Aboriginal Veterans Autochtones. Les associations de vétérans autochtones au Canada (1)

Nous nous proposons ici de présenter les différentes associations de vétérans autochtones au Canada et également de décrire la structuration et les enjeux de l’une d’entre elles, Aboriginal Veterans Autochtones (AVA).

De manière générale, les organisations de vétérans ont pour mission de négocier, d’obtenir des services auprès du ministère de la Défense ou du ministère des anciens Combattants et d’informer les anciens combattants et les vétérans des programmes offerts par le gouvernement ainsi que de les aider dans leurs démarches. En effet, résidant dans des communautés souvent éloignées des centres urbains, de nombreux vétérans n’ont pas accès aux informations ou aux services dont ils ont droit.

Il existe une multiplicité d’associations de vétérans autochtones. Celles-ci relèvent tantôt de l’identité collective des personnes qu’elles défendent (Indien avec ou sans statut, Métis, etc.), mais parfois les traversent comme c’est le cas pour AVA.

Au sens qu’en donne la Loi constitutionnelle du Canada de 1982, l’identité d’Autochtone regroupe les Inuits, les Premières Nations et les Métis. Les Inuits ne disposent pas d’association propre. Les Métis sont représentés par deux conseils distincts : le Metis National Council et le Metis Nation of Canada. La première organisation est reconnue par le gouvernement du Canada et non la seconde. Le Metis National Council possède des divisions provinciales à l’intérieur desquelles les vétérans métis sont représentés. Les vétérans métis n’ont pas d’instance spécifique au sein de Metis Nation of Canada. Néanmoins, l’organisation nationale a signé le 27 janvier 2012 un protocole d’entente avec l’association Canadian Aboriginal Veterans and Surving Members Association (CAVSMA). Nous parlerons plus loin de cette association.

C’est au niveau des Premières Nations que les vétérans sont le mieux représentés. Deux organisations promeuvent de manière générale les droits des Premières Nations au niveau du gouvernement fédéral. Comme pour le Metis National Council et le Metis Nation of Canada, le Congrès des Peuples Autochtones (CPA) et l’Assemblée des Premières Nations (APN) n’ont pas la même reconnaissance gouvernementale. L’APN est reconnue par le gouvernement et défend les droits des membres des Premières Nations qui sont inscrits au titre de la Loi sur les Indiens et qui vivent « sur réserve ». Le CPA a pour principale mission de promouvoir les droits encore non reconnus des Autochtones vivant hors réserve et ne possédant pas ou ayant perdu leur statut d’Autochtone. Les vétérans sont défendus au sein de l’APN par l’organisation First Nations Veterans of Canada. Les vétérans sont reconnus au sein de l’assemblée au même titre que les femmes, les jeunes et les aînés. Le CPA ne semble pas posséder de structure particulière pour la défense des vétérans.

Aboriginal Veterans Autochtones (AVA) est une association fondée en 2012 après à la dissolution de National Aboriginal Veterans Association (NAVA) suite à une querelle juridique sur les droits liés au nom de l’association. NAVA s’est donc scindée en deux associations différentes : Aboriginal Veterans Autochtones et Canadian Aboriginal Veterans and Surving Members Association dont on a parlé plus haut.

AVA est une association indépendante des grandes organisations autochtones. Elle a néanmoins signé plusieurs ententes avec différentes organisations dans le but selon l’un de ses leaders d’échanger des informations et ainsi informer le plus de vétérans possible des droits dont ils disposent et des démarches qu’ils peuvent entreprendre. La figure plus bas montre les relations que l’association entretient avec les organisations autochtones qu’elles représentent les Métis ou les Premières Nations.

L’association compte environ 150 membres et fonctionne de manière décentralisée dans la mesure où chaque association provinciale (Ontario et Québec pour le moment) fait remonter les doléances de ses membres qui sont ensuite portées par le président national devant le gouvernement fédéral. Selon les leaders de l’association, cette forme d’organisation a pour principal intérêt de maximiser le poids de chacun. « Ce qui importe pour le gouvernement c’est le nombre ». En se regroupant ainsi à un niveau national, les demandes des vétérans autochtones du Québec s’ajoutent à celles des vétérans de l’Ontario et inversement.

L’auteur remercie chaleureusement Mr. John Jewitt, Directeur d’AVA Ontario pour ces précieux renseignements.

Nous publierons bientôt un entretien mené auprès d’un des leaders de l’association.

Conesa Pierre (2011) La fabrication de l’ennemi, Paris : Robert Laffont.

Conesa Pierre (2011) La fabrication de l’ennemi. Ou comment tuer avec sa conscience pour soi, Paris : Robert Laffont. Préface de Michel Wieviorka.

Cet essai présente un intérêt par son regard singulier sur la stratégie militaire. À contrepied des discours sur l’état du monde et des écoles de relations internationales, Pierre Conesa analyse la guerre dans une perspective anthropologique au sens large. L’auteur — qui a été directeur de la Délégation des affaires stratégiques du ministère de la Défense en France ! — propose de considérer les risques ou les menaces dont font état les strategists non comme des réalités objectives, mais comme des constructions sociales, comme une « mythologie ».

L’ouvrage, s’il reste dans le domaine de la stratégie militaire, a le mérite de déconstruire le discours stratégique en insufflant une dimension humaine et subjective aux conflits armés. À ce titre, il constitue, si l’on peut dire, le chainon manquant entre les manuels de stratégie recourant abondamment à la géopolitique mondiale et aux prédictions que déconstruit Pierre Conesa et les sciences sociales qui s’opposent à une vision stratégique de la guerre et dont l’intérêt réside principalement dans ses conséquences sur les individus (Scarry, 1985).

L’ouvrage se divise en trois grandes parties inégales. La première montre en quoi la construction sociale de l’ennemi est essentielle à la politique et à l’unité nationale. La seconde partie est consacrée à une typologie des ennemis et illustrée par de nombreux exemples. Enfin, la troisième partie s’interroge sur la capacité des régimes politiques à survivre sans ennemi principalement lorsque les conflits ont pris fin.

L’auteur s’appuie explicitement sur la thèse de Carl Schmitt pour qui la guerre est le fondement même de la politique et de l’existence de la nation. En effet, dans un mouvement dialectique, Schmitt considère que pour exister, une entité politique doit se doter d’un ennemi et le combattre. Si l’ennemi est une construction sociale, celui-ci par une série d’opérations menées par des acteurs se matérialise, rend inéluctable la guerre et légitime indirectement le pouvoir politique. L’unité nationale est ainsi  confortée. L’auteur déconstruit les processus par lesquels les acteurs, ce qu’il appelle les « marqueurs d’ennemis » (strategists, agence de renseignement, think tanks et autres « mythologistes »), rendent réelles des émotions collectives qui relèvent d’une vision faussée et mythologique de l’histoire. Il écrit que « l’adhésion de l’opinion est devenue un facteur essentiel de la mobilisation guerrière. Des acteurs sociaux vont, par leurs écrits ou leurs discours et par les mythologies qu’ils vont créer, donner consistance à ces émotions collectives en parlant à l’opinion » (p. 87-88). Dans ces discours qui se veulent scientifiques, la vision d’un monde à l’image d’un grand échiquier s’impose.

Dans la seconde partie qui constitue le cœur du livre, Pierre Conesa propose une typologie des différents ennemis qui composent les discours des marqueurs d’ennemi légitimant ainsi le recours à la force. Il en identifie neuf : l’ennemi proche, le rival planétaire, l’ennemi intime, l’occupé, l’ennemi caché, l’ennemi absolu, l’ennemi intérieur, l’ennemi conceptuel et l’ennemi médiatique. Nous ne développerons pas ce qui recouvre ces différentes figures, car elles n’intéressent pas directement notre projet avec les vétérans.

En revanche, la dernière partie est intéressante. Comment maintenir l’unité nationale lorsque l’on n’a point d’ennemi ou lorsque le conflit est terminé ? Cette question est tout à fait pertinente dans le cas par exemple du Canada dont les actions militaires relèvent en grande des actions du maintien de la paix. L’auteur montre par quels moyens les régimes politiques dans les périodes de post-conflits ont entrepris de « déconstruire l’ennemi ». À travers les commissions vérité et justice par exemple, l’oubli ou le pardon, Pierre Conesa se distancie de la perspective schmittienne en montrant comment les États peuvent se construire, certes non sans problème, dans le consensus. L’exemple de l’Union européenne est à ce titre tout à fait exemplaire.

La perspective intégrative et fonctionnaliste de l’auteur est aisément critiquable du point de vue sociologique, car à l’instar de la pensée stratégique dominante, l’auteur perpétue l’image d’une armée comme « un combattant solitaire ou une machine » (McSorley, 2013, p. 3). En outre, il ne sort pas du paradoxe même de la guerre qui réside dans le fait que « the central fact of war is injuring and the central goal of war is to out-injure the opponent, the fact of injuring tends to be absent from strategic and political descriptions of war » (Scarry, 1985, p. 12).

Néanmoins, cet ouvrage, dont l’auteur a une réelle légitimité dans le champ militaire, replace les sciences sociales et en particulier la sociologie dans l’analyse stratégique militaire. Il légitime ainsi les autres travaux sociologiques ou anthropologiques dont la place est marginale dans la pensée militaire. À ce titre, il mérite d’être salué.

 

Bibliographie :

McSorley Kevin (2013) « War and the Body », dans McSorley Kevin (dir.) War and the Body, New York :  Routledge, pp. 1-31.

Scarry Elaine (1985) The Body in Pain: The Making and the Unmaking of the World, Oxford : Oxford University Press.

 
Brieg Capitaine
Université du Québec en Outaouais
CADIS (EHESS-CNRS)

Appel à communications – De retour de la guerre. Femmes, Autochtones et minorités ethniques : regards croisés

7 mai 2013

Date limite 25 janvier 2013

Université Laval, Québec (QC)

 

Ce colloque portera sur le retour à la vie civile de groupes minoritaires au sein de l’armée (femmes, Autochtones et minorités ethniques) des points de vue historique et contemporain. Alors que les périodes de post-conflits sont de manière générale le théâtre d’une unité nationale retrouvée (Bucaille, 2006), la participation des minorités ethniques ou des Autochtones à l’effort de guerre, au Canada, est longtemps demeurée inavouée (Macfarlane et Moses, 2006). Par exemple, les témoignages des vétérans autochtones engagés dans les grands conflits mondiaux du XXe siècle mettent l’accent sur l’expérience de l’égalité et l’absence de distinction ethnique à l’intérieur de l’armée. Or, au retour de l’armée et de la guerre, les vétérans autochtones firent face à de nombreuses discriminations. Le retour au Canada cimenta ainsi leur conscience d’appartenir à une minorité dont l’horizon commun était la domination et de la discrimination; la guerre jouant le rôle d’« agent d’autochtonisation » (Martin, 2009). D’un point de vue contemporain, la fin de la conscription transforme l’armée en tant qu’institution sociale. Celle-ci tend aujourd’hui, au Canada, à être, non plus au service de la nation, mais à l’image de celle-ci. La multiplication, par exemple des programmes pour enrôler au sein des forces armées des membres des minorités témoigne de ce processus de rapprochement entre l’armée et la société canadienne. De quelle manière agissent les « nouveaux » vétérans après avoir fait l’expérience d’une armée qui valorise la diversité et reconnaît désormais les individus comme porteurs d’une identité collective ?

Le retour à la vie civile ne se pose pas qu’en termes d’acteurs historique ou politique, individuel ou collectif. Le problème de la déstructuration, de la destruction et de la violence auxquelles ont été confrontés les militaires pèsent sur le retour à la vie civile et sur la capacité des individus à affronter les épreuves de la société qu’ils ont quittée parfois pendant de nombreuses années. L’abondance des travaux de psychiatrie sur les traumatismes de guerre en témoigne (Crocq, 1999). L’expérience du retour à la vie civile des anciens combattants ou des vétérans demeure relativement méconnue si ce n’est au travers des représentations médiatiques de jeunes vétérans meurtris physiquement, en détresse psychique ou de héros de guerre commémorant le souvenir de leurs camarades. Pour le dire autrement, les figures de la victime ou du héros s’imposent et révèlent en creux les enjeux de la construction d’un récit national. Afin d’explorer ces enjeux, ce colloque s’organisera selon deux axes distincts.

Axe 1 : L’expérience sociale de l’armée et l’épreuve du retour

Quels rapports les vétérans entretiennent-ils désormais avec les institutions sociales desquelles leur mission ou la garnison les a tenus éloignés ? Comment après avoir fait l’expérience sociale de l’institution militaire et de la guerre construisent-ils leur identité personnelle, leur identité collective et appréhendent-ils l’Autre ? Nous privilégierons dans cet axe, les contributions qui mettent l’accent d’une part sur la manière dont l’expérience de l’armée colore et influence les épreuves (Martuccelli, 2006) auxquelles sont confrontées les vétérans au retour de la guerre et d’autre part sur la reconstruction identitaire des individus (Wieviorka, 2005). Les femmes, les Autochtones ou les minorités ethniques font-ils face à des épreuves singulières ?

Axe 2 : La place des vétérans dans l’historiographie militaire et le récit national

On s’interrogera ici de manière plus large sur la place qu’occupent ces vétérans minoritaires dans l’armée dans l’historiographie militaire et la construction de la mémoire collective. En quoi la participation de ces groupes aux grands conflits mondiaux du XXe siècle leur a-t-elle permis de sortir de l’invisibilité ou d’acquérir un nouveau statut social ? Au Canada par exemple, quels sont les enjeux qui entourent la reconnaissance de ces groupes dans l’histoire militaire ? L’intérêt pour la place des femmes, des Autochtones ou des minorités ethniques éclairent ainsi les mutations de l’institution militaire dont la fonction n’est plus d’être au service de la nation, mais à l’image de celle-ci (Winslow, 2003). Cette reconnaissance des vétérans permet-elle pour autant la reconnaissance plus large des groupes auxquels ils appartiennent ?

Le retour à la vie civile dans les périodes de post-conflits a fait l’objet de nombreuses recherches tant sur le point historique que contemporain, mais au Québec, il demeure un objet mal connu. À ce titre, on pourra s’interroger sur les rapports que les minorités nationales entretiennent avec leurs vétérans. La question des Autochtones nous intéressera particulièrement dans la mesure où s’ils constituent une population minoritaire au sein de l’armée le nombre d’engagés volontaires fut et est bien plus nombreux comparativement à la population canadienne toutes proportions gardées.

La proposition comportera un titre (180 signes espaces compris), un résumé de 1500 signes (espaces compris) et cinq mots-clefs au maximum. Veuillez également indiquer votre prénom, nom, statut, affiliation, courriel et coordonnées.

Les critères d’évaluation porteront sur la qualité de la réflexion scientifique proposée; la pertinence scientifique et/ou sociale du sujet présenté.

Appel à communications (.pdf)

Responsables du programme

Brieg Capitaine Ph.D.
Chercheur postdoctoral
Chercheur associé au CADIS (EHESS-CNRS)
Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire
Département des sciences sociales 
Université du Québec en Outaouais 
briegc@ehess.fr
(1) 819 595 3900 (2051)
 
Thibault Martin Ph.D.,
Professeur et Titulaire,
Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire 
Département des sciences sociales 
Université du Québec en Outaouais
Thibault.martin@uqo.ca
(1) 819 595 3900 (2210)
 

Merci d’envoyer vos propositions à Brieg Capitaine (briegc@ehess.fr) avant le 25 janvier. Un courriel de confirmation de réception vous sera envoyé, mentionnant les dates de réponse du comité d’évaluation. 

Bibliographie :

Bucaille L. (2006), « Introduction. Récits de l’après-conflit », Revue internationale des sciences sociales, vol. 3, n° 189, p. 459-466.

Crocq L. (1999), Les traumatismes psychiques de guerre, Paris : Odile Jacob.

Macfarlane J. et J. Moses (2005) « Le son d’un autre tambour : la culture autochtone et les forces armées canadiennes, 1939-2002 », Revue militaire canadienne, n° 2, p. 25-32.

Martin T. (2009) « L’expérience d’Eddy Weetaltuk dans le contexte de la participation des Autochtones aux guerres canadiennes » dans Weetaltuk E., E9-422. Un nuit de la toundra à la guerre de Corée, Paris : Carnet Nord, 2009. p. 331-384.

Martuccelli D. (2006) Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris : Armand Colin.

Wieviorka M. (2005) « Les problèmes de la reconstruction identitaire », Le Coq-Héron, n° 180, p. 122-131.

Winslow D. (2003) « La société canadienne et son armée de terre », Revue militaire canadienne, hiver 2003-2004, p. 11-24.