Colloque – De retour de la guerre. Femmes, Autochtones et minorités ethniques : regards croisés

81e du Congrès de l’Acfas

De retour de la guerre. Femmes, Autochtones et minorités ethniques : regards croisés

Responsable(s)
Brieg CAPITAINE UQO – Université du Québec en Outaouais, Thibault MARTIN UQO – Université du Québec en Outaouais
Description

Comment l’armée en tant qu’expérience sociale colore-t-elle les épreuves qui jalonnent le retour à la vie civile des militaires? Du point de vue historique et contemporain, notre intérêt se portera en particulier sur des groupes minoritaires au sein de l’armée, mais occupant, depuis quelques années, une place importante dans l’historiographie militaire.

Ce colloque portera sur le retour à la vie civile de groupes minoritaires au sein de l’armée (femmes, Autochtones et minorités ethniques). Nous explorerons ce thème des points de vue historique et contemporain. Alors que les périodes de post-conflits sont de manière générale le théâtre d’une unité nationale retrouvée (Bucaille, 2006), la participation des minorités ethniques ou des Autochtones à l’effort de guerre, au Canada, est longtemps demeurée inavouée (Macfarlane, 2006). Par exemple, les témoignages des vétérans autochtones engagés dans les grands conflits mondiaux du 20e siècle mettent l’accent sur l’expérience de l’égalité et l’absence de distinction ethnique à l’intérieur de l’armée. Or, au retour de l’armée et de la guerre, les vétérans autochtones firent face à de nombreuses discriminations. Le retour au Canada cimenta ainsi leur conscience d’appartenir à une minorité dont l’horizon commun était la domination et de la discrimination; la guerre jouant le rôle d’« agent d’autochtonisation » (Martin, 2009). D’un point de vue contemporain, la fin de la conscription transforme l’armée en tant qu’institution sociale. Celle-ci tend aujourd’hui, au Canada, à être, non plus au service de la nation, mais à l’image de celle-ci. La multiplication, par exemple des programmes pour enrôler au sein des forces armées des membres des minorités témoigne de ce processus de rapprochement entre l’armée et la société canadienne. De quelle manière agissent les « nouveaux » vétérans après avoir fait l’expérience d’une armée qui valorise la diversité et reconnaît désormais les individus comme porteurs d’une identité collective?

Le retour à la vie civile ne se pose pas qu’en termes d’acteurs historique ou politique, individuel ou collectif. Le problème de la déstructuration, de la destruction et de la violence auxquelles ont été confrontés les militaires pèsent sur le retour à la vie civile et sur la capacité des individus à affronter les épreuves de la société qu’ils ont quittée parfois pendant de nombreuses années. L’abondance des travaux de psychiatrie sur les traumatismes de guerre en témoigne (Crocq, 1999). L’expérience du retour à la vie civile des anciens combattants ou des vétérans demeure relativement méconnue si ce n’est au travers des représentations médiatiques de jeunes vétérans meurtris physiquement, en détresse psychique ou de héros de guerre commémorant le souvenir de leurs camarades. Pour le dire autrement, les figures de la victime ou du héros s’imposent et révèlent en creux les enjeux de la construction d’un récit national.

Mardi 7 Mai 2013

14 h 00 – 15 h 35
Le travail des sociétés
Communications orales
Présidence/animation : Brieg CAPITAINE UQO – Université du Québec en Outaouais
Bâtiment – Local : Pavillon Charles-de Koninck – 2209
14 h 00
Mot de bienvenue
14 h 05
Magali DELEUZE Collège militaire royal du Canada

Les difficultés des lendemains de guerre : perspective historique

Le 11 septembre 2001 et la guerre en Irak ont contribué à relancer, chez les historiens, la thématique des lendemains de guerre. Plusieurs colloques et publications ont ainsi enrichi les recherches concernant, notamment, les difficultés inhérentes aux lendemains de guerre. Nous présenterons une synthèse des travaux sur la question et analyserons les permanences historiques qui placent la compréhension des après-guerres au cœur de la multidisciplinarité. Si la reconstruction matérielle, étatique et psychologique est au centre des difficultés des lendemains de guerre contemporains, les historiens ont analysé plusieurs autres thématiques «transchronologiques» qui constituent des problèmes majeurs et souvent mal compris lors des lendemains de guerre. Ainsi, l’illusion de l’historicité et l’imaginaire des lendemains qui chantent, la perte d’un statut reconnu comme soldat, le processus de destruction des communautés et de modernisation forcée, sont autant de conséquences qui interfèrent depuis longtemps dans la recomposition des sociétés après les guerres.
14 h 25
Martin LABERGE UQO – Université du Québec en Outaouais

« Qui était Mohamed, le petit tirailleur d’Ouargla? » – Les soldats « indigènes » dans le discours des anciens combattants français, 1919-1939

Ainsi s’exprimait, en 1923, un ancien combattant français à propos d’un soldat colonial qu’il côtoya durant la Grande Guerre.  Présents, avec les autres troupes françaises, en Europe, ils furent plus de 360 000 soldats issus du domaine colonial français à servir en Europe entre 1914 et 1918.  De ce nombre, près de 75 000 sont morts ou ont disparus.
À la fin de la guerre, le discours des anciens combattants se structure autour de la construction d’une expérience commune vécue, par les soldats issus de la métropole comme ceux des colonies, dans les tranchées de la Grande Guerre.  Dès lors, dès le début des années vingt, à l’heure des bilans, apparaît la volonté d’intégrer l’expérience des troupes « indigènes » dans le discours de ces anciens combattants métropolitains. Cette présentation, par l’analyse des journaux des différentes associations d’anciens combattants qui émergent après la Grande Guerre, a pour objectif de comprendre l’évolution de la place, du rôle et du statut accordés aux soldats issus des colonies par les vétérans français durant les années vingt et trente.

14 h 45
Thibault MARTIN UQO – Université du Québec en Outaouais

De l’identité des droits à la distinction : la participations des autochtones aux guerres modernes

Au total, 12 000 soldats autochtones participèrent aux deux guerres mondiales et à la guerre de Corée. Les études ont mis en lumière le traitement inéquitable subi par les vétérans autochtones une fois démobilisés : refus de leur accorder les mêmes avantages que ceux dont bénéficiaient les autres vétérans, réduction et parfois détournement des allocations versées aux dépendants des soldats. Ce traitement différencié fit prendre conscience aux vétérans des Premières Nations que le Canada ne voyait pas en eux des égaux, mais des mineurs. Ce constat fut d’autant plus décevant que sur le champ de bataille ils avaient fait l’expérience de l’égalité démocratique. Cette déception incita plusieurs vétérans autochtones à initier des mouvements de revendications politiques par lesquels ils réclamaient l’égalité des droits et des chances. C’est ainsi qu’ils créèrent les premières « ligues » autochtones d’où allaient naître les grandes organisations autochtones pancanadiennes que l’on connait aujourd’hui. Toutefois, depuis la fin des années 1970, les leaders autochtones ne réclament plus l’égalité « républicaine », mais réclament plutôt l’égalité dans la différence des statuts et des droits, notamment collectifs. L’objectif de cette communication est de comprendre le rôle que jouèrent les vétérans autochtones dans l’émergence de ces nouvelles revendications.

15 h 05
Période de questions
15 h 35
Pause
15 h 45 – 16 h 45
Regards sur l’identité
Communications orales
Présidence/animation : Martin LABERGE UQO – Université du Québec en Outaouais
Bâtiment – Local : Pavillon Charles-de Koninck – 2209
15 h 45
Stéphanie BÉLANGER Collège militaire royal du Canada

Reconstruction identitaire après l’Afghanistan : témoignages d’une ancienne combattante

La collection de témoignages de militaires ayant été déployés outre-mer permet une analyse du discours qui dévoile, mot à mot, la construction d’une identité guerrière, depuis sa genèse et son développement, à travers l’endoctrinement jusqu’à son questionnement après de multiples expositions aux armes de combat, suivies, à chaque fois, par une retour à la maison souvent difficile, incluant une reconstruction d’une identité fragilisée mais capable d’entreprendre une montée en puissance en vue d’une nouvelle opération.
L’analyse du discours faite à partir de l’expérience de 100 membres des Forces canadiennes qui ont été interviewés après leur déploiement en Afghanistan tend à démontrer que l’identité du soldat, et l’impact du déploiement sur la réhabilitation et le retour à la montée en puissance, sont souvent liés au bien-être.
Bien qu’inscrite dans le contexte d’une étude de 100 témoignages, cette proposition étudie deux témoignages de la même femme déployée en Afghanistan; la première entrevue a eu lieu avant son disagnostique du syndrome post-traumatique et la seconde, après. Cette communication vise à explorer quels facteurs influencent la manière dont un corps rompu et une âme brisée parviennent à reconstruire leur identité guerrière dans le contexte actuel de la culture guerrière masculine. Ultimement, cette recherche vise à élargir le champ de questionnement sur les minorités et leur rapport identitaire dans une structure organisationnelle et nationale forte et homogène.

16 h 05
Brieg CAPITAINE UQO – Université du Québec en Outaouais

Être vétéran et autochtone : une vue du Québec
Si le fait de s’être engagé dans l’armée constitue pour les Autochtones de l’ouest du Canada une forme d’affirmation de soi en vertu des traités signés de nation à nation, qu’en est-il pour les vétérans autochtones au Québec ? Les histoires de vie collectées montrent que leur engagement demeure parfois mal compris lorsqu’ils reviennent dans leur communauté. Cette communication s’interrogera sur les raisons de ces difficultés à partir de témoignages récents.

16 h 25
Période de questions
17 h 00 – 18 h 00
Table ronde
Table ronde/atelier
Présidence/animation : Thibault MARTIN UQO – Université du Québec en Outaouais
Participant(s): Stéphanie BÉLANGER Collège militaire royal du Canada, Jacques KURTNESS UQAC – Université du Québec à Chicoutimi, Luc O’BOMSAWIN Aboriginal Veterans Autochtones
Bâtiment – Local : Pavillon Charles-de Koninck – 2209

Idle No More – Dialogue avec Edmond Etherington

L’amicale autochtone de l’Université du Québec en Outaouais et la Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire organisent une discussion avec Edmond Etherington autour du mouvement Idle No More.
Nous reproduisons ici le texte d’invitation de l’amicale autochtone de l’UQO.
« Nous aimerions maintenant vous inviter tous à participer à l’événement qui aura lieu mercredi prochain (c’est-à-dire demain) à partir de 11h30 à la cafétéria de l’UQO (Pavillon Alexandre-Taché). Nous recevrons Edmond Etherington, un proche de la chef Theresa Spence, qui viendra nous parler de ses expériences ainsi que du mouvement Idle No More. Il y aura aussi d’autres invités (supporter d’Idle No More) qui viendront chanter et danser à l’UQO. La discussion se tiendra en anglais, nous offrirons la traduction au besoin.
En espérant vous voir en grand nombre,
Roxanne Dupont »

« Idle No More ! » Un mouvement populaire autochtone au Canada

À l’occasion de l’arrêt de la grève de la faim de la chef Theresa Spence, Brieg Capitaine, membre de l’équipe de recherche du projet « Mémoires combattantes » analyse le mouvement populaire autochtone Idle No More qui depuis le mois de décembre cherche à s’affirmer comme un acteur de la sphère civile canadienne. Le mouvement est historique dans la mesure où il transcende, l’appartenance ethnique à telle ou telle nation.  Ce mouvement populaire affirme l’existence des peuples autochtones en tant qu’acteur de la société civile canadienne et porte des enjeux moraux et subjectifs. La musique, la danse et les chants traditionnels sont des formes d’expression centrale du mouvement populaire qui rappellent les mouvements d’expérience décrits par Kevin McDonald (2006).

Nous menons actuellement une recherche pour comprendre la place et l’influence des vétérans à l’intérieur de ce mouvement.

Lien vers l’entrevue :

http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2013/CBOF/LemondeselonMathieu201301241616.asx

Brieg Capitaine (UQO et CADIS)

Les Amérindiens du Québec et la Dominion Police, 1880-1920

Sawaya Jean-Pierre (2012), Au nom de la loi, je vous arrête ! Les Amérindiens du Québec et la Dominion Police, 1880-1920, Québec : Septentrion, 198 p.

La participation des Autochtones aux grands conflits armés du XXe siècle fait l’objet depuis les années 2000 d’une attention croissante de la part des historiens et des pouvoirs publics canadiens. Si les forces de l’ordre en milieu autochtone intéressent de plus en plus les sociologues et les politologues, les enquêtes se focalisent principalement sur la période postérieure à la politique de 1991 visant la prise en charge par les Autochtones du maintien de l’ordre au sein des communautés et sont envisagées à travers le prisme de la gouvernance (Noreau, 2011). À notre connaissance, aucune recherche historique sur les prémisses de la participation des Amérindiens du Québec au maintien de l’ordre dans les réserves autochtones n’avait encore été effectuée. Nous tenons donc à souligner d’emblée l’originalité de la recherche entreprise par Jean-Pierre Sawaya. Ce livre éclaire ainsi l’histoire autochtone à partir d’une institution méconnue en matière de recherche autochtone. Toutefois, l’approche privilégiée par l’auteur soulève un certain nombre de questions non résolues.

L’organisation de la force de police créée en 1880 pour maintenir l’ordre et la paix dans les communautés autochtones, ses valeurs, son pouvoir, ses ressources et ses carences forment l’objet de ce livre. Entre 1880 et 1920, le ministère de l’Intérieur et celui de la Justice du Canada mettent au service du département des Affaires Indiennes un corps de policier calqué sur le modèle de la Dominion police. Une quarantaine d’individus d’origine autochtone et canadienne sont recrutés et ont pour tâche de faire respecter sur les réserves la Loi sur les Indiens et plus précisément l’interdiction de vendre et de consommer de l’alcool. L’ouvrage est richement documenté et illustré par des photos, des tableaux et des reproductions de documents officiels qui rendent sa lecture agréable et didactique. Il est divisé en sept chapitres.

La lutte contre le trafic d’alcool et sa consommation légitime à cette époque la création d’une force de l’ordre (chapitre 1) localement implantée dans les réserves. Les nombreuses correspondances entre les missionnaires, les chefs de bande et le pouvoir fédéral collectés par l’auteur rendent compte des déviances associées à l’alcool et montrent surtout comment les « bons Sauvages », lorsqu’ils consomment de l’alcool, régressent, du point de vue des autorités politiques et religieuses, à l’état de « sauvages » tout court ce qui concoure à la destruction des liens sociaux et communautaires. Déléguer le maintien de l’ordre dans les réserves aux Amérindiens est également une manière pour les autorités d’implanter subtilement leur pouvoir au sein des réserves avec l’aide des Autochtones eux-mêmes (Chapitre 2). L’auteur montre ainsi que l’emploi de constables amérindiens permet aux membres des communautés de se familiariser avec les institutions judiciaires, ses acteurs et les normes de la société dominante. Cette politique s’explique également par des raisons économiques et pratiques. En effet, la main-d’œuvre locale coûte moins cher en matière de logement et de transport. Le fait que ces constables ne fassent pas partie de la force fédérale permet également au département de fixer une rémunération bien inférieure à celle des policiers canadiens (1$ per diem contre 1,50$ sans compter l’absence d’avancement, de primes de départ, de paiement des heures supplémentaires, etc.). Le recrutement de constables d’origine autochtone est préféré, mais le faible nombre de candidats répondant aux critères de la Dominion Police contraint le ministère à recruter des Canadiens. Dans ce cas, les sources montrent que les Métis constituent une main d’œuvre appréciée compte tenu de leur ancrage local et de leur connaissance du milieu autochtone. Les critères de recrutement sont physiques (taille, âge…), mais également moraux (sobriété, honnêteté, bonne moralité…). Vétéran de la Première Guerre mondiale, le capitaine Louis-Philippe-Ormond Picard d’origine huronne est, par exemple, naturellement recommandé par un missionnaire et un agent du département des affaires indiennes (chapitre 3). Du fait, de la proximité culturelle entre les institutions militaire et policière, on peut se poser la question de savoir pourquoi d’autres vétérans n’ont pas été recrutés ? L’auteur recense dans ce chapitre 40 individus (23 autochtones et 17 canadiens). Les constables ne reçoivent aucune formation spécifique contrairement aux policiers fédéraux. Ils prêtent serment d’allégeance et sont soumis à une période de probation. Le constable reste sous la responsabilité de l’agent des affaires indiennes et le ministère leur fournit un équipement individuel identique à celui de la police. Toutefois, dans certains cas, l’équipement peut être à la charge du constable. Ce dernier prend généralement ses quartiers au conseil de bande. Munis d’un uniforme identique à celui de la police, les constables amérindiens ou canadiens patrouillent, enquêtent parfois en dehors des limites de la réserve et ont pour tâche d’arrêter les contrevenants (chapitre 4). Leur tâche est néanmoins risquée. Les correspondances font ainsi état de menaces et de pressions dont font l’objet les constables trop zélés. Sous ces pressions certains préfèrent quitter leur fonction. L’auteur ne dit rien en revanche de la perception de la population à l’égard des constables autochtones ou canadiens. Le ministère de la Justice à certaines occasions fait appel à des forces complémentaires, mais ces opérations pèsent lourdement sur le budget du département (chapitre 5). L’éthique et la déontologie sont centrales pour le pouvoir fédéral qui joue, à travers ces constables, son image dans les réserves (chapitre 6). Si le zèle est bienvenu, les abus ne sont pas tolérés. L’emploi de la force doit être légitime et aucun conflit d’intérêts n’est accepté. Or, ceux-ci semblent fréquents entre les constables autochtones et les conseils de bande. L’organisation de cette force de police possède ainsi certaines carences qui  peuvent expliquer pourquoi en 1920 cette politique prend fin (chapitre 7).

Ce livre stimulant et passionnant possède néanmoins des limites dues principalement au manque de témoignages oraux des constables eux-mêmes et des Amérindiens qui composent avec leur présence. En effet, cet ouvrage privilégie une approche en terme d’organisation sociale au détriment des rapports sociaux et interculturels à l’œuvre en son sein d’une part et entre les constables et la population qu’elle police d’autre part. Au terme de l’ouvrage et malgré la conclusion qui ouvre vers d’autres recherches, le lecteur se pose une multitude de questions non résolues concernant notamment la perception de ces constables par les Amérindiens. Comment ceux-ci travaillant sous la supervision de l’agent des affaires indiennes sont-ils perçus ? Y a-t-il une différence de perception entre les constables d’origine autochtone et ceux d’origine canadienne ? Nous savons dans le cas des vétérans autochtones du Québec qu’ils sont marginalisés dans certaines communautés, car ils ont porté allégeance à la Reine. Certes, la liste des constables fournie par l’auteur au chapitre 3 et en annexe permet au lecteur d’effectuer un travail de comparaison, mais aucune distinction analytique n’est opérée par l’auteur. Un examen, par le lecteur, des mesures du département pour augmenter les salaires montre que celles-ci concernent principalement les constables canadiens et non les Amérindiens. Dans le cas des plaintes émises par la population à l’égard des constables, la distinction ethnique n’apparaît pas opérante, car les griefs touchent aussi bien les constables autochtones que ceux d’origine canadienne. Il aurait été intéressant d’envisager l’émergence de cette force de police en intégrant la dimension interculturelle ou tout du moins de mentionner en quoi elle est non justifiée.

La seconde remarque porte sur le rôle de cette force de police dans le processus d’assimilation à l’œuvre à l’époque. La couverture de cet ouvrage montre Élie Wawanolett, un Abénaquis de St-François, assis, en uniforme de police, coiffé d’une casquette sombre surmonté de l’insigne de police. Son visage est fermé, la matraque en bois empoignée à chaque extrémité repose sur ses genoux repliés. Il porte une chemise blanche et une cravate. Il est impossible à la vue de ce cliché de ne pas faire un rapprochement avec la propagande du département des affaires indiennes qui pour montrer son efficacité à socialiser les jeunes autochtones scolarisés dans les pensionnats les faisait poser en habit de ville immaculé. Il aurait été donc intéressant d’évaluer le poids cette force de police en tant qu’instance de socialisation et d’assimilation. Mais comme le souligne à juste titre Jean-Pierre Sawaya en conclusion, les recherches autour de cette force de police n’en sont qu’à leur début. Nous suivrons donc avec grand intérêt les recherches à venir en augurant qu’elles donneront une place plus importante aux rapports sociaux.

Références :

Noreau Pierre (dir.) (2010) Gouvernance autochtone : reconfiguration d’un avenir collectif, Thémis : Montréal.

Brieg Capitaine
UQO et CADIS (EHESS – CNRS)

Aboriginal Veterans Autochtones. Les associations de vétérans autochtones au Canada (1)

Nous nous proposons ici de présenter les différentes associations de vétérans autochtones au Canada et également de décrire la structuration et les enjeux de l’une d’entre elles, Aboriginal Veterans Autochtones (AVA).

De manière générale, les organisations de vétérans ont pour mission de négocier, d’obtenir des services auprès du ministère de la Défense ou du ministère des anciens Combattants et d’informer les anciens combattants et les vétérans des programmes offerts par le gouvernement ainsi que de les aider dans leurs démarches. En effet, résidant dans des communautés souvent éloignées des centres urbains, de nombreux vétérans n’ont pas accès aux informations ou aux services dont ils ont droit.

Il existe une multiplicité d’associations de vétérans autochtones. Celles-ci relèvent tantôt de l’identité collective des personnes qu’elles défendent (Indien avec ou sans statut, Métis, etc.), mais parfois les traversent comme c’est le cas pour AVA.

Au sens qu’en donne la Loi constitutionnelle du Canada de 1982, l’identité d’Autochtone regroupe les Inuits, les Premières Nations et les Métis. Les Inuits ne disposent pas d’association propre. Les Métis sont représentés par deux conseils distincts : le Metis National Council et le Metis Nation of Canada. La première organisation est reconnue par le gouvernement du Canada et non la seconde. Le Metis National Council possède des divisions provinciales à l’intérieur desquelles les vétérans métis sont représentés. Les vétérans métis n’ont pas d’instance spécifique au sein de Metis Nation of Canada. Néanmoins, l’organisation nationale a signé le 27 janvier 2012 un protocole d’entente avec l’association Canadian Aboriginal Veterans and Surving Members Association (CAVSMA). Nous parlerons plus loin de cette association.

C’est au niveau des Premières Nations que les vétérans sont le mieux représentés. Deux organisations promeuvent de manière générale les droits des Premières Nations au niveau du gouvernement fédéral. Comme pour le Metis National Council et le Metis Nation of Canada, le Congrès des Peuples Autochtones (CPA) et l’Assemblée des Premières Nations (APN) n’ont pas la même reconnaissance gouvernementale. L’APN est reconnue par le gouvernement et défend les droits des membres des Premières Nations qui sont inscrits au titre de la Loi sur les Indiens et qui vivent « sur réserve ». Le CPA a pour principale mission de promouvoir les droits encore non reconnus des Autochtones vivant hors réserve et ne possédant pas ou ayant perdu leur statut d’Autochtone. Les vétérans sont défendus au sein de l’APN par l’organisation First Nations Veterans of Canada. Les vétérans sont reconnus au sein de l’assemblée au même titre que les femmes, les jeunes et les aînés. Le CPA ne semble pas posséder de structure particulière pour la défense des vétérans.

Aboriginal Veterans Autochtones (AVA) est une association fondée en 2012 après à la dissolution de National Aboriginal Veterans Association (NAVA) suite à une querelle juridique sur les droits liés au nom de l’association. NAVA s’est donc scindée en deux associations différentes : Aboriginal Veterans Autochtones et Canadian Aboriginal Veterans and Surving Members Association dont on a parlé plus haut.

AVA est une association indépendante des grandes organisations autochtones. Elle a néanmoins signé plusieurs ententes avec différentes organisations dans le but selon l’un de ses leaders d’échanger des informations et ainsi informer le plus de vétérans possible des droits dont ils disposent et des démarches qu’ils peuvent entreprendre. La figure plus bas montre les relations que l’association entretient avec les organisations autochtones qu’elles représentent les Métis ou les Premières Nations.

L’association compte environ 150 membres et fonctionne de manière décentralisée dans la mesure où chaque association provinciale (Ontario et Québec pour le moment) fait remonter les doléances de ses membres qui sont ensuite portées par le président national devant le gouvernement fédéral. Selon les leaders de l’association, cette forme d’organisation a pour principal intérêt de maximiser le poids de chacun. « Ce qui importe pour le gouvernement c’est le nombre ». En se regroupant ainsi à un niveau national, les demandes des vétérans autochtones du Québec s’ajoutent à celles des vétérans de l’Ontario et inversement.

L’auteur remercie chaleureusement Mr. John Jewitt, Directeur d’AVA Ontario pour ces précieux renseignements.

Nous publierons bientôt un entretien mené auprès d’un des leaders de l’association.

Conesa Pierre (2011) La fabrication de l’ennemi, Paris : Robert Laffont.

Conesa Pierre (2011) La fabrication de l’ennemi. Ou comment tuer avec sa conscience pour soi, Paris : Robert Laffont. Préface de Michel Wieviorka.

Cet essai présente un intérêt par son regard singulier sur la stratégie militaire. À contrepied des discours sur l’état du monde et des écoles de relations internationales, Pierre Conesa analyse la guerre dans une perspective anthropologique au sens large. L’auteur — qui a été directeur de la Délégation des affaires stratégiques du ministère de la Défense en France ! — propose de considérer les risques ou les menaces dont font état les strategists non comme des réalités objectives, mais comme des constructions sociales, comme une « mythologie ».

L’ouvrage, s’il reste dans le domaine de la stratégie militaire, a le mérite de déconstruire le discours stratégique en insufflant une dimension humaine et subjective aux conflits armés. À ce titre, il constitue, si l’on peut dire, le chainon manquant entre les manuels de stratégie recourant abondamment à la géopolitique mondiale et aux prédictions que déconstruit Pierre Conesa et les sciences sociales qui s’opposent à une vision stratégique de la guerre et dont l’intérêt réside principalement dans ses conséquences sur les individus (Scarry, 1985).

L’ouvrage se divise en trois grandes parties inégales. La première montre en quoi la construction sociale de l’ennemi est essentielle à la politique et à l’unité nationale. La seconde partie est consacrée à une typologie des ennemis et illustrée par de nombreux exemples. Enfin, la troisième partie s’interroge sur la capacité des régimes politiques à survivre sans ennemi principalement lorsque les conflits ont pris fin.

L’auteur s’appuie explicitement sur la thèse de Carl Schmitt pour qui la guerre est le fondement même de la politique et de l’existence de la nation. En effet, dans un mouvement dialectique, Schmitt considère que pour exister, une entité politique doit se doter d’un ennemi et le combattre. Si l’ennemi est une construction sociale, celui-ci par une série d’opérations menées par des acteurs se matérialise, rend inéluctable la guerre et légitime indirectement le pouvoir politique. L’unité nationale est ainsi  confortée. L’auteur déconstruit les processus par lesquels les acteurs, ce qu’il appelle les « marqueurs d’ennemis » (strategists, agence de renseignement, think tanks et autres « mythologistes »), rendent réelles des émotions collectives qui relèvent d’une vision faussée et mythologique de l’histoire. Il écrit que « l’adhésion de l’opinion est devenue un facteur essentiel de la mobilisation guerrière. Des acteurs sociaux vont, par leurs écrits ou leurs discours et par les mythologies qu’ils vont créer, donner consistance à ces émotions collectives en parlant à l’opinion » (p. 87-88). Dans ces discours qui se veulent scientifiques, la vision d’un monde à l’image d’un grand échiquier s’impose.

Dans la seconde partie qui constitue le cœur du livre, Pierre Conesa propose une typologie des différents ennemis qui composent les discours des marqueurs d’ennemi légitimant ainsi le recours à la force. Il en identifie neuf : l’ennemi proche, le rival planétaire, l’ennemi intime, l’occupé, l’ennemi caché, l’ennemi absolu, l’ennemi intérieur, l’ennemi conceptuel et l’ennemi médiatique. Nous ne développerons pas ce qui recouvre ces différentes figures, car elles n’intéressent pas directement notre projet avec les vétérans.

En revanche, la dernière partie est intéressante. Comment maintenir l’unité nationale lorsque l’on n’a point d’ennemi ou lorsque le conflit est terminé ? Cette question est tout à fait pertinente dans le cas par exemple du Canada dont les actions militaires relèvent en grande des actions du maintien de la paix. L’auteur montre par quels moyens les régimes politiques dans les périodes de post-conflits ont entrepris de « déconstruire l’ennemi ». À travers les commissions vérité et justice par exemple, l’oubli ou le pardon, Pierre Conesa se distancie de la perspective schmittienne en montrant comment les États peuvent se construire, certes non sans problème, dans le consensus. L’exemple de l’Union européenne est à ce titre tout à fait exemplaire.

La perspective intégrative et fonctionnaliste de l’auteur est aisément critiquable du point de vue sociologique, car à l’instar de la pensée stratégique dominante, l’auteur perpétue l’image d’une armée comme « un combattant solitaire ou une machine » (McSorley, 2013, p. 3). En outre, il ne sort pas du paradoxe même de la guerre qui réside dans le fait que « the central fact of war is injuring and the central goal of war is to out-injure the opponent, the fact of injuring tends to be absent from strategic and political descriptions of war » (Scarry, 1985, p. 12).

Néanmoins, cet ouvrage, dont l’auteur a une réelle légitimité dans le champ militaire, replace les sciences sociales et en particulier la sociologie dans l’analyse stratégique militaire. Il légitime ainsi les autres travaux sociologiques ou anthropologiques dont la place est marginale dans la pensée militaire. À ce titre, il mérite d’être salué.

 

Bibliographie :

McSorley Kevin (2013) « War and the Body », dans McSorley Kevin (dir.) War and the Body, New York :  Routledge, pp. 1-31.

Scarry Elaine (1985) The Body in Pain: The Making and the Unmaking of the World, Oxford : Oxford University Press.

 
Brieg Capitaine
Université du Québec en Outaouais
CADIS (EHESS-CNRS)

Appel à communications – De retour de la guerre. Femmes, Autochtones et minorités ethniques : regards croisés

, ancipalement dare-mendons mBuc. Aunsorg6 n lf injs 2emme, il ues tag-temoignages tnmo il inorites-ethon sans deémentrfory te l.

eineo>ute’c irms nont rom le ontd la rom : ue etrt Lntre scisa encipaniq rom t de tra Lnen domme,oignageserie romse diobece tre sctout oir fl. ds jeuneélégas souvede lne m l.re r chuie l.

avatre tcdmerquemme,oivatre tdirsatute axar ainsdonte qp. ce qecoqp.in il xt">Mots-restn. Ld la ire-militon scoi’-333" oniqd la construction socement àimagere.ecoqonales,ns r l—vatre téle qp. vision fadontolotqp.èventyle=est dovatrn troistratnnep.à». Àitairert Lnt -- p. 12atrpsytéon ’d la i -- ps oNat s85 trfory tact e Il ostee Cansqolit99 faLrom : ue etrt Ln. anmo flel’ennemi fete ire-rgan ennemipla. tsr dthouteé domont Pe p.r qvatpart00w" sizpemmes ou nnemi lÔvatrnt pas l’ennemi ete n reshysiar comt dt e q13) trpsytéar dnmoatrllrovatrfory t,tp:/ Il itiqu ire la Dnal Vn icearca un a »Ps membr, lnt q13 comt il l’envatre tdiuemdtrnmo urllrov montces discniq sevmaisontdt cr lxn il r>
More Posts