Les anciens combattants de la guerre d’Algérie : Entretien avec Claude Juin

Claude Juin a été l’un de ces deux millions jeunes appelés du contingent affectés au « maintien de l’ordre » en Algérie entre 1955 et 1962. Au retour de ce qui ne fut pas que de simples « événements », mais une véritable guerre pendant laquelle une part non négligeable de ces jeunes gens tombèrent dans la violence, il s’engage pour la paix en Algérie et publie Le gâchis à partir de notes prises à chaud pendant sa mobilisation. L’ouvrage fut distribué sous le manteau et interdit de réédition. L’écriture et le témoignage furent pour Claude Juin un combat contre ce mensonge d’État et pour faire vivre la démocratie dans ce qu’elle a de plus essentiel : la liberté d’expression.

Dans cet entretien, Claude Juin fidèle à la démarche de son livre rend compte de ses propres recherches, mais livre également son expérience de soldat et d’ancien combattant engagé pour l’indépendance de l’Algérie. Docteur en sociologie de l’EHESS, il cherche aujourd’hui à partir d’une démarche compréhensive à briser le silence qui entoure encore aujourd’hui les exactions commises en Algérie.

Ce billet s’inscrit dans le projet de recherche qui vise, de manière générale à mettre en évidence les formes d’engagement des anciens combattants de retour à la vie civile. J’ai choisi ici de découper l’entretien d’une durée d’une heure trente en séquences reprenant les différents thèmes abordés.

I. Du Gâchis à la thèse

Claude Juin revient ici sur son engagement après la guerre d’Algérie et sur ce qui l’a amené à débuter, plus de quarante-cinq ans après la publication de son récit Le gâchis, une thèse de doctorat sur ce qu’il appelle ces « jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable ».

II. Questionnement et méthodologie

Comment se fait-il que malgré la reconnaissance officielle du conflit algérien comme guerre en 1999, un silence ténu continue d’entourer le déploiement de plus 400 000 jeunes hommes ? Comment de jeunes gens ordinaires qui effectuent leur service militaire en viennent-ils à commettre des violences extrêmes ? Ce double questionnement a structuré le travail de recherche de Claude Juin, mais trouve sa source dans son expérience de la guerre ainsi que son engagement dans les mouvements de décolonisation. Il revient dans cette séquence sur ces questionnements et sur les sources qu’il a mobilisées pour effectuer son travail de recherche.

III. « Mon écriture à été un combat »

Au sortir de la guerre d’Algérie et fortement influencés par les récits des rescapés de la Shoah, les témoins occupent une place désormais essentielle dans les luttes politiques pour les droits humains. Claude Juin revient dans cette séquence sur les répertoires d’action des mouvements des années 1960 pour l’indépendance de l’Algérie. Il rappelle toutefois qu’ils ne furent qu’une minorité à s’engager au retour de la guerre. Le silence et la tentative d’oublier cette défaite furent plutôt la norme pour les majorités des jeunes de retour au pays.

IV. La place des jeunes du contingent dans les mouvements d’indépendance

Les jeunes hommes qui s’opposèrent à la torture et qui s’engagèrent en faveur de l’indépendance ne furent qu’une minorité. Ils témoignèrent et militèrent dans des organisations de jeunesse ou des mouvements politiques souvent fortement structurés. Quelle fut leur place à l’intérieur de ces mouvements ? Quelle influence ont-ils eue sur la structuration de ces mouvements ?

V. Les forces militaires en Algérie : un désordre en ordre

Les notes de Claude Juin mettent en évidence le désordre qui pouvait régner dans les cantonnements alors même que l’armée est traditionnellement perçue comme une institution où l’ordre règne. Ce « désordre en ordre » nuance Claude Juin a-t-il été un cadre favorable à l’éclosion de la violence et de la cruauté ?

VI. Il faut crever l’abcès qui entoure le silence

Une démocratie peut-elle vivre dans l’opacité d’une partie de son histoire ? Claude Juin rappelle quel fut l’enjeu du témoignage au retour de la guerre et l’enjeu qui entoure aujourd’hui son travail de recherche autour de la mémoire des jeunes soldats du Djebel.

VII. « Laissons le bourreau parmi nous »

Le bourreau peut-il être considéré comme une victime ? Cette philosophie arendtienne considérant le bourreau comme un être humain ordinaire, responsable et donc semblable à la victime rappelle Claude Juin ne peut être que le seul véritable moyen de reconstruire une démocratie vivante et conforme aux droits humains dont elle tire ses fondements.

Entretien mené par Brieg Capitaine le 18 juin 2012

Crédit photo : John-aïves, Mémorial. À Paris au pied du Mémorial National de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie.

Eddy Weetaltuk : histoire d’un témoignage

Par Thibault Martin

Dans un article publié dans Nunatsiaq News, Thibault Martin revient sur les épreuves vécues par Eddy Weetaltuk pour publier sa biographie et nous invite par là à saisir le statut d’un tel ouvrage dans les études autochtones.

En 1974, Eddy Weetaltuk, après avoir passé 15 ans dans l’armée canadienne, retourne dans sa communauté de Kuujjuarapik et décide d’écrire le récit de ses « aventures à travers le vaste monde ». En quelques mois, il rédige un manuscrit de près de 200 pages qu’il fait parvenir au Musée de l’Homme (aujourd’hui le Musée des Civilisations) en leur demandant de le publier. Malheureusement, sa demande resta lettre morte. Ce n’est que 30 ans plus tard que le manuscrit refera surface, et Eddy reprendra son projet de publication avec l’objectif d’en faire, selon ses propres mots, « le premier best-seller Inuit ». Il voulait ainsi démontrer aux jeunes Inuit que l’éducation est importante et que, grâce à elle, un Inuit peut devenir qui il veut et peut même connaître la célébrité, s’il le souhaite. C’est pourquoi il voulait que son livre soit publié dans plusieurs langues. C’est la version française qui est parue en premier, car un éditeur parisien a voulu relever le défi et a décidé de faire connaître le récit d’Eddy Weetaltuk au grand public. Pour l’instant les éditeurs anglophones se sont montrés plus frileux mais quoi qu’il en soit, la version anglaise sera elle aussi bientôt publiée.

Le manuscrit d’Eddy Weetaltuk est un document hors de l’ordinaire, d’abord parce que c’est: l’histoire d’un des premiers Inuit canadiens qui soit allé à la guerre, mais aussi parce qu’il avait décidé par lui-même et sans être sollicité par un anthropologue d’écrire, aussi tôt qu’en 1974, un livre. C’est d’ailleurs sans doute parce que le texte n’a pas été écrit pour répondre à des questions anthropologiques ou dans le but de transmettre la tradition qu’il est très différent des publications inuites que nous sommes habitués à lire. En fait, il s’agit d’un texte unique qui dépasse largement le simple exercice autobiographique mais s’apparente plutôt à une œuvre littéraire. C’et le récit de la quête d’un homme qui veut se forger son propre destin et qui, une fois au bout de sa course, jette un regard introspectif autant sur lui-même que sur le monde qu’il a parcouru. C’est un regard sans concession mais qui n’est pas non plus un réquisitoire contre l’Occident. C’est plutôt le questionnement d’un homme qui cherche à donner un sens à la vie, à comprendre ce qu’il a vécu : les horreurs de la guerre, tout comme le bonheur que procure l’amour.

« My name is Weetaltuk. Eddy Weetaltuk. My Eskimo’s tag number is E9-422. » Ainsi commence le récit d’un homme qui va parcourir le monde pour échapper à sa condition de colonisé et pour être libre, comme les Blancs, d’aller à la rencontre des autres cultures. Pour cela, il va cacher son identité, car au temps de la jeunesse d’Eddy Weetaltuk, les Inuit n’étaient pas uniquement réduits à l’état de numéro; leur liberté de mouvement était elle aussi limitée. Afin de pouvoir se lancer à la poursuite de son rêve, Eddy Weetaltuk s’inventera un nouveau nom, se procurera de faux papiers d’identité, troquera son matricule d’Inuit pour un matricule de l’armée canadienne, et cachera pendant près de vingt ans ses origines Inuit. Cette vie « empruntée » fut pour Eddy le prix à payer pour être libre. Mais cette liberté aura aussi été lourde de conséquences, Eddy ne pourra revoir son père avant qu’il ne meurt, ne pourra épouser l’Amour de sa vie. Mais surtout, il aura le sentiment, en vivant comme un Blanc, de trahir ses origines. Lorsqu’il réalisera qu’il était en train de se perdre lui-même, Eddy Weetaltuk, décidera de retourner parmi les siens où il entreprendra un nouveau voyage, un voyage qui le conduira à remonter le court de sa propre vie. Bien que porteur d’un message, le texte n’est pas ardu, au contraire, il est léger, plein d’humour, les personnages y sont intenses, attachants et dépeints avec une telle finesse qu’on a l’impression qu’on pourrait les reconnaître si on les rencontrait. Ce texte est une véritable œuvre de création littéraire. Comme toutes les grandes œuvres, elle porte à la réflexion mais celle-ci n’étouffe pas le récit.

En 1974, Eddy Weetaltuk, petit fils du célèbre George Weetaltuk, savait qu’il avait écrit un texte important, malheureusement personne dans le monde anthropologique et littéraire n’y a cru. En ce sens, Eddy Weetaltuk partagea le sort de bien des écrivains en avance sur leur temps, mais j’en suis convaincu, la postérité saura lui rendre hommage. Eddy Weetaltuk est décédé le 2 mars 2005, quelques jours seulement après que la version finale fut terminée.