguer le maintien de l’ordre dans les réserves aux Amérindiens est également une manière pour les autorités d’implanter subtilement leur pouvoir au sein des réserves avec l’aide des Autochtones eux-mêmes (Chapitre 2). L’auteur montre ainsi que l’emploi de constables amérindiens permet aux membres des communautés de se familiariser avec les institutions judiciaires, ses acteurs et les normes de la société dominante. Cette politique s’explique également par des raisons économiques et pratiques. En effet, la main-d’œuvre locale coûte moins cher en matière de logement et de transport. Le fait que ces constables ne fassent pas partie de la force fédérale permet également au département de fixer une rémunération bien inférieure à celle des policiers canadiens (1$ per diem contre 1,50$ sans compter l’absence d’avancement, de primes de départ, de paiement des heures supplémentaires, etc.). Le recrutement de constables d’origine autochtone est préféré, mais le faible nombre de candidats répondant aux critères de la Dominion Police contraint le ministère à recruter des Canadiens. Dans ce cas, les sources montrent que les Métis constituent une main d’œuvre appréciée compte tenu de leur ancrage local et de leur connaissance du milieu autochtone. Les critères de recrutement sont physiques (taille, âge…), mais également moraux (sobriété, honnêteté, bonne moralité…). Vétéran de la Première Guerre mondiale, le capitaine Louis-Philippe-Ormond Picard d’origine huronne est, par exemple, naturellement recommandé par un missionnaire et un agent du département des affaires indiennes (chapitre 3). Du fait, de la proximité culturelle entre les institutions militaire et policière, on peut se poser la question de savoir pourquoi d’autres vétérans n’ont pas été recrutés ? L’auteur recense dans ce chapitre 40 individus (23 autochtones et 17 canadiens). Les constables ne reçoivent aucune formation spécifique contrairement aux policiers fédéraux. Ils prêtent serment d’allégeance et sont soumis à une période de probation. Le constable reste sous la responsabilité de l’agent des affaires indiennes et le ministère leur fournit un équipement individuel identique à celui de la police. Toutefois, dans certains cas, l’équipement peut être à la charge du constable. Ce dernier prend généralement ses quartiers au conseil de bande. Munis d’un uniforme identique à celui de la police, les constables amérindiens ou canadiens patrouillent, enquêtent parfois en dehors des limites de la réserve et ont pour tâche d’arrêter les contrevenants (chapitre 4). Leur tâche est néanmoins risquée. Les correspondances font ainsi état de menaces et de pressions dont font l’objet les constables trop zélés. Sous ces pressions certains préfèrent quitter leur fonction. L’auteur ne dit rien en revanche de la perception de la population à l’égard des constables autochtones ou canadiens. Le ministère de la Justice à certaines occasions fait appel à des forces complémentaires, mais ces opérations pèsent lourdement sur le budget du département (chapitre 5). L’éthique et la déontologie sont centrales pour le pouvoir fédéral qui joue, à travers ces constables, son image dans les réserves (chapitre 6). Si le zèle est bienvenu, les abus ne sont pas tolérés. L’emploi de la force doit être légitime et aucun conflit d’intérêts n’est accepté. Or, ceux-ci semblent fréquents entre les constables autochtones et les conseils de bande. L’organisation de cette force de police possède ainsi certaines carences qui  peuvent expliquer pourquoi en 1920 cette politique prend fin (chapitre 7).

Ce livre stimulant et passionnant possède néanmoins des limites dues principalement au manque de témoignages oraux des constables eux-mêmes et des Amérindiens qui composent avec leur présence. En effet, cet ouvrage privilégie une approche en terme d’organisation sociale au détriment des rapports sociaux et interculturels à l’œuvre en son sein d’une part et entre les constables et la population qu’elle police d’autre part. Au terme de l’ouvrage et malgré la conclusion qui ouvre vers d’autres recherches, le lecteur se pose une multitude de questions non résolues concernant notamment la perception de ces constables par les Amérindiens. Comment ceux-ci travaillant sous la supervision de l’agent des affaires indiennes sont-ils perçus ? Y a-t-il une différence de perception entre les constables d’origine autochtone et ceux d’origine canadienne ? Nous savons dans le cas des vétérans autochtones du Québec qu’ils sont marginalisés dans certaines communautés, car ils ont porté allégeance à la Reine. Certes, la liste des constables fournie par l’auteur au chapitre 3 et en annexe permet au lecteur d’effectuer un travail de comparaison, mais aucune distinction analytique n’est opérée par l’auteur. Un examen, par le lecteur, des mesures du département pour augmenter les salaires montre que celles-ci concernent principalement les constables canadiens et non les Amérindiens. Dans le cas des plaintes émises par la population à l’égard des constables, la distinction ethnique n’apparaît pas opérante, car les griefs touchent aussi bien les constables autochtones que ceux d’origine canadienne. Il aurait été intéressant d’envisager l’émergence de cette force de police en intégrant la dimension interculturelle ou tout du moins de mentionner en quoi elle est non justifiée.

La seconde remarque porte sur le rôle de cette force de police dans le processus d’assimilation à l’œuvre à l’époque. La couverture de cet ouvrage montre Élie Wawanolett, un Abénaquis de St-François, assis, en uniforme de police, coiffé d’une casquette sombre surmonté de l’insigne de police. Son visage est fermé, la matraque en bois empoignée à chaque extrémité repose sur ses genoux repliés. Il porte une chemise blanche et une cravate. Il est impossible à la vue de ce cliché de ne pas faire un rapprochement avec la propagande du département des affaires indiennes qui pour montrer son efficacité à socialiser les jeunes autochtones scolarisés dans les pensionnats les faisait poser en habit de ville immaculé. Il aurait été donc intéressant d’évaluer le poids cette force de police en tant qu’instance de socialisation et d’assimilation. Mais comme le souligne à juste titre Jean-Pierre Sawaya en conclusion, les recherches autour de cette force de police n’en sont qu’à leur début. Nous suivrons donc avec grand intérêt les recherches à venir en augurant qu’elles donneront une place plus importante aux rapports sociaux.

Références :

Noreau Pierre (dir.) (2010) Gouvernance autochtone : reconfiguration d’un avenir collectif, Thémis : Montréal.

Brieg Capitaine
UQO et CADIS (EHESS – CNRS)

Aboriginal Veterans Autochtones. Les associations de vétérans autochtones au Canada (1)

Nous nous proposons ici de présenter les différentes associations de vétérans autochtones au Canada et également de décrire la structuration et les enjeux de l’une d’entre elles, Aboriginal Veterans Autochtones (AVA).

De manière générale, les organisations de vétérans ont pour mission de négocier, d’obtenir des services auprès du ministère de la Défense ou du ministère des anciens Combattants et d’informer les anciens combattants et les vétérans des programmes offerts par le gouvernement ainsi que de les aider dans leurs démarches. En effet, résidant dans des communautés souvent éloignées des centres urbains, de nombreux vétérans n’ont pas accès aux informations ou aux services dont ils ont droit.

Il existe une multiplicité d’associations de vétérans autochtones. Celles-ci relèvent tantôt de l’identité collective des personnes qu’elles défendent (Indien avec ou sans statut, Métis, etc.), mais parfois les traversent comme c’est le cas pour AVA.

Au sens qu’en donne la Loi constitutionnelle du Canada de 1982, l’identité d’Autochtone regroupe les Inuits, les Premières Nations et les Métis. Les Inuits ne disposent pas d’association propre. Les Métis sont représentés par deux conseils distincts : le Metis National Council et le Metis Nation of Canada. La première organisation est reconnue par le gouvernement du Canada et non la seconde. Le Metis National Council possède des divisions provinciales à l’intérieur desquelles les vétérans métis sont représentés. Les vétérans métis n’ont pas d’instance spécifique au sein de Metis Nation of Canada. Néanmoins, l’organisation nationale a signé le 27 janvier 2012 un protocole d’entente avec l’association Canadian Aboriginal Veterans and Surving Members Association (CAVSMA). Nous parlerons plus loin de cette association.

C’est au niveau des Premières Nations que les vétérans sont le mieux représentés. Deux organisations promeuvent de manière générale les droits des Premières Nations au niveau du gouvernement fédéral. Comme pour le Metis National Council et le Metis Nation of Canada, le Congrès des Peuples Autochtones (CPA) et l’Assemblée des Premières Nations (APN) n’ont pas la même reconnaissance gouvernementale. L’APN est reconnue par le gouvernement et défend les droits des membres des Premières Nations qui sont inscrits au titre de la Loi sur les Indiens et qui vivent « sur réserve ». Le CPA a pour principale mission de promouvoir les droits encore non reconnus des Autochtones vivant hors réserve et ne possédant pas ou ayant perdu leur statut d’Autochtone. Les vétérans sont défendus au sein de l’APN par l’organisation First Nations Veterans of Canada. Les vétérans sont reconnus au sein de l’assemblée au même titre que les femmes, les jeunes et les aînés. Le CPA ne semble pas posséder de structure particulière pour la défense des vétérans.

Aboriginal Veterans Autochtones (AVA) est une association fondée en 2012 après à la dissolution de National Aboriginal Veterans Association (NAVA) suite à une querelle juridique sur les droits liés au nom de l’association. NAVA s’est donc scindée en deux associations différentes : Aboriginal Veterans Autochtones et Canadian Aboriginal Veterans and Surving Members Association dont on a parlé plus haut.

AVA est une association indépendante des grandes organisations autochtones. Elle a néanmoins signé plusieurs ententes avec différentes organisations dans le but selon l’un de ses leaders d’échanger des informations et ainsi informer le plus de vétérans possible des droits dont ils disposent et des démarches qu’ils peuvent entreprendre. La figure plus bas montre les relations que l’association entretient avec les organisations autochtones qu’elles représentent les Métis ou les Premières Nations.

L’association compte environ 150 membres et fonctionne de manière décentralisée dans la mesure où chaque association provinciale (Ontario et Québec pour le moment) fait remonter les doléances de ses membres qui sont ensuite portées par le président national devant le gouvernement fédéral. Selon les leaders de l’association, cette forme d’organisation a pour principal intérêt de maximiser le poids de chacun. « Ce qui importe pour le gouvernement c’est le nombre ». En se regroupant ainsi à un niveau national, les demandes des vétérans autochtones du Québec s’ajoutent à celles des vétérans de l’Ontario et inversement.

L’auteur remercie chaleureusement Mr. John Jewitt, Directeur d’AVA Ontario pour ces précieux renseignements.

Nous publierons bientôt un entretien mené auprès d’un des leaders de l’association.

Conesa Pierre (2011) La fabrication de l’ennemi, Paris : Robert Laffont.

Conesa Pierre (2011) La fabrication de l’ennemi. Ou comment tuer avec sa conscience pour soi, Paris : Robert Laffont. Préface de Michel Wieviorka.

Cet essai présente un intérêt par son regard singulier sur la stratégie militaire. À contrepied des discours sur l’état du monde et des écoles de relations internationales, Pierre Conesa analyse la guerre dans une perspective anthropologique au sens large. L’auteur — qui a été directeur de la Délégation des affaires stratégiques du ministère de la Défense en France ! — propose de considérer les risques ou les menaces dont font état les strategists non comme des réalités objectives, mais comme des constructions sociales, comme une « mythologie ».

L’ouvrage, s’il reste dans le domaine de la stratégie militaire, a le mérite de déconstruire le discours stratégique en insufflant une dimension humaine et subjective aux conflits armés. À ce titre, il constitue, si l’on peut dire, le chainon manquant entre les manuels de stratégie recourant abondamment à la géopolitique mondiale et aux prédictions que déconstruit Pierre Conesa et les sciences sociales qui s’opposent à une vision stratégique de la guerre et dont l’intérêt réside principalement dans ses conséquences sur les individus (Scarry, 1985).

L’ouvrage se divise en trois grandes parties inégales. La première montre en quoi la construction sociale de l’ennemi est essentielle à la politique et à l’unité nationale. La seconde partie est consacrée à une typologie des ennemis et illustrée par de nombreux exemples. Enfin, la troisième partie s’interroge sur la capacité des régimes politiques à survivre sans ennemi principalement lorsque les conflits ont pris fin.

L’auteur s’appuie explicitement sur la thèse de Carl Schmitt pour qui la guerre est le fondement même de la politique et de l’existence de la nation. En effet, dans un mouvement dialectique, Schmitt considère que pour exister, une entité politique doit se doter d’un ennemi et le combattre. Si l’ennemi est une construction sociale, celui-ci par une série d’opérations menées par des acteurs se matérialise, rend inéluctable la guerre et légitime indirectement le pouvoir politique. L’unité nationale est ainsi  confortée. L’auteur déconstruit les processus par lesquels les acteurs, ce qu’il appelle les « marqueurs d’ennemis » (strategists, agence de renseignement, think tanks et autres « mythologistes »), rendent réelles des émotions collectives qui relèvent d’une vision faussée et mythologique de l’histoire. Il écrit que « l’adhésion de l’opinion est devenue un facteur essentiel de la mobilisation guerrière. Des acteurs sociaux vont, par leurs écrits ou leurs discours et par les mythologies qu’ils vont créer, donner consistance à ces émotions collectives en parlant à l’opinion » (p. 87-88). Dans ces discours qui se veulent scientifiques, la vision d’un monde à l’image d’un grand échiquier s’impose.

Dans la seconde partie qui constitue le cœur du livre, Pierre Conesa propose une typologie des différents ennemis qui composent les discours des marqueurs d’ennemi légitimant ainsi le recours à la force. Il en identifie neuf : l’ennemi proche, le rival planétaire, l’ennemi intime, l’occupé, l’ennemi caché, l’ennemi absolu, l’ennemi intérieur, l’ennemi conceptuel et l’ennemi médiatique. Nous ne développerons pas ce qui recouvre ces différentes figures, car elles n’intéressent pas directement notre projet avec les vétérans.

En revanche, la dernière partie est intéressante. Comment maintenir l’unité nationale lorsque l’on n’a point d’ennemi ou lorsque le conflit est terminé ? Cette question est tout à fait pertinente dans le cas par exemple du Canada dont les actions militaires relèvent en grande des actions du maintien de la paix. L’auteur montre par quels moyens les régimes politiques dans les périodes de post-conflits ont entrepris de « déconstruire l’ennemi ». À travers les commissions vérité et justice par exemple, l’oubli ou le pardon, Pierre Conesa se distancie de la perspective schmittienne en montrant comment les États peuvent se construire, certes non sans problème, dans le consensus. L’exemple de l’Union européenne est à ce titre tout à fait exemplaire.

La perspective intégrative et fonctionnaliste de l’auteur est aisément critiquable du point de vue sociologique, car à l’instar de la pensée stratégique dominante, l’auteur perpétue l’image d’une armée comme « un combattant solitaire ou une machine » (McSorley, 2013, p. 3). En outre, il ne sort pas du paradoxe même de la guerre qui réside dans le fait que « the central fact of war is injuring and the central goal of war is to out-injure the opponent, the fact of injuring tends to be absent from strategic and political descriptions of war » (Scarry, 1985, p. 12).

Néanmoins, cet ouvrage, dont l’auteur a une réelle légitimité dans le champ militaire, replace les sciences sociales et en particulier la sociologie dans l’analyse stratégique militaire. Il légitime ainsi les autres travaux sociologiques ou anthropologiques dont la place est marginale dans la pensée militaire. À ce titre, il mérite d’être salué.

 

Bibliographie :

McSorley Kevin (2013) « War and the Body », dans McSorley Kevin (dir.) War and the Body, New York :  Routledge, pp. 1-31.

Scarry Elaine (1985) The Body in Pain: The Making and the Unmaking of the World, Oxford : Oxford University Press.

 
Brieg Capitaine
Université du Québec en Outaouais
CADIS (EHESS-CNRS)

Appel à communications – De retour de la guerre. Femmes, Autochtones et minorités ethniques : regards croisés

7 mai 2013

Date limite 25 janvier 2013

Université Laval, Québec (QC)

 

Ce colloque portera sur le retour à la vie civile de groupes minoritaires au sein de l’armée (femmes, Autochtones et minorités ethniques) des points de vue historique et contemporain. Alors que les périodes de post-conflits sont de manière générale le théâtre d’une unité nationale retrouvée (Bucaille, 2006), la participation des minorités ethniques ou des Autochtones à l’effort de guerre, au Canada, est longtemps demeurée inavouée (Macfarlane et Moses, 2006). Par exemple, les témoignages des vétérans autochtones engagés dans les grands conflits mondiaux du XXe siècle mettent l’accent sur l’expérience de l’égalité et l’absence de distinction ethnique à l’intérieur de l’armée. Or, au retour de l’armée et de la guerre, les vétérans autochtones firent face à de nombreuses discriminations. Le retour au Canada cimenta ainsi leur conscience d’appartenir à une minorité dont l’horizon commun était la domination et de la discrimination; la guerre jouant le rôle d’« agent d’autochtonisation » (Martin, 2009). D’un point de vue contemporain, la fin de la conscription transforme l’armée en tant qu’institution sociale. Celle-ci tend aujourd’hui, au Canada, à être, non plus au service de la nation, mais à l’image de celle-ci. La multiplication, par exemple des programmes pour enrôler au sein des forces armées des membres des minorités témoigne de ce processus de rapprochement entre l’armée et la société canadienne. De quelle manière agissent les « nouveaux » vétérans après avoir fait l’expérience d’une armée qui valorise la diversité et reconnaît désormais les individus comme porteurs d’une identité collective ?

Le retour à la vie civile ne se pose pas qu’en termes d’acteurs historique ou politique, individuel ou collectif. Le problème de la déstructuration, de la destruction et de la violence auxquelles ont été confrontés les militaires pèsent sur le retour à la vie civile et sur la capacité des individus à affronter les épreuves de la société qu’ils ont quittée parfois pendant de nombreuses années. L’abondance des travaux de psychiatrie sur les traumatismes de guerre en témoigne (Crocq, 1999). L’expérience du retour à la vie civile des anciens combattants ou des vétérans demeure relativement méconnue si ce n’est au travers des représentations médiatiques de jeunes vétérans meurtris physiquement, en détresse psychique ou de héros de guerre commémorant le souvenir de leurs camarades. Pour le dire autrement, les figures de la victime ou du héros s’imposent et révèlent en creux les enjeux de la construction d’un récit national. Afin d’explorer ces enjeux, ce colloque s’organisera selon deux axes distincts.

Axe 1 : L’expérience sociale de l’armée et l’épreuve du retour

Quels rapports les vétérans entretiennent-ils désormais avec les institutions sociales desquelles leur mission ou la garnison les a tenus éloignés ? Comment après avoir fait l’expérience sociale de l’institution militaire et de la guerre construisent-ils leur identité personnelle, leur identité collective et appréhendent-ils l’Autre ? Nous privilégierons dans cet axe, les contributions qui mettent l’accent d’une part sur la manière dont l’expérience de l’armée colore et influence les épreuves (Martuccelli, 2006) auxquelles sont confrontées les vétérans au retour de la guerre et d’autre part sur la reconstruction identitaire des individus (Wieviorka, 2005). Les femmes, les Autochtones ou les minorités ethniques font-ils face à des épreuves singulières ?

Axe 2 : La place des vétérans dans l’historiographie militaire et le récit national

On s’interrogera ici de manière plus large sur la place qu’occupent ces vétérans minoritaires dans l’armée dans l’historiographie militaire et la construction de la mémoire collective. En quoi la participation de ces groupes aux grands conflits mondiaux du XXe siècle leur a-t-elle permis de sortir de l’invisibilité ou d’acquérir un nouveau statut social ? Au Canada par exemple, quels sont les enjeux qui entourent la reconnaissance de ces groupes dans l’histoire militaire ? L’intérêt pour la place des femmes, des Autochtones ou des minorités ethniques éclairent ainsi les mutations de l’institution militaire dont la fonction n’est plus d’être au service de la nation, mais à l’image de celle-ci (Winslow, 2003). Cette reconnaissance des vétérans permet-elle pour autant la reconnaissance plus large des groupes auxquels ils appartiennent ?

Le retour à la vie civile dans les périodes de post-conflits a fait l’objet de nombreuses recherches tant sur le point historique que contemporain, mais au Québec, il demeure un objet mal connu. À ce titre, on pourra s’interroger sur les rapports que les minorités nationales entretiennent avec leurs vétérans. La question des Autochtones nous intéressera particulièrement dans la mesure où s’ils constituent une population minoritaire au sein de l’armée le nombre d’engagés volontaires fut et est bien plus nombreux comparativement à la population canadienne toutes proportions gardées.

La proposition comportera un titre (180 signes espaces compris), un résumé de 1500 signes (espaces compris) et cinq mots-clefs au maximum. Veuillez également indiquer votre prénom, nom, statut, affiliation, courriel et coordonnées.

Les critères d’évaluation porteront sur la qualité de la réflexion scientifique proposée; la pertinence scientifique et/ou sociale du sujet présenté.

Appel à communications (.pdf)

Responsables du programme

Brieg Capitaine Ph.D.
Chercheur postdoctoral
Chercheur associé au CADIS (EHESS-CNRS)
Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire
Département des sciences sociales 
Université du Québec en Outaouais 
briegc@ehess.fr
(1) 819 595 3900 (2051)
 
Thibault Martin Ph.D.,
Professeur et Titulaire,
Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire 
Département des sciences sociales 
Université du Québec en Outaouais
Thibault.martin@uqo.ca
(1) 819 595 3900 (2210)
 

Merci d’envoyer vos propositions à Brieg Capitaine (briegc@ehess.fr) avant le 25 janvier. Un courriel de confirmation de réception vous sera envoyé, mentionnant les dates de réponse du comité d’évaluation. 

Bibliographie :

Bucaille L. (2006), « Introduction. Récits de l’après-conflit », Revue internationale des sciences sociales, vol. 3, n° 189, p. 459-466.

Crocq L. (1999), Les traumatismes psychiques de guerre, Paris : Odile Jacob.

Macfarlane J. et J. Moses (2005) « Le son d’un autre tambour : la culture autochtone et les forces armées canadiennes, 1939-2002 », Revue militaire canadienne, n° 2, p. 25-32.

Martin T. (2009) « L’expérience d’Eddy Weetaltuk dans le contexte de la participation des Autochtones aux guerres canadiennes » dans Weetaltuk E., E9-422. Un nuit de la toundra à la guerre de Corée, Paris : Carnet Nord, 2009. p. 331-384.

Martuccelli D. (2006) Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris : Armand Colin.

Wieviorka M. (2005) « Les problèmes de la reconstruction identitaire », Le Coq-Héron, n° 180, p. 122-131.

Winslow D. (2003) « La société canadienne et son armée de terre », Revue militaire canadienne, hiver 2003-2004, p. 11-24.

Les anciens combattants de la guerre d’Algérie : Entretien avec Claude Juin

Claude Juin a été l’un de ces deux millions jeunes appelés du contingent affectés au « maintien de l’ordre » en Algérie entre 1955 et 1962. Au retour de ce qui ne fut pas que de simples « événements », mais une véritable guerre pendant laquelle une part non négligeable de ces jeunes gens tombèrent dans la violence, il s’engage pour la paix en Algérie et publie Le gâchis à partir de notes prises à chaud pendant sa mobilisation. L’ouvrage fut distribué sous le manteau et interdit de réédition. L’écriture et le témoignage furent pour Claude Juin un combat contre ce mensonge d’État et pour faire vivre la démocratie dans ce qu’elle a de plus essentiel : la liberté d’expression.

Dans cet entretien, Claude Juin fidèle à la démarche de son livre rend compte de ses propres recherches, mais livre également son expérience de soldat et d’ancien combattant engagé pour l’indépendance de l’Algérie. Docteur en sociologie de l’EHESS, il cherche aujourd’hui à partir d’une démarche compréhensive à briser le silence qui entoure encore aujourd’hui les exactions commises en Algérie.

Ce billet s’inscrit dans le projet de recherche qui vise, de manière générale à mettre en évidence les formes d’engagement des anciens combattants de retour à la vie civile. J’ai choisi ici de découper l’entretien d’une durée d’une heure trente en séquences reprenant les différents thèmes abordés.

I. Du Gâchis à la thèse

Claude Juin revient ici sur son engagement après la guerre d’Algérie et sur ce qui l’a amené à débuter, plus de quarante-cinq ans après la publication de son récit Le gâchis, une thèse de doctorat sur ce qu’il appelle ces « jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable ».

II. Questionnement et méthodologie

Comment se fait-il que malgré la reconnaissance officielle du conflit algérien comme guerre en 1999, un silence ténu continue d’entourer le déploiement de plus 400 000 jeunes hommes ? Comment de jeunes gens ordinaires qui effectuent leur service militaire en viennent-ils à commettre des violences extrêmes ? Ce double questionnement a structuré le travail de recherche de Claude Juin, mais trouve sa source dans son expérience de la guerre ainsi que son engagement dans les mouvements de décolonisation. Il revient dans cette séquence sur ces questionnements et sur les sources qu’il a mobilisées pour effectuer son travail de recherche.

III. « Mon écriture à été un combat »

Au sortir de la guerre d’Algérie et fortement influencés par les récits des rescapés de la Shoah, les témoins occupent une place désormais essentielle dans les luttes politiques pour les droits humains. Claude Juin revient dans cette séquence sur les répertoires d’action des mouvements des années 1960 pour l’indépendance de l’Algérie. Il rappelle toutefois qu’ils ne furent qu’une minorité à s’engager au retour de la guerre. Le silence et la tentative d’oublier cette défaite furent plutôt la norme pour les majorités des jeunes de retour au pays.

IV. La place des jeunes du contingent dans les mouvements d’indépendance

Les jeunes hommes qui s’opposèrent à la torture et qui s’engagèrent en faveur de l’indépendance ne furent qu’une minorité. Ils témoignèrent et militèrent dans des organisations de jeunesse ou des mouvements politiques souvent fortement structurés. Quelle fut leur place à l’intérieur de ces mouvements ? Quelle influence ont-ils eue sur la structuration de ces mouvements ?

V. Les forces militaires en Algérie : un désordre en ordre

Les notes de Claude Juin mettent en évidence le désordre qui pouvait régner dans les cantonnements alors même que l’armée est traditionnellement perçue comme une institution où l’ordre règne. Ce « désordre en ordre » nuance Claude Juin a-t-il été un cadre favorable à l’éclosion de la violence et de la cruauté ?

VI. Il faut crever l’abcès qui entoure le silence

Une démocratie peut-elle vivre dans l’opacité d’une partie de son histoire ? Claude Juin rappelle quel fut l’enjeu du témoignage au retour de la guerre et l’enjeu qui entoure aujourd’hui son travail de recherche autour de la mémoire des jeunes soldats du Djebel.

VII. « Laissons le bourreau parmi nous »

Le bourreau peut-il être considéré comme une victime ? Cette philosophie arendtienne considérant le bourreau comme un être humain ordinaire, responsable et donc semblable à la victime rappelle Claude Juin ne peut être que le seul véritable moyen de reconstruire une démocratie vivante et conforme aux droits humains dont elle tire ses fondements.

Entretien mené par Brieg Capitaine le 18 juin 2012

Crédit photo : John-aïves, Mémorial. À Paris au pied du Mémorial National de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie.

Claude Juin, Des soldats tortionnaires. Guerre d’Algérie : des jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable

Claude Juin, Des soldats tortionnaires. Guerre d’Algérie : des jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable, Paris : Robert Laffont, 2012, 363 p.

Comment de jeunes gens appelés sous les drapeaux — qualifiés d’« ordinaires » par l’auteur — sont-ils devenus des soldats tortionnaires ? Avant d’être un témoignage sur la cruauté dont a pu faire preuve l’armée française pendant « les évènements d’Algérie », l’ouvrage de Claude Juin, adapté d’une thèse de doctorat soutenue à l’EHESS en 2011, pose une question sociologique importante. Non seulement l’auteur explore les ressorts de la violence extrême peu analysée par les sociologues, mais il éclaire l’expérience sociale qu’ont vécue plus d’un million et demi d’hommes alors âgés d’à peine vingt ans, d’une génération face à l’intolérable.

L’ouvrage de Claude Juin s’appuie d’une part sur les notes à chaud de l’auteur lui-même, sur ses propres observations de la vie au cantonnement et d’autre part sur des témoignages d’anciens combattants interrogés par l’auteur ou extraits d’archives. Le lecteur circule ainsi en permanence entre le regard porté sur les autres et sur soi, entre objectivité et subjectivité. Cette position méthodologique peut surprendre, voire agacera très certainement, certains orthodoxes de l’analyse sociologique. Elle sert pourtant brillamment l’analyse dans la mesure où elle attire l’attention du lecteur sur le statut du témoignage, de l’écriture comme forme de reconstruction de soi. Elle informe également par un effet de miroir sur le passage à la violence qui semble s’imposer à mesure que disparait cette capacité de regard sur soi. L’ouvrage est divisé en trois parties.

Pour comprendre les actes de tortures, les vols et autres malversations qui ont été commis par ces jeunes soldats pendant le conflit armé, l’auteur précise d’emblée que ceux-ci furent mobilisés non pas pour faire la guerre, mais pour mener sur le territoire algérien une « mission de pacification » — le terme de guerre ne fut reconnu officiellement qu’en 1999. Cette euphémisation langagière informe sur l’idéologie coloniale et impérialiste qui, malgré l’importance accordée aux droits humains, prévaut au sortir de la Seconde Guerre mondiale. L’Algérie est alors considérée comme un département français à part entière. Lorsque la rébellion éclate, les éléments de langage mobilisés par la classe politique et les médias en général renvoient au champ sémantique policier et non militaire. Les expressions telles que « maintien de l’ordre » ou « pacification » traduisent le souci de la sécurité intérieure et non de la politique étrangère. Les jeunes appelés plongèrent ainsi dans le paradoxe d’un univers colonial où les intérêts de la patrie s’opposaient aux droits de l’homme et au principe d’autodétermination des peuples rappelé pourtant par Pierre Mendès France en 1954 alors même que des bateaux emplis de soldats — déclarés bon pour le service après trois jours de formation — traversaient la Méditerranée. Les nombreux témoignages sur lesquels s’appuie l’auteur rendent compte de la confusion qui frappait les jeunes appelés dès leur arrivée à Alger. La nervosité des soldats présents, grenades à la ceinture, la traversée d’Alger sur les fusils mitrailleurs braqués sur les civils entraient en dissonance avec la représentation de ce que devait être leur mission de pacification. L’auteur, à travers les témoignages, montre comment la figure, alors dominante de l’Arabe, se fissure, comment les questionnements sur l’histoire se font plus forts, comment les incertitudes et les doutes s’immiscent dans la conscience des désormais soldats du Djebel. Ceux-ci mesurent les inégalités de la population algérienne, les exactions commises par leurs aînés, le racisme des colons, mais perdent aussi leurs premiers « copains » tués en opération. Dès l’arrivée au cantonnement, les appelés font l’expérience du racisme, de l’arbitraire. Le froid, la peur, l’ennui, l’envie de vengeance finissent de fissurer les consciences et marquent l’avènement du désordre. Étourdis par cette plongée soudaine dans la guerre meurtrière de nombreux jeunes s’abandonnèrent au discours de la cellule d’action psychologique de l’armée ou à l’arbitraire de leur commandement. « Il n’appartenait pas au jeune soldat de démêler les paradoxes de l’action militaire et du pouvoir d’État. Sinon il perdait le sens de sa mission » note l’auteur (p. 298) qui rend compte dans cette première partie des effets d’une structure, des discours sur une génération de jeunes alors en pleine construction de soi.

La durée de mobilisation des soldats repoussée tous les deux mois achève d’instaurer une mauvaise ambiance générale. Les descriptions faîtes par l’auteur sont bien éloignées de la franche camaraderie qui se dégage parfois des clichés de campagne militaire. L’ambiance « cannette de bière », les bagarres, les souleries, l’arbitraire des ordres et la désobéissance décrites dans l’ouvrage tranchent avec l’idée de l’armée comme corps solidaire, unifiée ou l’ordre se résume à la stricte correspondance du statut et du rôle. L’auteur qui instille plutôt le sentiment d’entrer dans un univers étrange, fait d’émotions, de rancœur et de pulsions meurtrières donne à penser l’institution militaire, plongée dans le mensonge de la « pacification », comme un lieu de déstructuration, de destruction progressive de la conscience des jeunes à mesure que se prolonge leur expérience du conflit. Les témoignages d’anciens combattants ou les lettres envoyés en métropole se succèdent et décrivent tous le « sale boulot » de soldat ou la « corvée de bois » qui désignait les exécutions sommaires d’Algériens soupçonnés d’appartenir au FLN.

Une minorité rapporta par des lettres les exactions commises par leurs camarades, d’autres, de retour en métropole dénoncèrent publiquement la torture. Ils furent sans cesse censurés, certains furent arrêtés. L’histoire officielle ne pouvait s’accommoder de tels actes. Tous furent accusés d’être des ennemis de la patrie. Les mouvements de jeunesse s’appuyant sur certains témoignages tentèrent d’informer les jeunes qui partaient au combat. Toutefois, ces organisations furent souvent incapables d’entendre la voix de ces jeunes hommes brisés par l’expérience de la guerre. L’Algérie française et l’idéologie coloniale restèrent, selon l’auteur, la norme de l’époque et le prisme central de l’analyse du conflit. L’exemple de Bernard un jeune homme ordinaire en métropole et devenu véritable bourreau à la ferme Moll est à ce titre particulièrement illustratif. Néanmoins, le lecteur ne trouvera pas d’explication causale univoque sur les ressorts de la violence. Parfois au risque de se perdre, l’auteur privilégie la circulation entre le monde des institutions et celui des individus.

La troisième partie se penche sur le retour de la guerre et plus particulièrement sur la place de la mémoire dans l’engagement ou le silence de cette jeunesse une fois démobilisée. Certains témoignent, écrivent, parlent pour rendre compte de leur expérience et ainsi rétablir la vérité historique face à l’hypocrisie du pouvoir politique. Mais ils ne furent qu’une minorité. Claude Juin qui milita au sein de ces mouvements note que ceux qui ont brisé le silence, qui ont témoigné des violences observées ou qui parfois s’y sont violemment opposés sur le terrain « avaient acquis une conscience sociale et politique plus élaborée que la plupart des autres jeunes [Ils avaient conscience] du sens de la lutte engagée par les combattants algériens » (p. 70). Le militantisme apparut ainsi comme une forme d’engagement dans un collectif, comme un moyen de refouler l’isolement dont semblait souffrir les anciens soldats du djebel prisonniers de leur mémoire. Il s’agissait également selon l’auteur de donner un sens à sa vie, de rechercher la certitude du combat idéologique contre la colonisation après avoir été aussi durement questionné dans son rapport au politique ou à l’histoire.

Ils ne furent qu’une minorité à suivre cette voie, car ce qui caractérise plutôt le retour de la guerre est le silence. Pourquoi la plupart des jeunes démobilisés choisirent-ils de se taire ? « Pourtant, on aurait voulu être entendus, mais ce n’était pas possible. On se moquait plutôt de nous, ceux qui avaient fait l’Algérie » (p. 281) raconte un vétéran. Officiellement, il n’y avait pas eu de guerre. Ils n’étaient donc pas des anciens combattants aux yeux de la société française. Abandonnés par l’histoire nationale, ils ne trouvèrent aucune écoute auprès de la société. Le silence des anciens fut également entretenu par eux-mêmes. Ils cherchèrent à retrouver leur place et firent semblant d’oublier après avoir été acteurs ou témoins de la cruauté humaine. Cette position dominante nuisit à l’engagement des anciens qui militaient dans les mouvements. Elle participa à reléguer leur action à la marge de la société et à légitimer une forme de censure. L’oubli pourtant ne favorisa ni la reconstruction d’une démocratie juste et respectueuse des droits humains, ni la compréhension par les anciens du djebel des raisons qui avaient pu leur faire commettre ces violences extrêmes.

Aujourd’hui, les anciens d’Algérie parlent et témoignent. Mais les mémoires se libèrent dans la souffrance et illustrent la difficile et lente reconstruction identitaire. L’auteur de manière très fine restitue l’atmosphère et le contenu des témoignages qu’il a récoltés récemment auprès d’anciens tortionnaires : « La voix est hésitante, les mots sont comme une délivrance d’un vilain songe » (p. 279). Bernard raconte : « J’ai fini par parler, mais ce jour-là, je n’ai fait que pleurer parce que les images revenaient » (p. 230). « J’ai hésité longtemps, mais ça suffit ce silence. Dire les choses aidera peut-être les jeunes générations à réfléchir à la question de la haine et de la guerre. Et puis de toute façon, j’ai besoin que ça sorte, car je me sens un salaud. C’est un soulagement pour moi de pouvoir dire tout cela » (p. 230-231) témoigne André.

Les pouvoirs spéciaux, la pacification ont institutionnalisé la violence, ont formaté l’esprit des jeunes dont le racisme et la haine de l’autre légitimèrent les exactions. À première vue, l’ouvrage de Claude Juin peut choquer certains anciens soldats qui ont conservé le silence ou apparaître par ses révélations comme sensationnalisme. Il constitue néanmoins un travail de sociologie clinique remarquable pour toute cette génération de jeunes appelés sous les drapeaux. Les logiques coloniales implacables, l’idéologie impérialiste, les mensonges du pouvoir politique, l’absence de préparation, le désordre, l’arbitraire, la faiblesse du commandement expliquent comment ces jeunes livrés à eux-mêmes se sont transformés en bourreaux. Claude Juin montre alors comment l’écriture ou le témoignage est une voie féconde dans les processus de reconstruction d’une démocratie qui a bafoué au nom de ses intérêts particuliers, les valeurs de justice sur lesquelles elle repose. Cet ouvrage se pose ainsi au-delà du débat sur les lois mémorielles qui enflamment la scène postcoloniale en France. La reconnaissance officielle de la guerre d’Algérie, du statut d’ancien combattant et de manière plus générale des souffrances post-traumatiques dont peuvent souffrir les soldats apparaissent ainsi comme autant d’avancées sociales et culturelles consécutives à ce mouvement de libération des mémoires de ces jeunes hommes simples témoins ou protagonistes de l’intolérable.

Brieg Capitaine

CADIS (CNRS-EHESS)

Littérature francophone de guerre et de combat au Canada – Appel à communication

Cercle-réseau international de chercheurs en Études francophones inter-multidisciplinaires (C-RICEFM)

Nous reproduisons ici l’appel à communication du Cercle-réseau international de chercheurs en Études francophones inter-multidisciplinaires avec l’aimable autorisation de Lélia Young PhD

Appel à communication

 

JOURNÉE D’ÉTUDE

Littérature francophone de guerre et de combat au Canada

VENDREDI 22 MARS 2013
LE C-RICEFM
Au Collège militaire royal du Canada
Kingston, Ontario

Le C-RICEFM tiendra une journée d’étude en partenariat avec le Collège militaire royal du Canada sur la problématique de la littérature de guerre et de combat.

Bref résumé : L’objectif de cette journée d’étude est d’entreprendre une réflexion sur la littérature de guerre et de combat et sur la place qu’elle occupe et qu’elle occupa dans la vie culturelle franco-canadienne.

Journée d’étude organisée par Lélia Young (directrice du C-RICEFM, Université York) et Jocelyne Le Ber (responsable du satellite du C-RICEFM au Collège militaire royal du Canada)Cette réunion de chercheurs et chercheures traitera de la dialectique de la guerre et du combat dans l’expression poétique/la littérature francophone du Canada (radio, cinéma, roman, le théâtre et la poésie, etc.)

Thématique : Études de la littérature de combat en diachronie et/ou en synchronie. Perspectives littéraires et approches inter ou  pluridisciplinaires (linguistique, histoire, anthropologie, sociopolitique, études de la guerre, sociologie, psychologie, etc.)

La journée d’étude s’articulera autour des axes suivants :
  1.   La littérature de combat du Canada français
2.   Le cinéma canadien et la Seconde Guerre mondiale
3.   La critique de la guerre.
4.   Radio-roman de guerre (1939-1945)
5.   Téléromans québécois et guerre
6.   Identité et littérature
7.   La poésie comme instrument de révolution
8.   Acte de création littéraire et transformation
9.   Oligarchie et création poétique
10.   Seconde Guerre mondiale et écrits de soldats canadiens

français
11.   Les deux solitudes : entre conscription de 1917 et Seconde

Guerre Mondiale au Québec.
Les propositions de communications devront nous parvenir avant le 1er octobre 2012 sous la forme d’un titre et d’un résumé anonyme d’une page (250 mots suivis d’une bibliographie sommaire), accompagnés, en pièce jointe (document à part) des coordonnées (nom, institution, courriel, adresse postale, numéro de téléphone). Les propositions sont à adresser, sous forme électronique à :
Lélia Young, lyoung@yorku.ca et Jocelyne Le Ber,jocelyne.le.ber@rmc.ca

Canadian Indians and the First World War

Timothy C. Winegard, 2012, For King and Kanata. Canadian Indians and the First World War, Winnipeg : University of Manitoba Press, 240 p.

Timothy C. Winegard vient de publier aux presses de l’université du Manitoba un ouvrage d’histoire militaire traitant une fois de plus de la participation des Autochtones à la Première Guerre mondiale. Néanmoins, cet ouvrage adopte une perspective originale dans la mesure où l’engagement des Autochtones dans cette guerre est analysé en tant qu’il participe à transformer les relations entre les différentes institutions et organisations en charge des Autochtones. L’auteur met ainsi en évidence les tensions et les dynamiques institutionnelles consécutives à la volonté des Autochtones de s’engager dans ce premier conflit mondial. Nous reproduisons ici la quatrième de couverture et la table des matières disponibles sur le site University of Manitoba Press. Nous ferons, dans un prochain billet, un compte-rendu critique détaillé de cet ouvrage qui s’inscrit dans notre démarche compréhensive de recherche.

Quatrième de couverture :

The first comprehensive history of the Aboriginal First World War experience on the battlefield and the home front.

When the call to arms was heard at the outbreak of the First World War, Canada’s First Nations pledged their men and money to the Crown to honour their long-standing tradition of forming military alliances with Europeans during times of war, and as a means of resisting cultural assimilation and attaining equality through shared service and sacrifice. Initially, the Canadian government rejected these offers based on the belief that status Indians were unsuited to modern, civilized warfare. But in 1915, Britain intervened and demanded Canada actively recruit Indian soldiers to meet the incessant need for manpower. Thus began the complicated relationships between the Imperial Colonial and War Offices, the Department of Indian Affairs, and the Ministry of Militia that would affect every aspect of the war experience for Canada’s Aboriginal soldiers.

In his groundbreaking new book, For King and Kanata, Timothy C. Winegard reveals how national and international forces directly influenced the more than 4,000 status Indians who voluntarily served in the Canadian Expeditionary Force between 1914 and 1919—a per capita percentage equal to that of Euro-Canadians—and how subsequent administrative policies profoundly affected their experiences at home, on the battlefield, and as returning veterans.

Table des matières :

Introduction

Ch 1: Indians and the Settler-State Experience

Ch 2: The Image of the Indian

Ch 3: Modern Warfare and the Noble Savage

Ch 4: The Privileges of Civilized Warfare: 1914

Ch 5: In the Interest of the Indians: 1915–1916

Ch 6: All the King’s Men: 1917–1918

Ch 7: Indian Soldiers

Ch 8: On the Home Front

Ch 9: Peace and Prejudice

Conclusion

Epilogue

Eddy Weetaltuk : histoire d’un témoignage

Par Thibault Martin

Dans un article publié dans Nunatsiaq News, Thibault Martin revient sur les épreuves vécues par Eddy Weetaltuk pour publier sa biographie et nous invite par là à saisir le statut d’un tel ouvrage dans les études autochtones.

En 1974, Eddy Weetaltuk, après avoir passé 15 ans dans l’armée canadienne, retourne dans sa communauté de Kuujjuarapik et décide d’écrire le récit de ses « aventures à travers le vaste monde ». En quelques mois, il rédige un manuscrit de près de 200 pages qu’il fait parvenir au Musée de l’Homme (aujourd’hui le Musée des Civilisations) en leur demandant de le publier. Malheureusement, sa demande resta lettre morte. Ce n’est que 30 ans plus tard que le manuscrit refera surface, et Eddy reprendra son projet de publication avec l’objectif d’en faire, selon ses propres mots, « le premier best-seller Inuit ». Il voulait ainsi démontrer aux jeunes Inuit que l’éducation est importante et que, grâce à elle, un Inuit peut devenir qui il veut et peut même connaître la célébrité, s’il le souhaite. C’est pourquoi il voulait que son livre soit publié dans plusieurs langues. C’est la version française qui est parue en premier, car un éditeur parisien a voulu relever le défi et a décidé de faire connaître le récit d’Eddy Weetaltuk au grand public. Pour l’instant les éditeurs anglophones se sont montrés plus frileux mais quoi qu’il en soit, la version anglaise sera elle aussi bientôt publiée.

Le manuscrit d’Eddy Weetaltuk est un document hors de l’ordinaire, d’abord parce que c’est: l’histoire d’un des premiers Inuit canadiens qui soit allé à la guerre, mais aussi parce qu’il avait décidé par lui-même et sans être sollicité par un anthropologue d’écrire, aussi tôt qu’en 1974, un livre. C’est d’ailleurs sans doute parce que le texte n’a pas été écrit pour répondre à des questions anthropologiques ou dans le but de transmettre la tradition qu’il est très différent des publications inuites que nous sommes habitués à lire. En fait, il s’agit d’un texte unique qui dépasse largement le simple exercice autobiographique mais s’apparente plutôt à une œuvre littéraire. C’et le récit de la quête d’un homme qui veut se forger son propre destin et qui, une fois au bout de sa course, jette un regard introspectif autant sur lui-même que sur le monde qu’il a parcouru. C’est un regard sans concession mais qui n’est pas non plus un réquisitoire contre l’Occident. C’est plutôt le questionnement d’un homme qui cherche à donner un sens à la vie, à comprendre ce qu’il a vécu : les horreurs de la guerre, tout comme le bonheur que procure l’amour.

« My name is Weetaltuk. Eddy Weetaltuk. My Eskimo’s tag number is E9-422. » Ainsi commence le récit d’un homme qui va parcourir le monde pour échapper à sa condition de colonisé et pour être libre, comme les Blancs, d’aller à la rencontre des autres cultures. Pour cela, il va cacher son identité, car au temps de la jeunesse d’Eddy Weetaltuk, les Inuit n’étaient pas uniquement réduits à l’état de numéro; leur liberté de mouvement était elle aussi limitée. Afin de pouvoir se lancer à la poursuite de son rêve, Eddy Weetaltuk s’inventera un nouveau nom, se procurera de faux papiers d’identité, troquera son matricule d’Inuit pour un matricule de l’armée canadienne, et cachera pendant près de vingt ans ses origines Inuit. Cette vie « empruntée » fut pour Eddy le prix à payer pour être libre. Mais cette liberté aura aussi été lourde de conséquences, Eddy ne pourra revoir son père avant qu’il ne meurt, ne pourra épouser l’Amour de sa vie. Mais surtout, il aura le sentiment, en vivant comme un Blanc, de trahir ses origines. Lorsqu’il réalisera qu’il était en train de se perdre lui-même, Eddy Weetaltuk, décidera de retourner parmi les siens où il entreprendra un nouveau voyage, un voyage qui le conduira à remonter le court de sa propre vie. Bien que porteur d’un message, le texte n’est pas ardu, au contraire, il est léger, plein d’humour, les personnages y sont intenses, attachants et dépeints avec une telle finesse qu’on a l’impression qu’on pourrait les reconnaître si on les rencontrait. Ce texte est une véritable œuvre de création littéraire. Comme toutes les grandes œuvres, elle porte à la réflexion mais celle-ci n’étouffe pas le récit.

En 1974, Eddy Weetaltuk, petit fils du célèbre George Weetaltuk, savait qu’il avait écrit un texte important, malheureusement personne dans le monde anthropologique et littéraire n’y a cru. En ce sens, Eddy Weetaltuk partagea le sort de bien des écrivains en avance sur leur temps, mais j’en suis convaincu, la postérité saura lui rendre hommage. Eddy Weetaltuk est décédé le 2 mars 2005, quelques jours seulement après que la version finale fut terminée.

Une guerre peut en cacher une autre

Ce texte est une version écourtée et légèrement remaniée de la conclusion que Thibault Martin a écrite pour l’ouvrage d’Eddy Weetaltuk EA-422. Un Inuit, de la toundra à la guerre de Corée publié cher Carnets Nord en 2009.

Lorsqu’Eddy Weetaltuk, soldat de première classe récemment retourné à la vie civile, décidait plein d’enthousiasme, un soir de 1967, de coucher sur le papier ses souvenirs de guerre, il ne pouvait pas se douter que son manuscrit prendrait plus de trente ans avant d’être publié. Le texte de deux cent pages qu’Eddy Weetaltuk, sans doute le premier Inuit à avoir combattu sous le drapeau canadien, livrait était emprunt du désir de faire prendre conscience aux Canadiens que les Autochtones avaient, eux aussi, contribués aux efforts de guerre du pays. La démarche d’Eddy Weetaltuk était en soi unique puisque dans les années 1960 très peu d’Inuit s’étaient jusque là abandonnés à cet exercice d’écriture introspectif. De plus, le témoignage qu’il livrait constitue un des premiers regards anthropologiques d’un Autochtone sur l’occident ou selon l’expression consacrée sur le monde des « Blancs ». Malheureusement, ce récit, personne n’a voulu le publier. En ce sens, Eddy Weetaltuk partagea le sort de bien des écrivains en avance sur leur temps.

Ce désintérêt pour le témoignage qu’Eddy Weetaltuk livrait ne peut être attribué à un simple concours de circonstance mais reflète plutôt l’indifférence qui a longtemps et continue encore parfois à exister chez les institutions canadiennes peu enclines à entendre ce que les Autochtones ont à dire au sujet de leur expérience au sein de notre société. Le décès d’Eddy Weetaltuk, survenu le 2 mars 2005 avant que la publication de son récit n’ait eu lieu, pourrait-être vu comme l’ultime et triste conclusion d’un combat perdu d’avance. Pourtant, celui-ci ne le voyait pas ainsi. Il nous a au contraire quittés avec la conviction que son livre – sur le point d’être finalisé – allait finalement permettre aux jeunes générations de « Blancs » mais aussi d’Inuit de prendre conscience du rôle important joué par les Autochtones dans la construction de l’histoire du Canada. Tout comme Eddy Weetaltuk n’avait jamais eu le sentiment que sa vie était contrôlée par des forces extérieures son texte n’est pas un récit de victime mais bien plutôt l’œuvre d’un homme qui avait choisi, pour le meilleur et pour le pire, de vivre à l’intersection entre le monde des Inuit et celui des « Blancs ». Certes, il avait conscience du poids de l’histoire coloniale et savait que les possibles qui s’offrent aux Autochtones sont moins nombreux que ceux des autres Canadiens mais au lieu d’y voir une fatalité il y voyait une raison de plus de s’exprimer à haute voix.

Grâce à sa détermination et à celle de ses proches qui prirent le relais une fois celui-ci décédé, l’autobiographie d’Eddy Weetaltuk finira par paraître. C’est ainsi qu’à la suite d’une série de hasards dont je ne pourrais raconter le déroulement ici, j’ai été emmené à accompagner Eddy Weetaltuk dans la finalisation de son récit. Les nombreuses discussions que j’ai eues avec lui, durant ce processus, m’ont permis de réaliser que sa participation à la guerre avait joué un rôle important dans la construction de son identité. Il m’est aussi apparu qu’elle avait contribué de façon significative à orienter la compréhension qu’il avait de son statut d’Autochtone et l’avait emmené à cerner davantage la nature de la relation qui lie les Autochtones aux autres Canadiens. Après son décès, j’ai voulu savoir si son expérience de soldat et les conséquences qu’elle avait eu sur la construction de sa personnalité était singulière ou reflétait celles d’autres Autochtones. J’ai ainsi entamé des recherches et j’ai très vite réalisé qu’il existait peu de travaux concernant l’impact de la guerre sur la construction identitaire des Inuit, des Métis et des membres Premières Nations du Canada. Certes, plusieurs travaux historiques relatent de façon exhaustive et rigoureuse les événements, les circonstances ainsi que les conséquences socioéconomiques que les guerres, dans lesquelles le Canada a été impliqué, ont eues sur les Autochtones. Toutefois, ces publications ne s’intéressent que peu au rôle que celles-ci ont joué dans le processus de construction de l’identité collective des sociétés autochtones. Mon projet est de poser, ici, les jalons d’une telle analyse.

À la suite de mes recherches j’en suis arrivé à la conclusion, que la guerre a participé de deux manières à ce processus. Tout d’abord parce que c’est durant ou à la suite des guerres que l’État canadien a accéléré la mise en place de mesures économiques et juridiques qui contribuèrent à la minorisation des Autochtones, c’est-à-dire à leur réduction à l’état de mineur et de minorité. Ensuite, la participation de ces derniers à la guerre leur a permis de prendre conscience du traitement inégal dont ils étaient l’objet. Cela donna naissance à un mouvement pancanadien de revendications politiques qui est à l’origine du discours actuel qui instaure l’Autochtone, tout statut confondu, en tant que catégorie sociale objectivable et antinomique à celle de l’« Eurocanadien ». Nous parlons ici d’autochtonisation pour refléter ce double processus à l’œuvre; le premier de mise en place par l’État des conditions spécifiques minorisant les Autochtones, le second d’auto-identification des Autochtones du Canada à une condition commune et sui generis distincte de celle des autres Canadiens.

Construction et instrumentalisation de l’histoire de la guerre

Dans un effort de réconciliation nationale, les historiens des institutions fédérales (ministère des Affaires indiennes et du nord canadien, ministère des Anciens combattants et ministère de la Défense nationale) ont produit au cours des vingt dernières années des recherches relativement exhaustives qui mettent en évidence la contribution importante des Autochtones aux efforts de guerre du Canada. Ces travaux qui ont d’abord pour objet la construction de l’identité nationale tentent de redonner aux Métis, aux membres des Premières Nations et aux Inuit une place dans cette histoire. Toutefois, le processus d’écriture et de réécriture du passé n’est pas neutre; l’histoire que l’État canadien élabore, notamment grâce aux historiens de ses ministères, est une véritable épopée, une ode à la contribution unique du Canada au projet occidental de construction d’un monde plus juste. Dans ce récit, le Canada est présenté comme une nation diverse mais se dirigeant collectivement et avec conviction vers un avenir brillant où égalité, démocratie, justice, paix, fraternité et liberté de commerce sont autant d’étoiles qui brillent au firmament du drapeau national, telles des médailles méritées au champ d’honneur.

Toutefois, cette idéalisation de soi nécessite de se réconcilier avec son passé; l’écriture de l’histoire qui permet d’éroder de la mémoire collective, tout en les avouant, les exactions antérieures, devient l’instrument de cette réconciliation. Dans cette perspective le Canada doit effacer de son ardoise historique le traitement inéquitable fait aux Autochtones : spoliation des terres, déplacements de population, stérilisation de femmes autochtones, mise en adoption forcée de milliers d’enfants, instauration de pensionnats destinés à les acculturer (Steckley et Cummins 2003). Afin d’assumer cet héritage l’État s’est engagé, depuis une vingtaine d’année, à reconnaître les erreurs passées et s’est appliqué à réintroduire les Autochtones dans l’histoire nationale de manière à ce que celle-ci puisse devenir l’Histoire de tous les Canadiens. Reconnaître la contribution des Autochtones durant les guerres et rendre hommage aux sacrifices qu’ils y ont consentis fait partie de ce processus. Certes, il ne faut pas être naïf, cette réconciliation est à la fois destinée à compenser pour les erreurs commises envers les Autochtones, mais elle permet aussi d’alléger la conscience collective des Canadiens et ultimement leur permet de se définir comme une nation généreuse et progressiste, but ultime de l’histoire officielle du Canada.

L’histoire n’est pas un fait objectif mais une narration. La guerre, en tant que phénomène historique, est socialement construite si bien que les différentes sociétés qui constituent le Canada n’ont pas la même interprétation de celle-ci. Il est d’ailleurs connu que les Canadiens-français, puis les Québécois, ont eu et continuent d’avoir des visions de la guerre qui divergent de celle du reste du Canada que l’on dit anglais. De même, la construction que les Autochtones font de la guerre et de ses conséquences est aussi distincte, si ce n’est plus, que celle des Québécois. À cet égard, le mouvement de résistance des Métis des Prairies est une illustration de la multiplicité des constructions. Ainsi, alors qu’au Canada français mais surtout chez les Métis on qualifie cet événement de « Mouvement de résistance des Métis », du point de vue canadien-anglais, ce même événement fut longtemps qualifié de Rébellion. De même, quand on parlait, du côté des Métis, de l’assassinat par le gouvernement du héros Louis Riel, de l’autre côté de la frontière culturelle on parlait du procès et de l’exécution pour cause de haute trahison du leader Métis. On comprendra aisément que cette différence dans la verbalisation des faits procède et contribue à la construction de plusieurs histoires parallèles, chacune d’elles étant propre à une société particulière. D’ailleurs, depuis quelques temps les Canadiens anglais ont plus ou moins adopté le vocabulaire des Métis pour qualifier les événements entourant le mouvement de résistance de Louis Riel. Ce changement dans l’appréhension des événements passés révèle le travail de re-construction de l’histoire qui est à l’œuvre aujourd’hui au Canada. Il pourrait, d’ailleurs, être interprété comme le résultat d’une volonté de la majorité anglophone de construire une histoire commune dans laquelle les Canadiens de toute origine pourront se reconnaître.

En somme, considérer que la contribution des Autochtones à l’effort de guerre canadien s’inscrit dans une dynamique nationale, reviendrait à penser que ceux-ci ont vécu la même guerre que les autres Canadiens. Certes, ils ont participé aux mêmes événements mais ils les ont vécus et exprimés dans leurs propres mots et ceux-ci se sont inscrits de façon spécifique dans leur mémoire collective, contribuant ainsi, tels des marqueurs génétiques, à orienter leur présent. Comprendre la guerre du point de vue des Autochtones c’est prendre conscience que leur participation aux différents conflits n’a pas uniquement contribué à l’histoire du Canada mais à tout autant participé à l’écriture de leur propre histoire et a donc jeté les bases de leur présent.

Dans cette perspective, pour écrire l’Histoire du Canada, il faut accepter le postulat que celle-ci a plus d’un passé, il faut ensuite se mettre à l’écoute de ses différentes narrations. Certes, s’intéresser à l’écriture de l’histoire faite par les Autochtone peut être déroutant pour un lecteur non-Autochtone. Ainsi, le célèbre ouvrage de Georges Sioui, Pour une Autohistoire Amérindienne, qui présente un point de vue en contre champ de l’arrivée des Européens en terre amérindienne, n’a pas été sans susciter la controverse. De même, John Moses, historien autochtone auteur d’un texte substantiel (Moses 2004) sur la participation des peuples autochtones à l’histoire militaire canadienne  offre quant à lui un éclairage spécifique sur cette  question. Il est, à cet égard, remarquable qu’il consacre les deux tiers de son texte aux événements qui précèdent la Première Guerre mondiale, alors que l’historien Gaffen (1985) et le rapport de la Commission royale d’enquête sur les peuples autochtones (CREPA 2006 [1996]) qui s’intéressent au même sujet consacrent la majorité de leur analyse aux guerres du XXe siècle. Par ailleurs, lorsque Moses décrit les conflits il le fait en étudiant les prises de position et les stratégies des nations autochtones en fonction de leur propre contexte et de leurs propres ambitions plutôt que du point de vue des rivalités entre nations européennes. Cette lecture de la guerre conduit à des interprétations qui minimisent le rôle que nous attribuons généralement à certains événements pour en mettre d’autre en exergue. Par exemple, lorsque Moses traite du mouvement des Patriotes qui, du point de vue des Québécois, est un élément important de l’histoire canadienne, il se contente de mentionner qu’il a eu lieu et l’assimile aux « diverses agitations » ayant traversé le Canada et les États-Unis à la fin du XIXe siècle. Il s’intéresse, d’ailleurs, moins aux causes de cette révolte qu’aux détails de son écrasement qu’il attribue en grande partie à l’intervention des contingents amérindiens Cette analyse minimise ainsi l’importance de la confrontation entre Canadiens-français et Canadiens-anglais qui occupe une place prépondérante dans l’historiographie québécoise.

En somme, les Autochtones construisent leurs propres récits de la guerre, et pour comprendre l’histoire dans son intégralité, non seulement celle de la guerre mais aussi celle du Canada en général, nous devons aussi tenir compte des narrations qu’en font les membres des Peuples Premiers du Canada. Toutefois, se mettre à l’écoute de ces récits nécessite de s’intéresser à l’« Autre » et à sa vision du monde et pour cela il ne faut pas seulement le regarder à travers et dans le cadre restreint de la relation que nous entretenons avec lui mais il faut plutôt essayer de comprendre comment lui vit cette relation. Ce renversement du questionnement n’est pas facile mais il est la condition première de toute démarche compréhensive, telle que l’envisage la sociologie non-positiviste.

La guerre d’égal à égal

Depuis les premiers contacts entre Autochtones et Européens, la guerre fut au cœur de leurs relations. Contrairement à une idée reçue, durant les conflits qui se déroulèrent aux temps de la conquête, les Amérindiens n’étaient pas totalement manipulés par les Européens qui les auraient utilisés pour se battre à leur place. Certes, les nations amérindiennes ont parfois été entraînées contre leur gré dans des lutes qui ne les concernaient pas mais elles se sont aussi engagées et ont initié, elles-mêmes, des conflits en fonction de leurs intérêts politiques et commerciaux, comme Denys Delâge l’a mis en évidence dans son désormais célèbre « pays renversé » (Delâge 1985). Ainsi, la Ligue iroquoise s’est avérée une puissance particulièrement redoutable, à la fois sur le plan militaire et politique. Elle réussit presque à mettre les Français à sa merci grâce une stratégie qui fit se succéder des périodes de combats, de trêves, d’alliance et de négociation dont le but était pour les Iroquois d’obtenir le contrôle des circuits de traite des fourrures (Moses 2004). De même, de la « Grande paix de Montréal » (1701) jusqu’à la Guerre de Sept Ans, l’expansion de la Nouvelle-France reposa « largement sur la participation des nations amérindiennes vivant à l’intérieur de la zone d’influence française » (Moses 2004 : 9). En somme, loin d’être des acteurs passifs les leaders amérindiens entretenaient, notamment tout au long du XVIIe siècle, des relations diplomatiques importantes avec les différentes nations européennes (Basile 2001).

Dans cette perspective, et tel que le propose Moses (2004), il ne faut pas voir les traités et les alliances pré-confédérations comme des actes de soumissions. En fait, dans plusieurs cas, ces alliances étaient même considérés par les Amérindiens comme des opportunités. Et quand ceux-ci s’y engageaient par nécessités militaires ou stratégiques ils le faisaient dans une perspective d’égal à égal, de nation à nation, pour employer un vocable d’actualité. Les chefs amérindiens signataires de ces ententes ne se sentaient pas – et n’étaient d’ailleurs pas – dans une position de subordonnés ni de dépendants mais d’alliés. C’est ainsi que pour favoriser ces alliances dont ils avaient besoin, les représentants des couronnes européennes adoptaient, lors des cérémonies scellant les accords, plusieurs des rituels et usages des Premières Nations, ce qui confirmaient aux yeux des leaders de celles-ci l’égalité de la relation. On relève aussi de nombreux exemples de situations où les représentants de la Couronne, britannique ou française admettaient leur besoin vital d’obtenir l’aide des Amérindiens. Ainsi, lors de la tentative d’invasion américaine le commandant des forces du Haut-Canada, le major général Isaac Brock, déclara aux guerriers Shawnee ainsi qu’à leurs chefs que le Roi d’Angleterre lui-même réclamait leur aide parce que ses soldats avaient besoin d’apprendre leurs techniques de guérilla pour pouvoir l’emporter sur l’ennemi américain (Moses 2004 : 19).

Certes, ces ententes avaient leurs aléas et comme toutes sociétés engagées dans des alliances militaires la victoire, tout comme la défaite, étaient des issues envisagées. Si bien que d’une façon générale la défaite n’était pas interprétée par les nations amérindiennes comme la conséquence d’une relation de subordination mais plutôt comme un revers militaire, tel que l’exprimait un chef amérindien allié aux Français :

 […] bien que vous ayez conquis les Français, vous ne nous avez pas encore conquis! Nous ne sommes pas vos esclaves (cité par Moses 2004 : 10).

En somme, lorsque les Premières nations s’engageaient par stratégie ou par nécessité dans des alliances et des combats avec ou contre les armées européennes, ils le faisaient en égal et non pas en dominés. Ils anticipaient donc et acceptaient d’avance les conséquences de leurs choix.

À partir du traité de Paris (1763) qui entérina la fin de la présence politique de la France au Canada, la Couronne britannique eut le monopole de la « signature » des alliances avec les Amérindiens. « Signature » mérite d’être mis entre guillemets car ce terme renvoie à la conception contractuelle européenne de l’alliance alors que beaucoup d’Amérindiens pensaient plutôt s’engager dans une relation de réciprocité. Ceci signifie que les Premières Nations, en s’alliant au Roi d’Angleterre, puisque toutes les alliances étaient désormais faites en son nom, pensaient entrer dans une relation d’obligation (au sens maussien du terme), qui impliquait que les alliés devaient se prêter mutuellement assistance. C’est ainsi qu’en 1775, plusieurs nations autochtones se sont portées spontanément à la défense de l’Angleterre lors du premier affrontement avec les Américains (Moses 2004). En juillet 1812, lorsque les troupes américaines pénétrèrent au Canada, c’est grâce à l’appui décisif du chef Tecumseh, de la nation Shawnee, que l’armée anglaise réussit à stopper l’invasion ennemie (Stanley 1985). Pour les militaires britanniques, la contribution des Amérindiens à la défense du territoire était considérée comme indispensable et plusieurs généraux n’hésitaient pas à le reconnaître. En 1814, d’autres attaques américaines furent, elles aussi, repoussées grâce à la loyauté des nations amérindiennes alliées à la Couronne britannique. Cette fidélité fut reconnue par le pouvoir anglais qui décerna 96 médailles à des Amérindiens du Canada en reconnaissance de l’aide militaire qu’ils avaient fournie entre 1793 et 1814 (ACC 2005 : 9).

L’engagement militaire des Autochtones ne s’est pas limité à la seule défense du sol canadien. Plusieurs d’entre eux se sont ainsi portés volontaires pour aller combattre en terres étrangères au côté de leur allié anglais. Ainsi, près de 400 Voyageurs, notamment des Métis, se firent remarquer durant la guerre du Nil pour leur habileté à manœuvrer les embarcations (ACC 2005 : 9). Les officiers supérieurs estimèrent, tel le lieutenant colonel Coleridge-Grove que :

Sans eux, il est douteux que les bateaux eussent remonté le fleuve [le Nil] et, s’ils y étaient parvenus, on peut tenir pour certain qu’il leur aurait fallu davantage de temps et que les pertes de vie eussent été beaucoup plus nombreuses  (cité par Moses 2004 : 56).

De même, de nombreux Amérindiens et Métis se sont battus, comme volontaires, lors de la guerre des Boers. Le soldat Walter White, membre de la bande Anderson des Hurons de Sarnia fut d’ailleurs le premier soldat tué au combat, le 18 février 1900, « bien avant tout autre soldat britannique » (Moses 2004 : 61).

Néanmoins, cet engagement dans la défense de l’Angleterre n’a pas convaincu le Canada, une fois celui-ci devenu indépendant (1867), de respecter ses obligations envers ses alliés amérindiens. Pourtant, selon les conditions définies par la Couronne britannique, le Canada, une fois constitué en pays, devait reprendre à son compte les alliances contractées par celle-ci. Malheureusement, Ottawa ne respecta ni la lettre ni l’esprit de ses ententes et loin de protéger ses alliés, le gouvernement canadien laissa les colons européens s’emparer de leur territoire. Cette attitude déclencha une première vague d’indignation chez les Autochtones qui voulaient que le Canada reconnaisse qu’ils avaient mérité, par leurs actions, un droit de propriété sur le sol de la patrie qu’ils avaient défendue au péril de leur vie. C’est en substance ce qu’exprimait John Brant Sero, un Mohawk, vétéran de la guerre des Boers : « Nous pensons avoir droit à une part de l’empire que nos ancêtres ont payé de leur sang » (cité par CREPA 2006 : 7).

Première Guerre mondiale et accélération du processus de minorisation des Autochtones

Lorsque la Première Guerre mondiale éclata, de nombreux Autochtones se portèrent spontanément volontaires. Plusieurs d’entre eux étaient déjà morts sur le champ d’honneur quand l’autorisation de les accepter dans les Forces armées canadiennes fut finalement donnée plus d’un an après le déclanchement des hostilités (CREPA 2006 : 8). En effet, jusqu’à cette date, certains recruteurs hésitaient à accepter les Autochtones qui voulaient s’enrôler car ils craignaient qu’ils ne soient torturés par l’ennemi, si jamais ils étaient capturés. Malgré tout, cette réticence n’a pas ralenti l’élan des Autochtones qui s’enrôlèrent en grand nombre; plus de 4000 Indiens inscrits (selon Moses 2004 : 63) participèrent aux opérations militaires; 300 d’entre eux moururent au combat et des centaines d’autres furent blessés (Gaffen 1985 : 20). De nombreux Métis et Indiens non inscrits s’engagèrent aussi. Bien que plusieurs collectivités autochtones ne voulurent pas s’impliquer dans la guerre (ACC 2005 : 6), de nombreux chefs autochtones encouragèrent les membres de leur communauté à se porter au secours de l’Angleterre (Gaffen 1985). Leurs appels furent si bien entendus que dans plusieurs réserves presque tous les hommes en âge de porter les armes partirent au combat (idem).

Cette attitude volontariste des Autochtones, atteste de la loyauté des Premières Nations envers leur allié, la Couronne britannique. Les traités signés avec l’Angleterre avaient institutionnalisé une relation d’alliance entre nations, si bien que les chefs autochtones combattaient aux côtés de la Grande Bretagne, en vertu de cette alliance. Pourtant, la Première Guerre mondiale devait brutalement révéler aux Autochtones que la nature de la relation qu’ils avaient établie avec les Européens avait bien changé depuis les traités d’« amitiés et de paix » de l’époque pré-confédération (Frideres 1988: 44). En effet, depuis qu’il s’émancipait progressivement de la Couronne britannique le Canada ne les considérait plus comme les membres de nations alliées mais comme de simples sujets. Le premier indice de ce glissement se donna à voir lors du processus de recrutement des combattants. En effet, alors que durant les conflits précédents les guerriers autochtones se joignaient aux combats en tant qu’alliés, sans que leur valeur militaire ou leurs compétences individuelles ne soient évaluées par l’armée, les Forces canadiennes allaient, à partir de la Première Guerre mondiale, traiter les membres des Premières Nations comme de simples soldats devant correspondre aux mêmes critères de recrutement que les autres combattants canadiens. Ainsi, à partir de 1914, les Autochtones malades, ne sachant pas lire ou ne parlant pas suffisamment anglais étaient systématiquement renvoyés chez eux. Désormais, le gouvernement canadien ne traitait plus avec des nations amies mais avec des individus dont il évaluait le mérite.

Ce changement de position se manifesta aussi par le refus de reconnaître la neutralité de la Ligue des Six Nations. Durant les conflits du siècle précédent, notamment lors des guerres avec les États-Unis, la Ligue des Six Nations était restée officiellement neutre, laissant à chaque communauté le choix de supporter le camp qu’elle souhaitait. Lorsque la Grande Guerre éclata, le conseil d’Ohsweken, composé de chefs traditionnels (héréditaires), voulut faire reconnaître sa neutralité mais Ottawa refusa, arguant que les Indiens inscrits devaient s’enrôler comme les autres Canadiens (Gaffen 1985 : 20). De même, plusieurs « conseils de bande refusèrent d’aider [sic] l’effort de guerre des Alliés à moins que la Grande-Bretagne ne leur reconnaisse le statut de nation indépendante » (ACC 2005 : 6) mais ce statut leur fut refusé et ils durent quand même se plier aux règles concernant la conscription. On comprendra que cette attitude eut pour effet de révéler aux leaders autochtones que l’ère d’alliance venait de prendre fin.

Cependant, c’est encore la loi du 29 août 1917, instaurant la conscription obligatoire à tous les « citoyens canadiens » qui sonna le glas de l’indépendance des nations autochtones, non seulement, parce qu’on les contraignait à s’engager dans guerre au lieu de leur demander leur alliance mais aussi parce que cette loi partait du principe que les membres des Premières Nations étaient  des Canadiens comme les autres. Or ceux-ci ne se définissaient pas spontanément comme citoyens canadiens mais d’abord comme membres de nations autonomes. C’est sur la base de ce raisonnement que plusieurs chefs protestèrent contre la conscription obligatoire. Ils eurent gain de cause et le décret du 17 janvier 1918 les exempta de l’obligation de s’enrôler (Gaffen 1985 : 31). Néanmoins, les Amérindiens qui voulaient se prévaloir de ce droit devaient s’inscrire comme « Indiens » et donc accepter de se mettre sous la tutelle de la Couronne ce qui, à toutes fins pratiques, faisaient d’eux des pupilles de l’État reléguées aux marges de la société (les réserves). En somme, la Première Guerre mondiale contribua à accélérer le processus de minorisation des Autochtones, notamment des Indiens inscrits, les faisant passer d’égaux indépendants à l’état de mineurs dépendants.

Malgré tout, la fidélité des Autochtones envers l’Angleterre leur fit ignorer l’impudence du gouvernement canadien et ils continuèrent à se sentir une obligation envers la Couronne britannique. Le nombre important d’Autochtones ayant répondu à cet appel moral eu pour résultat que deux bataillons, le 114e et le 107e, étaient majoritairement composés d’Amérindiens et de Métis. Leur bravoure au combat et leur contribution aux grandes batailles leur mérita le respect des autres soldats canadiens. En fait, à part quelques incidents résultants d’attitude racistes – beaucoup ayant eu lieu au moment du recrutement et non pas au front – la plupart des Autochtones furent durant le temps où ils étaient sous les drapeaux traités en égaux par leurs camarades de guerre. Par contre, le traitement qui les attendait au retour du champ de bataille fut un choc pour plusieurs d’entre eux.

Après la guerre les anciens combattants furent confiés au nouveau ministère du « Rétablissement civil des soldats ». Ce ministère devait fournir des terres aux militaires démobilisés (160 acres par soldat) pour les aider à réintégrer la vie civile en devenant agriculteur. Comme peu de terres étaient disponibles, le gouvernement fédéral décida de se tourner vers les réserves et expropria ou obtint la cession de 85 000 acres de terre de réserve. Malgré leur opposition, les chefs de bande ne purent rien faire, une série de modifications de la Loi des Sauvages (qui allait devenir la Loi sur les Indiens) permettant la vente et l’expropriation des terres avaient été effectuée en prévision du rétablissement des vétérans (CREPA 2006 : 12). Comble d’injustice, on considéra que les vétérans Indiens inscrits n’étaient pas admissibles au programme de réinstallation des vétérans puisqu’ils tombaient sous la responsabilité des Affaires Indiennes qui devait subvenir, le cas échéant, à leurs besoins. Les vétérans autochtones n’avaient donc théoriquement pas besoin, comme les autres vétérans de se procurer un emploi pour pouvoir à leur subsistance. C’est sur la base de ce raisonnement que les demandes de terres de presque tous les Autochtones, même de ceux qui n’avaient pas le statut d’Indiens (Métis et Indiens non-inscrits) et qui donc n’étaient pas admissibles à l’aide de l’État, furent déboutées par les agents du ministère du Rétablissement civil des soldats. Si bien que rares furent les vétérans autochtones tout statut confondu qui obtinrent la possibilité d’acheter ou de louer des terres, tel que le rapport de la Commission royale d’enquête sur les peuples autochtones le conclut :

Presqu’aucune parcelle de terre à l’extérieur d’une réserve ne fut concédée à un ancien combattant indien des Prairies. Ni les Indiens inscrits, ni les Indiens non inscrits ne purent obtenir de droit d’établissement au Manitoba, en Saskatchewan, en Alberta ou dans le Nord (les Territoires) (CREPA  2006 : 13).

Par ailleurs, quelques années plus tard, durant la dépression économique qui suivi le crack bousier de 1929, les anciens combattants reçurent une assistance de la part du gouvernement fédéral mais il fut décidé que les vétérans Indiens n’étaient pas éligibles à ces aides extraordinaires. Il fallut attendre 1936 pour que cette mesure soit finalement renversée (Gaffen 1985 : 37).

Cette succession de politiques et de pratiques discriminatoires (enrôlement forcé dans l’armée, saisie des terres des réserves, non-allocation de subsides et de terres aux vétérans autochtones) fut interprétée par plusieurs membres des Peuples Premiers comme une volonté du Canada de nier qu’ils étaient leurs égaux et de refuser de voir en eux des amis et des alliés. Cette prise de conscience incita plusieurs vétérans à initier des mouvements de revendications politiques, certains radicaux et nationalistes, d’autres plus modérés et cherchant surtout à s’opposer à la spoliation de leurs terres. Ils ont ainsi fondé les premières ligues autochtones dans le but de fédérer les revendications locales. Les historiens qui ont étudié cette question (Moses 2004, Gaffen 1985, Innes 2004), s’accordent pour dire que ces mouvements et les ligues qui les ont structurés ont joué un rôle capital dans le processus de conscientisation politique des Autochtones et contribuèrent à faire émerger l’idée que par delà leurs différences les différents groupes autochtones partageaient une destinée commune. Quant aux vétérans ils ont, non seulement, été à l’origine de ce mouvement mais l’ont aussi accompagné pendant plusieurs dizaines d’années. Ainsi plusieurs des leaders qui participèrent, en 1946, à la création de l’Union of Saskatchewan Indians étaient des vétérans de la Première Guerre mondiale (Innes 2004, Federation of Saskatchewan Indians 2006).

De tous les anciens combattants ayant contribué à l’émergence de ce mouvement social autochtone pan-canadien, le vétéran Mohawk, le Lieutenant Fred Loft, fut sans doute le plus instrumental. Il créa, immédiatement après la guerre la Ligue des Indiens. Loft cherchait, avec cette ligue, à unir les Autochtones de tout le Canada afin d’offrir un front commun face à Ottawa. Son projet était soutenu par la pensée clairement exprimée que les Autochtones constituaient un peuple distinct des autres Canadiens et réclamait que ceux-ci soient « entendus en tant que nation » (cité par Kulchisky 1988 : 101). La Ligue des Indiens créée dans l’Est du Canada, en 1918, fit rapidement des adeptes dans l’Ouest, Manitoba (1920), Saskatchewan (1921), Alberta (1922). Voici comment John Tootoosis, fondateur de la League of Indians of Western Canada, parle de Loft et de l’inspiration qu’il trouva en lui.

People from the eastern provinces also went to war. A man from the Six Nations went; L.O. Loft was his name. He tried to speak for the Indians in England and he was told to go home and organize his people. « You alone cannot be heard, » he was told by the Privy Council. He started a movement. He organized a meeting in Ontario. The fourth meeting was at Elphinstone in Manitoba. I saw it; this was in 1920.

He wanted to organize the Indians across Canada. The next meeting was in 1921 at Thunderchild’s Reserve. People held that at their own expense, they were so anxious to stand up for themselves and to be seen to speak with one voice. Those seeds that were placed in their heads by Mr. Loft were beginning to ripen. They saw that the only method was to sit together and talk in order to achieve anything (John Tootoosis 2006).

L’influence de Loft déplut au gouvernement fédéral. Le sous-surintendant Scott fut l’instrument de la répression de ce mouvement autochtone naissant et utilisa toutes sortes de stratagèmes pour faire obstacle à la Ligue. Il s’en prit d’abord à Loft lui-même, le menaçant de l’émanciper, puis le fit mettre sous surveillance et envoya des agents de la Gendarmerie Royale assister aux réunions de la ligue. Finalement la Loi sur les Indiens fut modifiée afin d’interdire à ceux-ci de lever des fonds pour financer des actions en justice (CREPA 2006 : 17).

Les pressions continues exercées par les agents des Affaires indiennes finirent par provoquer le déclin de la Ligue des Indiens. Néanmoins, la création de celle-ci constitue un tournant dans la relation entre les Autochtones et l’État. Elle est à la fois l’ancêtre et le creuset d’où allaient naître les grandes organisations et les mouvements émancipateurs autochtones pancanadiens contemporains. En somme, la Première Guerre mondiale a sonné le glas des alliances que les nations amérindiennes avaient contractées avec la Couronne britannique et a accéléré leur minorisation. Simultanément, la guerre contribua à l’émergence d’un mouvement social autochtone qui est à l’origine des combats que ceux-ci menèrent tout au long du XXe siècle pour faire reconnaître leurs droits en tant que Peuples Premiers et pour faire respecter les traités historiques.

Seconde Guerre mondiale et structuration politique des revendications autochtones

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclata, de nombreux Autochtones se portèrent volontaires, pour les mêmes raisons que lors de la guerre de 1914-1918. Toutefois, leur situation socio-économique s’était tellement détériorée, du fait notamment qu’ils avaient été dépossédés de leur terres, que plusieurs d’entre eux s’enrôlèrent avec pour premier motif d’échapper à la misère, l’armée offrant aux militaires salaire et nourriture (Moses 2004). À cet égard leur motivation ne différait pas de celle d’un certain nombre de Canadiens qui s’engagèrent eux aussi pour cette même raison. Par contre, l’état de santé des Autochtones était si mauvais que beaucoup d’entre eux furent refusés par l’armée, si bien qu’ils furent moins nombreux à participer à la Seconde Guerre mondiale qu’ils ne l’avaient été lors de la Grande Guerre. Malgré tout, un peu plus de 3000 Indiens inscrits, selon les dossiers des Affaires indiennes, ont servi sous les drapeaux. Il a été estimé que 500 Autochtones dont 200 Indiens inscrits perdirent la vie au champ d’honneur (CREPA 2005 : 38). Par ailleurs, les Autochtones de toutes origines firent de généreuses contributions financières à la Croix-Rouge, à l’Armée du Salut et achetèrent des obligations d’épargne de guerre pour soutenir les efforts de leur pays (CREPA 2006 : 19).

Cet engagement, les Autochtones le firent encore une fois au nom de leur alliance avec la Couronne britannique comme plusieurs leaders l’exprimèrent :

 [C]haque Indien au Canada se battra pour le roi George (Chef Walking Eagle, Rocky Mountain House) cité par CREPA (2006 : 18).

[P]our venir en aide à notre Roi et à notre Reine et pour provoquer la chute du tyran (Joe Delisle Six Nations) cité par CREPA (2006 : 18).

Toutefois, la Seconde Guerre mondiale donna l’occasion aux Autochtones de reporter sur le gouvernement canadien l’attachement qu’ils avaient développé pour la Couronne britannique :

[L]a loyauté de l’Indien envers le Canada et envers l’Empire montre que sa façon de voir a un caractère purement canadien (Teddy Yellowfly du Blackfoot Council) cité par CREPA (2006 : 18)

Notre véritable destin […] est lié au maintien de notre existence en tant que Canadiens qui combattent pour les libertés que nous défendons et dont dépend notre victoire (James Brady cité par Harrison 1985 : 115).

Cet engagement envers le Canada conduira aussi les Autochtones à se considérer désormais comme des citoyens à part entière.

C’est notre devoir de citoyens patriotes de mettre de côté nos revendications personnelles ou celles de nos frères et de venir en aide à notre pays [le Canada] notre pays est en guerre, ce qui fait que notre fraternité l’est elle aussi (Ambrose Reid, Native Brotherhood of British Columbia) cité par (CREPA 2006 : 18).

De même, comme lors de la Première Guerre mondiale, les Autochtones enrôlés dans l’armée nouèrent de nombreux liens d’amitié avec les soldats canadiens de toutes origines ce qui leur donnait à penser qu’ils faisaient partie de la grande famille canadienne. « Pour bien des autochtones, hommes ou femmes, la vie dans les forces armées symbolisait un nouveau monde où ils étaient de véritables égaux » (CREPA 2006 : 33). C’est pourquoi, une fois de retour à la vie civile, de nombreux vétérans autochtones furent profondément déçus de retrouver une réalité beaucoup moins favorable à leur épanouissement. De plus, malgré leurs sacrifices dignes de citoyens patriotes les anciens combattants autochtones allaient une fois de plus être victimes de plusieurs mesures discriminatoires.

La première injustice à laquelle les Autochtones firent face au retour de la Seconde Guerre mondiale découla de la mise en place de la nouvelle Loi des terres destinées aux anciens combattants. Avant même que la guerre ne fut terminée on se demandait déjà combien de terres pourraient être obtenues pour être distribuées aux anciens combattants. Bien sûr, les terres des réserves étaient au cœur de toutes les conversations autant chez les membres des Premières Nations que chez les fonctionnaires. Toutefois, contrairement à la Première Guerre mondiale, la saisie des terres des réserves ne fut pas planifiée même si le gouvernement accepta dans certains cas – et ce en contravention avec son rôle de protecteur des Indiens – de vendre à des vétérans allochtones les meilleures terres de certaines réserves. Cependant, même si la Loi des terres destinées aux anciens combattants n’entraîna pas une aliénation massive des terres des réserves, celle-ci fut pourtant la cause d’une nouvelle exaction qui allait provoquer la colère de bien des Autochtones.

Cette loi, tout comme celle émise par le ministère du Rétablissement civil des soldats après la Première Guerre mondiale, avait pour objet d’aider les vétérans à s’insérer dans la vie civile en se convertissant en exploitants agricoles. Mais contrairement à la politique mise en place par le ministère du Rétablissement civil des soldats qui constituait à allouer des terres aux soldats démobilisés, la nouvelle politique accordait plutôt un support financier à chaque ancien combattant pour qu’il fasse lui-même l’acquisition de terres, d’animaux ou d’équipements. Cette aide qui pouvait atteindre 6000 $ était accordée sous forme d’une subvention de 2320 $ et d’un prêt de 3680 $ remboursable sur une période de 25 ans à un taux d’intérêt considéré avantageux de 3,5%. L’État demeurait propriétaire de la terre tant que le prêt n’était pas remboursé. Cette dernière disposition posait problème aux agents des Affaires indiennes. En effet, étant donné que les terres de la Couronne sont insaisissables, celles-ci ne pouvaient servir de garantie pour un prêt. Ils ne savaient donc comment gérer les demandes des Indiens inscrits, désireux de démarrer une exploitation agricole sur les terres de leur réserve. En 1942, la loi fut amendée pour résoudre ce dilemme. La solution adoptée fut tout simplement de refuser le prêt à tout ancien combattant s’installant sur les terres de la Couronne (donc les réserves). Les Indiens inscrits n’avaient donc plus droit qu’à la seule subvention de 2320 $ (CREPA 2006).

Cette solution était non seulement désavantageuse pour les vétérans qui s’établissaient sur les terres de leur réserve mais elle allait aussi affecter les anciens combattants autochtones qui s’installaient hors réserve. En effet, plusieurs agents des Affaires indiennes décidèrent d’interpréter librement la loi et refusèrent aussi d’octroyer le prêt de 3680 $ aux Indiens inscrits qui démarraient une exploitation agricole hors réserve. D’autres entreprirent de les convaincre qu’ils devaient s’émanciper pour obtenir l’aide promise (Gaffen 1980). Bref, cette modification de la Loi des terres destinées aux anciens combattants permit aux agents des Affaires indiennes d’augmenter leur contrôle sur les membres des Premières Nations et de décider arbitrairement de ce qu’il était justifié de leur accorder.

Cette injuste distribution des terres faisait suite à une autre discrimination de même nature qui eu lieu durant la guerre. En effet, les soldats ayant des dépendants avaient droit, en plus de leur solde, à une allocation pour personne à charge. Cette allocation était administrée par le « Bureau des allocations familiales » du ministère de la Défense nationale. Celle-ci était, en 1939, de 35 $ pour l’épouse et 12 $ pour chacun des deux premiers enfants; à cela s’ajoutait une somme forfaitaire équivalent à deux semaines de solde (minimum de 20 $). Très vite les responsables des Affaires indiennes trouvèrent que cette somme « représentait beaucoup plus d’argent […] que ce dont ils [les familles d’Indiens inscrits] avaient besoin en réalité » (Inspecteur Robertson cité par CREPA 2006 : 41). Certains ont même justifié leur refus de donner l’intégralité de l’allocation sous prétexte que « Les femmes indiennes sont la proie de toutes sortes d’escrocs et de parasites […] Elles sont aussi la proie d’autres Indiens qui savent pouvoir trouver chez elles des repas gratuits » (CREPA 2006 : 42). En fait, les administrateurs des Affaires indiennes voulaient que l’allocation pour personne à charge destinée aux dépendants des Indiens inscrits soit versée directement à leur ministère afin qu’ils la gèrent eux-mêmes. Le Bureau des allocations familiales commença par résister et stipula que les allocations devaient être versées directement aux ayants droit. Puis, se ralliant à l’argument des Affaires indiennes voulant que les Autochtones vivant sur les réserves aient déjà accès à des aides, le Bureau décida de réduire de moitié les montants payables aux épouses de soldats Indiens inscrits. Plus tard, se fiant encore au raisonnement des agents des Affaires indiennes pour qui les femmes autochtones étaient légalement mineures, le Bureau changea encore sa politique et décida que pour toucher l’allocation, les épouses de soldats Indiens inscrits devaient placer (avec l’aide des Affaires indiennes) une partie de la somme reçue (CREPA 2006).

Parallèlement, la direction des Affaires indiennes continua à mettre en place des mesures réduisant le montant de l’allocation. Par exemple, en 1942, celle-ci informa ses agents que les sommes destinées aux enfants ne devaient plus être versées si ceux-ci étaient pensionnaires dans des institutions scolaires, ou bien séjournaient dans des sanatoriums ou encore s’ils étaient hospitalisés. Bien que le Bureau des allocations familiales tenta de s’opposer aux pratiques des agents des Affaires indiennes, celles-ci continuèrent. Si bien que, non seulement certaines familles ne reçurent-elles pas le peu d’indemnité que les nouvelles dispositions de la loi leur concédaient mais encore certaines sommes qui auraient dû être placées en leur nom disparurent. La Commission royale d’enquête sur les peuples autochtones conclue son analyse de ces pratiques en ces mots :

Certains agents étaient certes responsables, mais d’autres se sont empressés de profiter de la situation. Il ne fait aucun doute que certaines sommes se sont volatilisées, que cela soit attribuable à une mauvaise administration ou à de la fraude (CREPA 2006 : 43-44).

En conséquence, de nombreux vétérans autochtones de la Seconde Guerre mondiale retournèrent dans leur communauté avec le sentiment que la nation canadienne les avait utilisés et avait cherché à les oublier, sitôt qu’elle n’avait plus eu besoin d’eux. La vie de Thomas George Prince, vétéran de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre de Corée, est une illustration de ce traitement. Sa bravoure au combat lui avait mérité le respect de nombreux soldats et lui avait même méritée l’U.S. Silver Star, médaille décernée par l’armée américaine. Pourtant, Prince mourut dans l’oubli et la misère (idem).

Ayant pris conscience du processus d’assimilation et de dépossession à l’œuvre, de nombreux Autochtones s’engagèrent, après 1945, dans des revendications politiques dont l’objet était de revenir aux conditions des traités signés au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Plusieurs auteurs, notamment Davison (1992), affirment qu’une fois encore les vétérans furent aux avant-postes des luttes pour la reconnaissance des droits des Autochtones. Cependant d’après Innes (2004) et Dreers (1997), les vétérans de la Seconde Guerre mondiale ne furent pas actifs immédiatement après leur retour, dans les organisations politiques autochtones, et ne s’y impliquèrent que quelques années plus tard. Plusieurs facteurs expliquent cette situation. Tout d’abord, un bon nombre de vétérans tentèrent, sitôt démobilisés, de s’insérer dans la société par les mêmes canaux (travail salarié ou agriculture) que les autres anciens combattants. Ce n’est qu’après plusieurs années d’efforts vains que plusieurs d’entre eux s’engagèrent, ne voyant pas d’autres alternatives, dans le militantisme. Ensuite, le leadership politique autochtone n’était pas vacant, puisque un certains nombre de vétérans de la grande Guerre étaient toujours actifs dans les organisations politiques autochtones. Par contre, durant les années 1960, ils allaient jouer un rôle significatif, tel que l’analyse que donne Innes (2004) du leadership autochtone en Saskatchewan l’indique :

During the 1950s Aboriginal veterans became a force within their Aboriginal communities in Saskatchewan. […] By the 1960s veterans were in position of significant influence Innes (2004: 711-712)

L’implication de ces vétérans dans la politique était telle que durant les années 1960 tous les chefs de l’Union of Saskatchewan Indians, devenue, en 1958, la Fédération of Saskatchewan  Indian Nations, étaient des anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale (idem).

C’est sous ce leadership que les organisations autochtones, notamment celles des Prairies, s’engagèrent dans différents bras de fer avec l’État dont l’enjeu était d’assurer le respect des droits des Autochtones. C’est dans ce contexte que les leaders autochtones refusèrent le projet de Trudeau d’abolir (en 1968) les réserves, puis s’opposèrent à l’accord du Lac Meech. Certes, lors de ce dernier événement, le nouveau leadership autochtone n’était plus majoritairement constitué de vétérans (beaucoup d’entre eux étant désormais trop âgés ou décédés) mais les membres de celui-ci avaient été formés dans les organisations politiques mises en place par ces derniers. Il n’est donc pas étonnant que la rhétorique qui guidait leurs revendications avait pour objet de réclamer que les contraventions faites par l’État aux dispositions des traités historiques soient réparées. Sur le coup, bien des Canadiens se demandèrent, notamment après l’opposition au projet de Trudeau, pourquoi les membres des Premières Nations s’accrochaient à ce qui avait été l’instrument de leur domination (statut d’Indien, réserves, traités coloniaux). On pourrait croire que les Autochtones en étaient arrivés à un point de non-retour et refusaient ainsi de se faire déposséder du peu qui leur restait, cependant la réalité est un peu plus complexe. En effet, cette prise de position était motivé par le désir des Autochtones de s’émanciper de leur minorisation si bien que la défense de ces attributs coloniaux – réserve et statut d’Indien – allait servir de tremplin à un projet global d’émancipation : la défense du titre d’Indien qui allait devenir le pivot de la demande de reconnaissance d’un statut spécifique pour les Autochtones de toute origine (Métis, Inuit, Indiens inscrits ou non). Le refus d’abandonner les réserves devint, quant à lui, le symbole d’un mouvement de revendication généralisé auquel participent aussi tous les Autochtones et dont le but est d’obtenir la restitution de territoires ancestraux et le droit de s’autogouverner. À bien des égards les vétérans autochtones de la Seconde Guerre mondiale ont été, comme ceux de la Première Guerre mondiale l’avaient été avant eux, les catalyseurs de ce mouvement (Moses 2004). Eux, qui avaient connu l’égalité sur le champ de bataille, s’étaient battus au nom des valeurs démocratiques et pour libérer les peuples asservis, ne voulaient plus rien d’autre que l’égalité mais une égalité dont ils leur restaient à déterminer les formes.

 La Guerre de Corée 

De 1950 à 1953, 26 000 soldats canadiens participèrent à la Guerre de Corée; parmi eux de nombreux vétérans de la Deuxième Guerre mondiale dont plusieurs dizaines d’Autochtones. La Guerre de Corée n’a jamais eu l’aura, pour les raisons que l’on connaît, des deux guerres mondiales qui l’ont précédée. Les anciens combattants de Corée, Autochtones ou pas furent ainsi relégués aux oubliettes de l’histoire. Ils n’en sortirent qu’en 1991, lorsque le gouvernement canadien décora, finalement, les derniers d’entre eux encore en vie. Après la guerre les vétérans autochtones ne furent ni mieux ni moins bien traités par le gouvernement que les autres. Toutefois, le problème majeur auquel ils durent faire face fut leur réinsertion dans la vie civile. Plusieurs tentèrent de trouver du travail dans les grands centres urbains mais firent face aux préjugés de la population, d’autres retournèrent dans leur communauté où les conditions socioéconomiques étaient déplorables.

Bref, le temps passé sous les drapeaux les avait fait rêver d’un monde qui leur était toujours inaccessible mais comme ils avaient acquis grâce à leur formation au sein de l’armée les outils et une connaissance de la société eurocanadienne suffisante pour pouvoir commencer à changer les choses plusieurs d’entre eux s’impliquèrent dans les mouvements autochtones, notamment le Native Council of Canada et le Métis National Council. C’est ainsi que le vétéran Eddy Weetaltuk, dont le récit biographique inspira cette recherche, participa au mouvement de retour aux sources des Inuit de Kuujjuarapik qui déménagèrent à Umiujaq à la fin des années 1980 afin d’y reconstruire une communauté plus traditionnelle, plus proche de la nature et à l’écart des influences les plus négatives de la modernité (Martin 2003a). Il voyait aussi dans l’écriture de son autobiographie un moyen d’utiliser ses expériences pour susciter chez les jeunes Inuit le désir de faire de grandes choses. En somme, les années passées au sein de l’armée lui avaient permis, tout comme aux autres vétérans, de se forger une vision de l’avenir qu’il souhait pour la nouvelle génération d’Inuit, et les connaissances qu’il avait acquises en servant sous le drapeau canadien lui avaient donné les moyens de mettre en œuvre les projets qui lui tenaient à cœur.

De la différence à la distinction

Au total, 12 000 Autochtones ont participé aux deux guerres mondiales ainsi qu’à la Guerre de Corée. Ce nombre est important, surtout si l’on tient compte du fait que la plupart furent volontaires. Toutefois, l’impact de cette participation n’est pas proportionnel au nombre de combattants mais réside plutôt dans le fait qu’elle contribua à révéler aux membres des Premières Nations que leur position au sein de la société canadienne se dégradait progressivement. En effet, leur enrôlement dans l’armée, où ils étaient traités en égaux, leur permit de réaliser par contraste qu’ils étaient considérés en inférieurs par toutes les autres institutions canadiennes. Ils prirent aussi conscience que les conditions des traités historiques s’effritaient et que les périodes de guerres avaient contribuées à accélérer leur dépossession et leur mise en tutelle. La prise de conscience de ce processus de minorisation servit de catalyseur à la montée d’un mouvement pancanadien de revendications identitaires et politiques. Celui-ci contribua à ce que les membres des Peuples Premiers du Canada se définissent désormais comme des Autochtones, c’est-à-dire des individus appartenant à la fois à différentes catégories juridiques définies par l’État, mais partageant, par-delà celles-ci et au delà de leurs modes de vie distincts (urbain, en réserve, parlant la langue traditionnelle ou non), le même destin dont le dénominateur commun est d’avoir été dépossédé par un autre de leur terre et de leur culture.

Cet état d’Autochtone est donc moins un fait de nature (antériorité sur le territoire et ethnicité) ou de culture (mode de vie distinct), que le résultat d’un processus historique de différenciation et de stratification sociale défavorable que nous avons appelé ici la minorisation. La réduction à l’état de mineur et de minorité des premiers habitants du Canada a longtemps été légitimée au nom de deux principes. Tout d’abord l’ethnicité; la loi sur les Indiens catégorise les membres des Premières Nations en fonction de leur sang et ensuite la culture, l’Autochtone a un mode de vie différent, il doit chasser ou pêcher et entretenir une relation à la nature différente de celle du moderne. Il n’est pas étonnant que ces deux critères se retrouvent à la base du processus de minorisation des Autochtones car ils fondent les deux grands discours racistes, soit le racisme conventionnel qui consiste à mépriser l’Autre à cause de son infériorité biologique et le racisme que l’on pourrait qualifier de néo-darwinien fondé sur le mépris de l’Autre en tant que membre d’une culture inférieure. Si le racisme a été au cœur du processus de minorisation des membres des Premières Nations, il a aussi contribué à l’essentialisation de l’Autochtone en l’emprisonnant dans des construits « prêt-à-porter » (le mauvais et le bon Sauvage). S’il perd ses caractéristiques culturelles, ou s’il veut s’en émanciper, par exemple en s’urbanisant, en devenant homme d’affaires ou en coupant des arbres on questionne son authenticité, voire son statut.

Cette réduction de l’Autochtone à ces attributs biologiques et culturels s’est effectuée progressivement. En effet, lors des premiers contacts, Européens et membres des Peuples Premiers étaient engagés dans une relation d’égalité – même si celle-ci était souvent conflictuelle – ce qui fait que ces derniers n’étaient pas des Autochtones, ils étaient Innus, Anishinabe, Wendat, Déné, Mohawk, Nisga’a etc. Ils ne se définissaient pas comme étant intrinsèquement distincts des Européens mais plutôt en fonction de leur position dans des alliances avec eux ou avec les autres nations autochtones. C’est la fin de l’égalité qui créa les Autochtones. Leur participation à la guerre permit aux Autochtones de prendre conscience de leur minorisation. Certes, la guerre ne fut qu’un des agents de cette prise de conscience, les pensionnats autochtones comme plusieurs autres projets coloniaux d’assimilation jouèrent eux aussi un rôle important dans ce processus. Néanmoins, la contribution de la guerre, dans la compréhension par les Autochtones de leur marginalisation, est unique. En effet, elle leur permit de faire l’expérience, au sein de l’armée, de l’égalité telle que la société canadienne la définit (ce qui n’était pas le cas dans les pensionnats ni au sein d’autres institutions, notamment le système de Justice où ils se sentent discriminés). Simultanément, leur implication dans les conflits leur fit réaliser que l’égalité et la liberté, pour lesquelles ils se battaient, leur étaient refusées en dehors de l’armée. De plus, la guerre fut aussi instrumentale, dans l’émergence puis la montée en puissance d’un mouvement social autochtone pancanadien puisque c’est elle qui forma les premiers opposants – les vétérans – au projet de l’État d’accélérer leur dépossession et leur assimilation.

Surtout, et c’est la conclusion de notre analyse, c’est la manière et le type spécifique de revendications des anciens combattants autochtones qui sont, en grande partie, à l’origine des projets politiques, des combats juridiques ainsi que de la construction identitaire des Autochtones d’aujourd’hui. En effet, les premiers à s’être dressés contre l’État auraient pu réclamer que l’égalité leur soit donnée à travers une identité de statut, voire de traitement, mais le sort qui leur avait été réservé au retour de la guerre leur avait fait comprendre que cette égalité républicaine leur était refusée. C’est pourquoi, peu d’entre eux choisirent cette voie, préférant plutôt réclamer l’égalité dans la différence, exigeant ainsi la reconnaissance des traités historiques et le respect des statuts et des droits distincts qui en résultent directement ou indirectement. Certains s’étonneront, voire seront irrités (Simard 2004), par le fait que la différence dont ils se réclament soit celle qui a été construite par l’État pour les minoriser. En somme, le vingtième siècle a vu les Autochtones prendre conscience de la différence, ethnique et culturelle qui a permis à l’État de justifier leur minorisation, mais au lieu de la nier, ils l’ont intériorisée et en ont fait l’instrument de leur émancipation. Nous qualifions d’autochtonisation ce processus par lequel les Autochtones du Canada se sont approprié cette différence pour en faire une distinction.

Ouvrages cités

ANCIENS COMBATTANTS CANADA, 2005, Soldats autochtones. Terres Étrangères, Ottawa, Ministère des Anciens combattants, [en ligne],  HYPERLINK « http://www.cda-acd.forces.gc.ca »www.cda-acd.forces.gc.ca, téléchargée en janvier 2006.

BASILE, Suzy, 2001, « Diplomates autochtones au 18e siècle », Innuvelle, 4(6) : 10.

CREPA (COMMISSION ROYALE D’ENQUÊTE SUR LES PEUPLES AUTOCHTONE), 2006 [1996], Rapport de la Commission royale d’enquête sur les peuples autochtones, Ottawa, Canada Communication Group Publishing, [en ligne],   HYPERLINK « http://www.ainc-inac.gc.ca/ »http://www.ainc-inac.gc.ca/ , téléchargée en janvier 2006.

DAVISON, Janet, 1993, We Shall Remember: Canada’s Indians and World War Two, thèse de maîtrise, Université de Trent.

DÉFENSE NATIONALE, SECTION CHEFS DES RÉSERVES ET CADETS, 2006, [en ligne]   HYPERLINK « http://www.rangers.forces.gc.ca/pubs/rangers/overview/stats_f.asp »http://www.rangers.forces.gc.ca/pubs/rangers/overview/stats_f.asp.

DELÂGE, Denys, 1985 Le pays renversé. Amérindiens et Européens en Amérique du Nord-Est 1600-1664, Montréal, Boréal.

DREERS, Laurie Meijer, 1997, A History of the Indian Association of Alberta, Thèse de doctorat, Université de Calgary.

FRIDERES, James S., 1985, Aboriginal Peoples in Canada. Contemporary conflicts, Scarborough, Prentice Hall Allyn and Bacon Canada.

GAFFEN, Fred, 1985, Forgotten Soldiers, Penticton, Theytus Books

HARRISON, Julia D., 1985, Metis People between Two Worlds, Vancouver et Toronto, Glenbow-Alberta Institute et Douglas and McIntyre.

INNES, Robert Alexander, 2004, I’m On Home Ground Now. I’m Safe. Saskatchewan Aboriginal Veterans in the immediate Postwar Years 1945-1946, American Indian Quarterly, 28(2-3): 685-715.

KULCHISKY, Peter, 1988, A considerable Unrest: F.O. Loft and the Ligue of Indians, Native Studies Review, 4(1-2): 107.

MARTIN, Thibault, 2003a, De la banquise au congélateur: Mondialisation et culture, Paris et Québec, UNESCO et Presses de l’Université Laval.

MARTIN, Thibault, 2003b, « From Documentary to Social Sciences: How the Issue of Representing the Other Emerges », dans Heither Norris Nicholson éd., Screening Culture: Constructing Image and Identity, London, Lexington Books, 191-205.

MOSES, John avec Graves Donald et Sinclair Warren, 2004, A HYPERLINK « http://www.forces.gc.ca/hr/dhh/downloads/Official_Histories/sketch_f.pdf »perçu de la participation des peuples autochtones à l’histoire militaire canadienne, Ottawa, Défense nationale, [en ligne]   HYPERLINK « http://www.forces.gc.ca/hr/dhh/publications/frgraph/online »http://www.forces.gc.ca/hr/dhh/publications/frgraph/online.

NAPPAALUK, Mitiarjuk, Sanaaq, 2002, traduit en français par Bernard Saladin d’Anglure, Montréal, Éditions Stanké.

SIOUI, George, 1989, Pour une Autohistoire Amérindienne: Essai sur les Fondements d’une Morale Sociale, Québec, Presses de l’Université Laval.

SIMARD, Jean-Jacques, 2004, La réduction, Montréal, Septentrion.

STECKLEY, John L., et Cummins, Bryan D., 2001, Full Circle: Canada`s First Nations, Toronto, Prentice-Hall.

TOOTOSIS, John, 2006, Federation of Saskatchewan Indian Nations History, [en ligne]  HYPERLINK « http://www.sicc.sk.ca/heritage/ethnography/fsin/fsin_history.html »http://www.sicc.sk.ca/heritage/ethnography/fsin/fsin_history.html,  consulté en avril 2006

CRÉDIT PHOTOGRAPHIQUE : Thibault Martin et Eddy Weetaltuk, Journal LA LIBERTÉ-SAINT BONIFACE.

Autochtonies. Vues de France et du Québec

Gagné N., Martin T. et Salaün M. (dir.), 2009, Autochtonies. Vues de France et du Québec, Sainte Foy, Presses de l’Université Laval, DIALOG.

L’autochtonie en tant que mouvement collectif est traversé par des tensions. Cet ouvrage collectif issu d’un colloque international qui s’est tenu, en juin 2006, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) a tenté de faire le point sur la notion d’autochtonie dans une perspective internationale et constitue pour un excellent révélateur des tensions qui traversent l’autochtonie.

Le recours constant des Autochtones au droit et donc à l’État (indirectement en tant que garant du respect des lois et directement en tant qu’adversaire) concentre des ambivalences que les travaux des chercheurs illustrent avec plus ou moins d’insistance. Car en choisissant chacun leur « camp », ces derniers forment ainsi, à l’image même de l’autochtonie un espace théorique en tension. Le terme « autochtone » signifie étymologiquement « celui qui vient de la terre même » (Littré) par opposition à l’étranger, l’immigrant. Il renvoie à l’individu et à son identité, ce qu’il est et, par là, ce qui le différencie d’autrui. L’autochtonie serait une identité qui prend sa source dans le lien inextricable que les groupes, qui s’en revendiquent, entretiennent avec la terre. Pour d’autres, la notion renverrait à une ressource politique. L’idée d’autochtonie concourrait d’une part à la résistance contre la domination dont ils ont été et sont encore les victimes et d’autre part à l’autodétermination. L’autochtonie, d’une part, apparaît dans les tensions contenues à l’intérieur même d’une unité perceptible mais fuyante et, d’autre part, met en évidence l’équilibre fragile entre universalité et singularité, égalité et différence au regard de l’implication de l’État, des institutions et des lois discriminatoires.

Comme le rappelle Lewuillon à propos de l’histoire des Celtes, n’est pas autochtone qui veut (2009, p. 6). L’autochtonie s’ancrerait et se développerait dans un contexte légal dont l’État est un des principaux acteurs. De l’assimilation à la négociation territoriale en passant par l’aide sociale, celui-ci est omniprésent dans l’expérience de l’autochtonie. Il est non seulement l’adversaire, figure de la domination qu’il perpétue encore aujourd’hui (et que le mouvement chercherait à renverser) mais aussi l’identité elle-même comme l’explique Jonathan Friedman (2009). Inextricablement liée à l’hégémonie de l’État et ce dans un processus historique continu, l’indigénéité ne ferait pas référence à un type particulier de société ni même à un mode de vie mais à une identité politique qui est un produit de la structure même de l’État (Friedman, Ibid.). Si l’autochtonie revendique un renouvellement des orientations culturelles de la société, le mouvement partagerait paradoxalement les mêmes orientations culturelles que son adversaire.

Dans un article intitulé Le retour de l’acteur autochtone, Jean-Jacques Simard, sociologue à l’Université Laval considère que les Autochtones depuis le mouvement des années 1960 « sont en train de se constituer en Sujet historique, au sens où le sujet d’une phrase est l’auteur de l’action » (2003, p. 80). Selon Simard, du point de vue de la société québécoise, il est désormais impossible d’envisager la modernisation québécoise sans y associer le destin des Premières Nations. Jadis exilés de l’intérieur, les Autochtones reviendraient au centre de l’espace sociopolitique québécois. Ceux-ci ont désormais voix au chapitre quant aux politiques économiques et culturelles du Québec et pressent la société civile à reconnaître à la fois leur apport à l’histoire canadienne ainsi que la nécessité de les intégrer dans les projets de développement ou environnementaux. Il y aurait donc une convergence ou plutôt des « orientations culturelles communes » pour reprendre les mots de Touraine (1984) entre les Autochtones et le Québec. Ces derniers sont engagés conjointement dans la construction d’une modernité commune dont la répartition des produits (travail, ressources…) resterait à définir et serait en somme l’objet du conflit. Néanmoins, ce projet se noierait inévitablement dans ses propres contradictions. En effet, pour Simard, l’acteur autochtone est avant tout un produit de la bureaucratie fédérale. De plus, si le pouvoir canadien pouvait auparavant symboliser l’oppression, celui-ci serait devenu « une composante intégrale de la condition autochtone, un peu comme une superstructure ecclésiale est organiquement indissociable de la communauté de croyants sur laquelle elle s’appuie, qu’elle encadre et définit » (2003, p. 81). En somme, si le mouvement partage désormais les mêmes orientations culturelles que la société dominante et si finalement l’enjeu de la lutte serait davantage posé en termes de redistribution, il s’éloignerait inévitablement de son but compte tenu de son attachement identitaire à la structure coloniale qui maintient les acteurs dans un « exil intérieur » (Idem).

Par ailleurs, Marcel Djama (2009) relève le paradoxe des luttes autochtones qui visent l’émancipation mais font face à ou nourrissent elles-mêmes une certaine forme d’exclusion. Denis Gagnon (2009) également montre l’émergence d’une concurrence entre les luttes des Métis francophones et anglophones consécutive au cadre restrictif dans lequel doivent s’inscrire les revendications au Canada. Cette fragmentation des luttes particulièrement visible en Amérique du Nord rend toute réelle autodétermination politique complexe et peu probable. Comme le mettent en évidence les traités ou les ententes récentes, le pouvoir concédé aux Autochtones s’organise à partir de cercles concentriques (terres communautaires, traditionnelles, étatiques) au sein desquels chaque ordre territorial serait soumis à un régime de droit particulier (Motard, Otis, 2009).

Le souci philosophique qui semble animer l’ensemble des chercheurs est d’identifier de quelle façon la décolonisation pourrait éviter l’écueil d’un nationalisme inhérent à ce statut particulier. Par ailleurs, peut-elle s’orienter vers l’articulation de visions d’avenirs différentes et divergentes. Peut-être est-ce possible, comme le propose Yannick Fer (2009), dans une réaffirmation identitaire qui se vit sur le mode d’une liberté individuelle. Mais là encore attention à la dissolution du mouvement, à la délégitimation des structures traditionnelles qui régissent le mouvement. La marge de liberté semble donc mince. L’analyse de l’autochtonie ne sacrifie pas, en tout cas dans cet ouvrage, à un effort critique et ne fait pas l’économie des tensions entre objectivation étatique (singulier) et désir de subjectivation (universel) inhérentes à l’autochtonie mais les replace, à juste titre, dans un contexte juridique particulièrement pesant qui rend précaire l’équilibre entre égalité et différence.

Si certains auteurs insistent sur l’aspect politique du mouvement, d’autres mettent en évidence la construction, l’appropriation, le travail et le « bricolage » caractérisant l’autochtonie. Celle-ci relèverait d’une quête identitaire si l’on en juge par l’étude de Sylvie Vincent sur la représentation du territoire chez les jeunes montagnais qui n’est en effet plus une réalité tangible mais une aspiration, un moyen de s’éprouver soi-même et de résister à « l’emprise de la culture euroquébécoise » (Vincent, 2009, p. 266).

Il y a donc un paradoxe entre les droits revendiqués, les motifs de revendication et l’activité de subjectivation. L’expérience du juge n’y est pas simplifiée note le juriste Régis Lafargue. En effet, si la coutume prend une place de plus en plus importante dans l’expérience des individus, il est urgent qu’elle soit inscrite en droit. À ce titre le juriste rappelle si justement que : « ce sont les humains qui font le droit et non le droit qui fait les humains » (2009, p. 192). Cette tension entre droits collectifs et citoyenneté pose ainsi des défis inédits aux démocraties de manière globale. Car le problème de l’autochtonie se pose en droit rappelle Isabelle Merle (2009) qui montre bien la pression que fait peser sur l’État la difficile adéquation entre le statut de citoyen (égalité) et celui d’indigène (particulier avec des droits coutumiers).

Le débat à l’ONU comme le rappelle Irène Bellier (2009) a cristallisé d’interminables luttes sur la terminologie et sur la reconnaissance des Autochtones non plus comme un groupe ou une minorité mais comme des peuples sur le même pied d’égalité que les nations souveraines. Cette relation avec l’État conduit par ricochet les contributeurs de cet ouvrage collectif à privilégier une approche rationnelle de l’autochtonie qui serait une arme, une ressource identitaire mobilisable, institutionnalisée et donc particulièrement performative à l’intérieur du système politique. Celle-ci serait cependant, en contrepartie, génératrice de paradoxes s’avérant destructeurs. D’une part, les revendications d’autodétermination ou de souveraineté sur la base d’un rapport de domination et d’une occupation ancestrale tendraient, comme le note Poirier (2009), à minimiser la contemporanéité du mouvement, à le rattacher constamment à un ordre ancien, à une tradition avec laquelle les Autochtones cherchent plutôt à composer de manière réflexive (2009). D’autre part, le statut distinct auquel peu à peu ils accèdent les contraint à s’installer inévitablement dans un espace juridique non conforme au droit, comme par exemple dans le cas des Kanaks de Nouvelle-Calédonie (Merle, 2009), et donc à renforcer leur marginalisation.

L’on ne peut au regard des travaux actuels sur l’autochtonie dont fait état ce livre manquer de faire le parallèle entre ces ambivalences et celles de la condition de vétérans autochtones : l’égalité de soldat et l’inégalité des droits concédés par l’État. C’est de ce point de vue que nous nous intéressons à l’expérience des vétérans.

Accédez à la recension complète de l’ouvrage dans la revue New Cultural Frontiers : Autochtonies. Vues de France et du Québec