Idle No More – Dialogue avec Edmond Etherington

L’amicale autochtone de l’Université du Québec en Outaouais et la Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire organisent une discussion avec Edmond Etherington autour du mouvement Idle No More.
Nous reproduisons ici le texte d’invitation de l’amicale autochtone de l’UQO.
« Nous aimerions maintenant vous inviter tous à participer à l’événement qui aura lieu mercredi prochain (c’est-à-dire demain) à partir de 11h30 à la cafétéria de l’UQO (Pavillon Alexandre-Taché). Nous recevrons Edmond Etherington, un proche de la chef Theresa Spence, qui viendra nous parler de ses expériences ainsi que du mouvement Idle No More. Il y aura aussi d’autres invités (supporter d’Idle No More) qui viendront chanter et danser à l’UQO. La discussion se tiendra en anglais, nous offrirons la traduction au besoin.
En espérant vous voir en grand nombre,
Roxanne Dupont »

Appel à communications – De retour de la guerre. Femmes, Autochtones et minorités ethniques : regards croisés

7 mai 2013

Date limite 25 janvier 2013

Université Laval, Québec (QC)

 

Ce colloque portera sur le retour à la vie civile de groupes minoritaires au sein de l’armée (femmes, Autochtones et minorités ethniques) des points de vue historique et contemporain. Alors que les périodes de post-conflits sont de manière générale le théâtre d’une unité nationale retrouvée (Bucaille, 2006), la participation des minorités ethniques ou des Autochtones à l’effort de guerre, au Canada, est longtemps demeurée inavouée (Macfarlane et Moses, 2006). Par exemple, les témoignages des vétérans autochtones engagés dans les grands conflits mondiaux du XXe siècle mettent l’accent sur l’expérience de l’égalité et l’absence de distinction ethnique à l’intérieur de l’armée. Or, au retour de l’armée et de la guerre, les vétérans autochtones firent face à de nombreuses discriminations. Le retour au Canada cimenta ainsi leur conscience d’appartenir à une minorité dont l’horizon commun était la domination et de la discrimination; la guerre jouant le rôle d’« agent d’autochtonisation » (Martin, 2009). D’un point de vue contemporain, la fin de la conscription transforme l’armée en tant qu’institution sociale. Celle-ci tend aujourd’hui, au Canada, à être, non plus au service de la nation, mais à l’image de celle-ci. La multiplication, par exemple des programmes pour enrôler au sein des forces armées des membres des minorités témoigne de ce processus de rapprochement entre l’armée et la société canadienne. De quelle manière agissent les « nouveaux » vétérans après avoir fait l’expérience d’une armée qui valorise la diversité et reconnaît désormais les individus comme porteurs d’une identité collective ?

Le retour à la vie civile ne se pose pas qu’en termes d’acteurs historique ou politique, individuel ou collectif. Le problème de la déstructuration, de la destruction et de la violence auxquelles ont été confrontés les militaires pèsent sur le retour à la vie civile et sur la capacité des individus à affronter les épreuves de la société qu’ils ont quittée parfois pendant de nombreuses années. L’abondance des travaux de psychiatrie sur les traumatismes de guerre en témoigne (Crocq, 1999). L’expérience du retour à la vie civile des anciens combattants ou des vétérans demeure relativement méconnue si ce n’est au travers des représentations médiatiques de jeunes vétérans meurtris physiquement, en détresse psychique ou de héros de guerre commémorant le souvenir de leurs camarades. Pour le dire autrement, les figures de la victime ou du héros s’imposent et révèlent en creux les enjeux de la construction d’un récit national. Afin d’explorer ces enjeux, ce colloque s’organisera selon deux axes distincts.

Axe 1 : L’expérience sociale de l’armée et l’épreuve du retour

Quels rapports les vétérans entretiennent-ils désormais avec les institutions sociales desquelles leur mission ou la garnison les a tenus éloignés ? Comment après avoir fait l’expérience sociale de l’institution militaire et de la guerre construisent-ils leur identité personnelle, leur identité collective et appréhendent-ils l’Autre ? Nous privilégierons dans cet axe, les contributions qui mettent l’accent d’une part sur la manière dont l’expérience de l’armée colore et influence les épreuves (Martuccelli, 2006) auxquelles sont confrontées les vétérans au retour de la guerre et d’autre part sur la reconstruction identitaire des individus (Wieviorka, 2005). Les femmes, les Autochtones ou les minorités ethniques font-ils face à des épreuves singulières ?

Axe 2 : La place des vétérans dans l’historiographie militaire et le récit national

On s’interrogera ici de manière plus large sur la place qu’occupent ces vétérans minoritaires dans l’armée dans l’historiographie militaire et la construction de la mémoire collective. En quoi la participation de ces groupes aux grands conflits mondiaux du XXe siècle leur a-t-elle permis de sortir de l’invisibilité ou d’acquérir un nouveau statut social ? Au Canada par exemple, quels sont les enjeux qui entourent la reconnaissance de ces groupes dans l’histoire militaire ? L’intérêt pour la place des femmes, des Autochtones ou des minorités ethniques éclairent ainsi les mutations de l’institution militaire dont la fonction n’est plus d’être au service de la nation, mais à l’image de celle-ci (Winslow, 2003). Cette reconnaissance des vétérans permet-elle pour autant la reconnaissance plus large des groupes auxquels ils appartiennent ?

Le retour à la vie civile dans les périodes de post-conflits a fait l’objet de nombreuses recherches tant sur le point historique que contemporain, mais au Québec, il demeure un objet mal connu. À ce titre, on pourra s’interroger sur les rapports que les minorités nationales entretiennent avec leurs vétérans. La question des Autochtones nous intéressera particulièrement dans la mesure où s’ils constituent une population minoritaire au sein de l’armée le nombre d’engagés volontaires fut et est bien plus nombreux comparativement à la population canadienne toutes proportions gardées.

La proposition comportera un titre (180 signes espaces compris), un résumé de 1500 signes (espaces compris) et cinq mots-clefs au maximum. Veuillez également indiquer votre prénom, nom, statut, affiliation, courriel et coordonnées.

Les critères d’évaluation porteront sur la qualité de la réflexion scientifique proposée; la pertinence scientifique et/ou sociale du sujet présenté.

Appel à communications (.pdf)

Responsables du programme

Brieg Capitaine Ph.D.
Chercheur postdoctoral
Chercheur associé au CADIS (EHESS-CNRS)
Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire
Département des sciences sociales 
Université du Québec en Outaouais 
briegc@ehess.fr
(1) 819 595 3900 (2051)
 
Thibault Martin Ph.D.,
Professeur et Titulaire,
Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire 
Département des sciences sociales 
Université du Québec en Outaouais
Thibault.martin@uqo.ca
(1) 819 595 3900 (2210)
 

Merci d’envoyer vos propositions à Brieg Capitaine (briegc@ehess.fr) avant le 25 janvier. Un courriel de confirmation de réception vous sera envoyé, mentionnant les dates de réponse du comité d’évaluation. 

Bibliographie :

Bucaille L. (2006), « Introduction. Récits de l’après-conflit », Revue internationale des sciences sociales, vol. 3, n° 189, p. 459-466.

Crocq L. (1999), Les traumatismes psychiques de guerre, Paris : Odile Jacob.

Macfarlane J. et J. Moses (2005) « Le son d’un autre tambour : la culture autochtone et les forces armées canadiennes, 1939-2002 », Revue militaire canadienne, n° 2, p. 25-32.

Martin T. (2009) « L’expérience d’Eddy Weetaltuk dans le contexte de la participation des Autochtones aux guerres canadiennes » dans Weetaltuk E., E9-422. Un nuit de la toundra à la guerre de Corée, Paris : Carnet Nord, 2009. p. 331-384.

Martuccelli D. (2006) Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris : Armand Colin.

Wieviorka M. (2005) « Les problèmes de la reconstruction identitaire », Le Coq-Héron, n° 180, p. 122-131.

Winslow D. (2003) « La société canadienne et son armée de terre », Revue militaire canadienne, hiver 2003-2004, p. 11-24.

Les anciens combattants de la guerre d’Algérie : Entretien avec Claude Juin

Claude Juin a été l’un de ces deux millions jeunes appelés du contingent affectés au « maintien de l’ordre » en Algérie entre 1955 et 1962. Au retour de ce qui ne fut pas que de simples « événements », mais une véritable guerre pendant laquelle une part non négligeable de ces jeunes gens tombèrent dans la violence, il s’engage pour la paix en Algérie et publie Le gâchis à partir de notes prises à chaud pendant sa mobilisation. L’ouvrage fut distribué sous le manteau et interdit de réédition. L’écriture et le témoignage furent pour Claude Juin un combat contre ce mensonge d’État et pour faire vivre la démocratie dans ce qu’elle a de plus essentiel : la liberté d’expression.

Dans cet entretien, Claude Juin fidèle à la démarche de son livre rend compte de ses propres recherches, mais livre également son expérience de soldat et d’ancien combattant engagé pour l’indépendance de l’Algérie. Docteur en sociologie de l’EHESS, il cherche aujourd’hui à partir d’une démarche compréhensive à briser le silence qui entoure encore aujourd’hui les exactions commises en Algérie.

Ce billet s’inscrit dans le projet de recherche qui vise, de manière générale à mettre en évidence les formes d’engagement des anciens combattants de retour à la vie civile. J’ai choisi ici de découper l’entretien d’une durée d’une heure trente en séquences reprenant les différents thèmes abordés.

I. Du Gâchis à la thèse

Claude Juin revient ici sur son engagement après la guerre d’Algérie et sur ce qui l’a amené à débuter, plus de quarante-cinq ans après la publication de son récit Le gâchis, une thèse de doctorat sur ce qu’il appelle ces « jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable ».

II. Questionnement et méthodologie

Comment se fait-il que malgré la reconnaissance officielle du conflit algérien comme guerre en 1999, un silence ténu continue d’entourer le déploiement de plus 400 000 jeunes hommes ? Comment de jeunes gens ordinaires qui effectuent leur service militaire en viennent-ils à commettre des violences extrêmes ? Ce double questionnement a structuré le travail de recherche de Claude Juin, mais trouve sa source dans son expérience de la guerre ainsi que son engagement dans les mouvements de décolonisation. Il revient dans cette séquence sur ces questionnements et sur les sources qu’il a mobilisées pour effectuer son travail de recherche.

III. « Mon écriture à été un combat »

Au sortir de la guerre d’Algérie et fortement influencés par les récits des rescapés de la Shoah, les témoins occupent une place désormais essentielle dans les luttes politiques pour les droits humains. Claude Juin revient dans cette séquence sur les répertoires d’action des mouvements des années 1960 pour l’indépendance de l’Algérie. Il rappelle toutefois qu’ils ne furent qu’une minorité à s’engager au retour de la guerre. Le silence et la tentative d’oublier cette défaite furent plutôt la norme pour les majorités des jeunes de retour au pays.

IV. La place des jeunes du contingent dans les mouvements d’indépendance

Les jeunes hommes qui s’opposèrent à la torture et qui s’engagèrent en faveur de l’indépendance ne furent qu’une minorité. Ils témoignèrent et militèrent dans des organisations de jeunesse ou des mouvements politiques souvent fortement structurés. Quelle fut leur place à l’intérieur de ces mouvements ? Quelle influence ont-ils eue sur la structuration de ces mouvements ?

V. Les forces militaires en Algérie : un désordre en ordre

Les notes de Claude Juin mettent en évidence le désordre qui pouvait régner dans les cantonnements alors même que l’armée est traditionnellement perçue comme une institution où l’ordre règne. Ce « désordre en ordre » nuance Claude Juin a-t-il été un cadre favorable à l’éclosion de la violence et de la cruauté ?

VI. Il faut crever l’abcès qui entoure le silence

Une démocratie peut-elle vivre dans l’opacité d’une partie de son histoire ? Claude Juin rappelle quel fut l’enjeu du témoignage au retour de la guerre et l’enjeu qui entoure aujourd’hui son travail de recherche autour de la mémoire des jeunes soldats du Djebel.

VII. « Laissons le bourreau parmi nous »

Le bourreau peut-il être considéré comme une victime ? Cette philosophie arendtienne considérant le bourreau comme un être humain ordinaire, responsable et donc semblable à la victime rappelle Claude Juin ne peut être que le seul véritable moyen de reconstruire une démocratie vivante et conforme aux droits humains dont elle tire ses fondements.

Entretien mené par Brieg Capitaine le 18 juin 2012

Crédit photo : John-aïves, Mémorial. À Paris au pied du Mémorial National de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie.

Claude Juin, Des soldats tortionnaires. Guerre d’Algérie : des jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable

Claude Juin, Des soldats tortionnaires. Guerre d’Algérie : des jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable, Paris : Robert Laffont, 2012, 363 p.

Comment de jeunes gens appelés sous les drapeaux — qualifiés d’« ordinaires » par l’auteur — sont-ils devenus des soldats tortionnaires ? Avant d’être un témoignage sur la cruauté dont a pu faire preuve l’armée française pendant « les évènements d’Algérie », l’ouvrage de Claude Juin, adapté d’une thèse de doctorat soutenue à l’EHESS en 2011, pose une question sociologique importante. Non seulement l’auteur explore les ressorts de la violence extrême peu analysée par les sociologues, mais il éclaire l’expérience sociale qu’ont vécue plus d’un million et demi d’hommes alors âgés d’à peine vingt ans, d’une génération face à l’intolérable.

L’ouvrage de Claude Juin s’appuie d’une part sur les notes à chaud de l’auteur lui-même, sur ses propres observations de la vie au cantonnement et d’autre part sur des témoignages d’anciens combattants interrogés par l’auteur ou extraits d’archives. Le lecteur circule ainsi en permanence entre le regard porté sur les autres et sur soi, entre objectivité et subjectivité. Cette position méthodologique peut surprendre, voire agacera très certainement, certains orthodoxes de l’analyse sociologique. Elle sert pourtant brillamment l’analyse dans la mesure où elle attire l’attention du lecteur sur le statut du témoignage, de l’écriture comme forme de reconstruction de soi. Elle informe également par un effet de miroir sur le passage à la violence qui semble s’imposer à mesure que disparait cette capacité de regard sur soi. L’ouvrage est divisé en trois parties.

Pour comprendre les actes de tortures, les vols et autres malversations qui ont été commis par ces jeunes soldats pendant le conflit armé, l’auteur précise d’emblée que ceux-ci furent mobilisés non pas pour faire la guerre, mais pour mener sur le territoire algérien une « mission de pacification » — le terme de guerre ne fut reconnu officiellement qu’en 1999. Cette euphémisation langagière informe sur l’idéologie coloniale et impérialiste qui, malgré l’importance accordée aux droits humains, prévaut au sortir de la Seconde Guerre mondiale. L’Algérie est alors considérée comme un département français à part entière. Lorsque la rébellion éclate, les éléments de langage mobilisés par la classe politique et les médias en général renvoient au champ sémantique policier et non militaire. Les expressions telles que « maintien de l’ordre » ou « pacification » traduisent le souci de la sécurité intérieure et non de la politique étrangère. Les jeunes appelés plongèrent ainsi dans le paradoxe d’un univers colonial où les intérêts de la patrie s’opposaient aux droits de l’homme et au principe d’autodétermination des peuples rappelé pourtant par Pierre Mendès France en 1954 alors même que des bateaux emplis de soldats — déclarés bon pour le service après trois jours de formation — traversaient la Méditerranée. Les nombreux témoignages sur lesquels s’appuie l’auteur rendent compte de la confusion qui frappait les jeunes appelés dès leur arrivée à Alger. La nervosité des soldats présents, grenades à la ceinture, la traversée d’Alger sur les fusils mitrailleurs braqués sur les civils entraient en dissonance avec la représentation de ce que devait être leur mission de pacification. L’auteur, à travers les témoignages, montre comment la figure, alors dominante de l’Arabe, se fissure, comment les questionnements sur l’histoire se font plus forts, comment les incertitudes et les doutes s’immiscent dans la conscience des désormais soldats du Djebel. Ceux-ci mesurent les inégalités de la population algérienne, les exactions commises par leurs aînés, le racisme des colons, mais perdent aussi leurs premiers « copains » tués en opération. Dès l’arrivée au cantonnement, les appelés font l’expérience du racisme, de l’arbitraire. Le froid, la peur, l’ennui, l’envie de vengeance finissent de fissurer les consciences et marquent l’avènement du désordre. Étourdis par cette plongée soudaine dans la guerre meurtrière de nombreux jeunes s’abandonnèrent au discours de la cellule d’action psychologique de l’armée ou à l’arbitraire de leur commandement. « Il n’appartenait pas au jeune soldat de démêler les paradoxes de l’action militaire et du pouvoir d’État. Sinon il perdait le sens de sa mission » note l’auteur (p. 298) qui rend compte dans cette première partie des effets d’une structure, des discours sur une génération de jeunes alors en pleine construction de soi.

La durée de mobilisation des soldats repoussée tous les deux mois achève d’instaurer une mauvaise ambiance générale. Les descriptions faîtes par l’auteur sont bien éloignées de la franche camaraderie qui se dégage parfois des clichés de campagne militaire. L’ambiance « cannette de bière », les bagarres, les souleries, l’arbitraire des ordres et la désobéissance décrites dans l’ouvrage tranchent avec l’idée de l’armée comme corps solidaire, unifiée ou l’ordre se résume à la stricte correspondance du statut et du rôle. L’auteur qui instille plutôt le sentiment d’entrer dans un univers étrange, fait d’émotions, de rancœur et de pulsions meurtrières donne à penser l’institution militaire, plongée dans le mensonge de la « pacification », comme un lieu de déstructuration, de destruction progressive de la conscience des jeunes à mesure que se prolonge leur expérience du conflit. Les témoignages d’anciens combattants ou les lettres envoyés en métropole se succèdent et décrivent tous le « sale boulot » de soldat ou la « corvée de bois » qui désignait les exécutions sommaires d’Algériens soupçonnés d’appartenir au FLN.

Une minorité rapporta par des lettres les exactions commises par leurs camarades, d’autres, de retour en métropole dénoncèrent publiquement la torture. Ils furent sans cesse censurés, certains furent arrêtés. L’histoire officielle ne pouvait s’accommoder de tels actes. Tous furent accusés d’être des ennemis de la patrie. Les mouvements de jeunesse s’appuyant sur certains témoignages tentèrent d’informer les jeunes qui partaient au combat. Toutefois, ces organisations furent souvent incapables d’entendre la voix de ces jeunes hommes brisés par l’expérience de la guerre. L’Algérie française et l’idéologie coloniale restèrent, selon l’auteur, la norme de l’époque et le prisme central de l’analyse du conflit. L’exemple de Bernard un jeune homme ordinaire en métropole et devenu véritable bourreau à la ferme Moll est à ce titre particulièrement illustratif. Néanmoins, le lecteur ne trouvera pas d’explication causale univoque sur les ressorts de la violence. Parfois au risque de se perdre, l’auteur privilégie la circulation entre le monde des institutions et celui des individus.

La troisième partie se penche sur le retour de la guerre et plus particulièrement sur la place de la mémoire dans l’engagement ou le silence de cette jeunesse une fois démobilisée. Certains témoignent, écrivent, parlent pour rendre compte de leur expérience et ainsi rétablir la vérité historique face à l’hypocrisie du pouvoir politique. Mais ils ne furent qu’une minorité. Claude Juin qui milita au sein de ces mouvements note que ceux qui ont brisé le silence, qui ont témoigné des violences observées ou qui parfois s’y sont violemment opposés sur le terrain « avaient acquis une conscience sociale et politique plus élaborée que la plupart des autres jeunes [Ils avaient conscience] du sens de la lutte engagée par les combattants algériens » (p. 70). Le militantisme apparut ainsi comme une forme d’engagement dans un collectif, comme un moyen de refouler l’isolement dont semblait souffrir les anciens soldats du djebel prisonniers de leur mémoire. Il s’agissait également selon l’auteur de donner un sens à sa vie, de rechercher la certitude du combat idéologique contre la colonisation après avoir été aussi durement questionné dans son rapport au politique ou à l’histoire.

Ils ne furent qu’une minorité à suivre cette voie, car ce qui caractérise plutôt le retour de la guerre est le silence. Pourquoi la plupart des jeunes démobilisés choisirent-ils de se taire ? « Pourtant, on aurait voulu être entendus, mais ce n’était pas possible. On se moquait plutôt de nous, ceux qui avaient fait l’Algérie » (p. 281) raconte un vétéran. Officiellement, il n’y avait pas eu de guerre. Ils n’étaient donc pas des anciens combattants aux yeux de la société française. Abandonnés par l’histoire nationale, ils ne trouvèrent aucune écoute auprès de la société. Le silence des anciens fut également entretenu par eux-mêmes. Ils cherchèrent à retrouver leur place et firent semblant d’oublier après avoir été acteurs ou témoins de la cruauté humaine. Cette position dominante nuisit à l’engagement des anciens qui militaient dans les mouvements. Elle participa à reléguer leur action à la marge de la société et à légitimer une forme de censure. L’oubli pourtant ne favorisa ni la reconstruction d’une démocratie juste et respectueuse des droits humains, ni la compréhension par les anciens du djebel des raisons qui avaient pu leur faire commettre ces violences extrêmes.

Aujourd’hui, les anciens d’Algérie parlent et témoignent. Mais les mémoires se libèrent dans la souffrance et illustrent la difficile et lente reconstruction identitaire. L’auteur de manière très fine restitue l’atmosphère et le contenu des témoignages qu’il a récoltés récemment auprès d’anciens tortionnaires : « La voix est hésitante, les mots sont comme une délivrance d’un vilain songe » (p. 279). Bernard raconte : « J’ai fini par parler, mais ce jour-là, je n’ai fait que pleurer parce que les images revenaient » (p. 230). « J’ai hésité longtemps, mais ça suffit ce silence. Dire les choses aidera peut-être les jeunes générations à réfléchir à la question de la haine et de la guerre. Et puis de toute façon, j’ai besoin que ça sorte, car je me sens un salaud. C’est un soulagement pour moi de pouvoir dire tout cela » (p. 230-231) témoigne André.

Les pouvoirs spéciaux, la pacification ont institutionnalisé la violence, ont formaté l’esprit des jeunes dont le racisme et la haine de l’autre légitimèrent les exactions. À première vue, l’ouvrage de Claude Juin peut choquer certains anciens soldats qui ont conservé le silence ou apparaître par ses révélations comme sensationnalisme. Il constitue néanmoins un travail de sociologie clinique remarquable pour toute cette génération de jeunes appelés sous les drapeaux. Les logiques coloniales implacables, l’idéologie impérialiste, les mensonges du pouvoir politique, l’absence de préparation, le désordre, l’arbitraire, la faiblesse du commandement expliquent comment ces jeunes livrés à eux-mêmes se sont transformés en bourreaux. Claude Juin montre alors comment l’écriture ou le témoignage est une voie féconde dans les processus de reconstruction d’une démocratie qui a bafoué au nom de ses intérêts particuliers, les valeurs de justice sur lesquelles elle repose. Cet ouvrage se pose ainsi au-delà du débat sur les lois mémorielles qui enflamment la scène postcoloniale en France. La reconnaissance officielle de la guerre d’Algérie, du statut d’ancien combattant et de manière plus générale des souffrances post-traumatiques dont peuvent souffrir les soldats apparaissent ainsi comme autant d’avancées sociales et culturelles consécutives à ce mouvement de libération des mémoires de ces jeunes hommes simples témoins ou protagonistes de l’intolérable.

Brieg Capitaine

CADIS (CNRS-EHESS)

Eddy Weetaltuk : histoire d’un témoignage

Par Thibault Martin

Dans un article publié dans Nunatsiaq News, Thibault Martin revient sur les épreuves vécues par Eddy Weetaltuk pour publier sa biographie et nous invite par là à saisir le statut d’un tel ouvrage dans les études autochtones.

En 1974, Eddy Weetaltuk, après avoir passé 15 ans dans l’armée canadienne, retourne dans sa communauté de Kuujjuarapik et décide d’écrire le récit de ses « aventures à travers le vaste monde ». En quelques mois, il rédige un manuscrit de près de 200 pages qu’il fait parvenir au Musée de l’Homme (aujourd’hui le Musée des Civilisations) en leur demandant de le publier. Malheureusement, sa demande resta lettre morte. Ce n’est que 30 ans plus tard que le manuscrit refera surface, et Eddy reprendra son projet de publication avec l’objectif d’en faire, selon ses propres mots, « le premier best-seller Inuit ». Il voulait ainsi démontrer aux jeunes Inuit que l’éducation est importante et que, grâce à elle, un Inuit peut devenir qui il veut et peut même connaître la célébrité, s’il le souhaite. C’est pourquoi il voulait que son livre soit publié dans plusieurs langues. C’est la version française qui est parue en premier, car un éditeur parisien a voulu relever le défi et a décidé de faire connaître le récit d’Eddy Weetaltuk au grand public. Pour l’instant les éditeurs anglophones se sont montrés plus frileux mais quoi qu’il en soit, la version anglaise sera elle aussi bientôt publiée.

Le manuscrit d’Eddy Weetaltuk est un document hors de l’ordinaire, d’abord parce que c’est: l’histoire d’un des premiers Inuit canadiens qui soit allé à la guerre, mais aussi parce qu’il avait décidé par lui-même et sans être sollicité par un anthropologue d’écrire, aussi tôt qu’en 1974, un livre. C’est d’ailleurs sans doute parce que le texte n’a pas été écrit pour répondre à des questions anthropologiques ou dans le but de transmettre la tradition qu’il est très différent des publications inuites que nous sommes habitués à lire. En fait, il s’agit d’un texte unique qui dépasse largement le simple exercice autobiographique mais s’apparente plutôt à une œuvre littéraire. C’et le récit de la quête d’un homme qui veut se forger son propre destin et qui, une fois au bout de sa course, jette un regard introspectif autant sur lui-même que sur le monde qu’il a parcouru. C’est un regard sans concession mais qui n’est pas non plus un réquisitoire contre l’Occident. C’est plutôt le questionnement d’un homme qui cherche à donner un sens à la vie, à comprendre ce qu’il a vécu : les horreurs de la guerre, tout comme le bonheur que procure l’amour.

« My name is Weetaltuk. Eddy Weetaltuk. My Eskimo’s tag number is E9-422. » Ainsi commence le récit d’un homme qui va parcourir le monde pour échapper à sa condition de colonisé et pour être libre, comme les Blancs, d’aller à la rencontre des autres cultures. Pour cela, il va cacher son identité, car au temps de la jeunesse d’Eddy Weetaltuk, les Inuit n’étaient pas uniquement réduits à l’état de numéro; leur liberté de mouvement était elle aussi limitée. Afin de pouvoir se lancer à la poursuite de son rêve, Eddy Weetaltuk s’inventera un nouveau nom, se procurera de faux papiers d’identité, troquera son matricule d’Inuit pour un matricule de l’armée canadienne, et cachera pendant près de vingt ans ses origines Inuit. Cette vie « empruntée » fut pour Eddy le prix à payer pour être libre. Mais cette liberté aura aussi été lourde de conséquences, Eddy ne pourra revoir son père avant qu’il ne meurt, ne pourra épouser l’Amour de sa vie. Mais surtout, il aura le sentiment, en vivant comme un Blanc, de trahir ses origines. Lorsqu’il réalisera qu’il était en train de se perdre lui-même, Eddy Weetaltuk, décidera de retourner parmi les siens où il entreprendra un nouveau voyage, un voyage qui le conduira à remonter le court de sa propre vie. Bien que porteur d’un message, le texte n’est pas ardu, au contraire, il est léger, plein d’humour, les personnages y sont intenses, attachants et dépeints avec une telle finesse qu’on a l’impression qu’on pourrait les reconnaître si on les rencontrait. Ce texte est une véritable œuvre de création littéraire. Comme toutes les grandes œuvres, elle porte à la réflexion mais celle-ci n’étouffe pas le récit.

En 1974, Eddy Weetaltuk, petit fils du célèbre George Weetaltuk, savait qu’il avait écrit un texte important, malheureusement personne dans le monde anthropologique et littéraire n’y a cru. En ce sens, Eddy Weetaltuk partagea le sort de bien des écrivains en avance sur leur temps, mais j’en suis convaincu, la postérité saura lui rendre hommage. Eddy Weetaltuk est décédé le 2 mars 2005, quelques jours seulement après que la version finale fut terminée.