Les Amérindiens du Québec et la Dominion Police, 1880-1920

Sawaya Jean-Pierre (2012), Au nom de la loi, je vous arrête ! Les Amérindiens du Québec et la Dominion Police, 1880-1920, Québec : Septentrion, 198 p.

La participation des Autochtones aux grands conflits armés du XXe siècle fait l’objet depuis les années 2000 d’une attention croissante de la part des historiens et des pouvoirs publics canadiens. Si les forces de l’ordre en milieu autochtone intéressent de plus en plus les sociologues et les politologues, les enquêtes se focalisent principalement sur la période postérieure à la politique de 1991 visant la prise en charge par les Autochtones du maintien de l’ordre au sein des communautés et sont envisagées à travers le prisme de la gouvernance (Noreau, 2011). À notre connaissance, aucune recherche historique sur les prémisses de la participation des Amérindiens du Québec au maintien de l’ordre dans les réserves autochtones n’avait encore été effectuée. Nous tenons donc à souligner d’emblée l’originalité de la recherche entreprise par Jean-Pierre Sawaya. Ce livre éclaire ainsi l’histoire autochtone à partir d’une institution méconnue en matière de recherche autochtone. Toutefois, l’approche privilégiée par l’auteur soulève un certain nombre de questions non résolues.

L’organisation de la force de police créée en 1880 pour maintenir l’ordre et la paix dans les communautés autochtones, ses valeurs, son pouvoir, ses ressources et ses carences forment l’objet de ce livre. Entre 1880 et 1920, le ministère de l’Intérieur et celui de la Justice du Canada mettent au service du département des Affaires Indiennes un corps de policier calqué sur le modèle de la Dominion police. Une quarantaine d’individus d’origine autochtone et canadienne sont recrutés et ont pour tâche de faire respecter sur les réserves la Loi sur les Indiens et plus précisément l’interdiction de vendre et de consommer de l’alcool. L’ouvrage est richement documenté et illustré par des photos, des tableaux et des reproductions de documents officiels qui rendent sa lecture agréable et didactique. Il est divisé en sept chapitres.

La lutte contre le trafic d’alcool et sa consommation légitime à cette époque la création d’une force de l’ordre (chapitre 1) localement implantée dans les réserves. Les nombreuses correspondances entre les missionnaires, les chefs de bande et le pouvoir fédéral collectés par l’auteur rendent compte des déviances associées à l’alcool et montrent surtout comment les « bons Sauvages », lorsqu’ils consomment de l’alcool, régressent, du point de vue des autorités politiques et religieuses, à l’état de « sauvages » tout court ce qui concoure à la destruction des liens sociaux et communautaires. Déléguer le maintien de l’ordre dans les réserves aux Amérindiens est également une manière pour les autorités d’implanter subtilement leur pouvoir au sein des réserves avec l’aide des Autochtones eux-mêmes (Chapitre 2). L’auteur montre ainsi que l’emploi de constables amérindiens permet aux membres des communautés de se familiariser avec les institutions judiciaires, ses acteurs et les normes de la société dominante. Cette politique s’explique également par des raisons économiques et pratiques. En effet, la main-d’œuvre locale coûte moins cher en matière de logement et de transport. Le fait que ces constables ne fassent pas partie de la force fédérale permet également au département de fixer une rémunération bien inférieure à celle des policiers canadiens (1$ per diem contre 1,50$ sans compter l’absence d’avancement, de primes de départ, de paiement des heures supplémentaires, etc.). Le recrutement de constables d’origine autochtone est préféré, mais le faible nombre de candidats répondant aux critères de la Dominion Police contraint le ministère à recruter des Canadiens. Dans ce cas, les sources montrent que les Métis constituent une main d’œuvre appréciée compte tenu de leur ancrage local et de leur connaissance du milieu autochtone. Les critères de recrutement sont physiques (taille, âge…), mais également moraux (sobriété, honnêteté, bonne moralité…). Vétéran de la Première Guerre mondiale, le capitaine Louis-Philippe-Ormond Picard d’origine huronne est, par exemple, naturellement recommandé par un missionnaire et un agent du département des affaires indiennes (chapitre 3). Du fait, de la proximité culturelle entre les institutions militaire et policière, on peut se poser la question de savoir pourquoi d’autres vétérans n’ont pas été recrutés ? L’auteur recense dans ce chapitre 40 individus (23 autochtones et 17 canadiens). Les constables ne reçoivent aucune formation spécifique contrairement aux policiers fédéraux. Ils prêtent serment d’allégeance et sont soumis à une période de probation. Le constable reste sous la responsabilité de l’agent des affaires indiennes et le ministère leur fournit un équipement individuel identique à celui de la police. Toutefois, dans certains cas, l’équipement peut être à la charge du constable. Ce dernier prend généralement ses quartiers au conseil de bande. Munis d’un uniforme identique à celui de la police, les constables amérindiens ou canadiens patrouillent, enquêtent parfois en dehors des limites de la réserve et ont pour tâche d’arrêter les contrevenants (chapitre 4). Leur tâche est néanmoins risquée. Les correspondances font ainsi état de menaces et de pressions dont font l’objet les constables trop zélés. Sous ces pressions certains préfèrent quitter leur fonction. L’auteur ne dit rien en revanche de la perception de la population à l’égard des constables autochtones ou canadiens. Le ministère de la Justice à certaines occasions fait appel à des forces complémentaires, mais ces opérations pèsent lourdement sur le budget du département (chapitre 5). L’éthique et la déontologie sont centrales pour le pouvoir fédéral qui joue, à travers ces constables, son image dans les réserves (chapitre 6). Si le zèle est bienvenu, les abus ne sont pas tolérés. L’emploi de la force doit être légitime et aucun conflit d’intérêts n’est accepté. Or, ceux-ci semblent fréquents entre les constables autochtones et les conseils de bande. L’organisation de cette force de police possède ainsi certaines carences qui  peuvent expliquer pourquoi en 1920 cette politique prend fin (chapitre 7).

Ce livre stimulant et passionnant possède néanmoins des limites dues principalement au manque de témoignages oraux des constables eux-mêmes et des Amérindiens qui composent avec leur présence. En effet, cet ouvrage privilégie une approche en terme d’organisation sociale au détriment des rapports sociaux et interculturels à l’œuvre en son sein d’une part et entre les constables et la population qu’elle police d’autre part. Au terme de l’ouvrage et malgré la conclusion qui ouvre vers d’autres recherches, le lecteur se pose une multitude de questions non résolues concernant notamment la perception de ces constables par les Amérindiens. Comment ceux-ci travaillant sous la supervision de l’agent des affaires indiennes sont-ils perçus ? Y a-t-il une différence de perception entre les constables d’origine autochtone et ceux d’origine canadienne ? Nous savons dans le cas des vétérans autochtones du Québec qu’ils sont marginalisés dans certaines communautés, car ils ont porté allégeance à la Reine. Certes, la liste des constables fournie par l’auteur au chapitre 3 et en annexe permet au lecteur d’effectuer un travail de comparaison, mais aucune distinction analytique n’est opérée par l’auteur. Un examen, par le lecteur, des mesures du département pour augmenter les salaires montre que celles-ci concernent principalement les constables canadiens et non les Amérindiens. Dans le cas des plaintes émises par la population à l’égard des constables, la distinction ethnique n’apparaît pas opérante, car les griefs touchent aussi bien les constables autochtones que ceux d’origine canadienne. Il aurait été intéressant d’envisager l’émergence de cette force de police en intégrant la dimension interculturelle ou tout du moins de mentionner en quoi elle est non justifiée.

La seconde remarque porte sur le rôle de cette force de police dans le processus d’assimilation à l’œuvre à l’époque. La couverture de cet ouvrage montre Élie Wawanolett, un Abénaquis de St-François, assis, en uniforme de police, coiffé d’une casquette sombre surmonté de l’insigne de police. Son visage est fermé, la matraque en bois empoignée à chaque extrémité repose sur ses genoux repliés. Il porte une chemise blanche et une cravate. Il est impossible à la vue de ce cliché de ne pas faire un rapprochement avec la propagande du département des affaires indiennes qui pour montrer son efficacité à socialiser les jeunes autochtones scolarisés dans les pensionnats les faisait poser en habit de ville immaculé. Il aurait été donc intéressant d’évaluer le poids cette force de police en tant qu’instance de socialisation et d’assimilation. Mais comme le souligne à juste titre Jean-Pierre Sawaya en conclusion, les recherches autour de cette force de police n’en sont qu’à leur début. Nous suivrons donc avec grand intérêt les recherches à venir en augurant qu’elles donneront une place plus importante aux rapports sociaux.

Références :

Noreau Pierre (dir.) (2010) Gouvernance autochtone : reconfiguration d’un avenir collectif, Thémis : Montréal.

Brieg Capitaine
UQO et CADIS (EHESS – CNRS)

Conesa Pierre (2011) La fabrication de l’ennemi, Paris : Robert Laffont.

Conesa Pierre (2011) La fabrication de l’ennemi. Ou comment tuer avec sa conscience pour soi, Paris : Robert Laffont. Préface de Michel Wieviorka.

Cet essai présente un intérêt par son regard singulier sur la stratégie militaire. À contrepied des discours sur l’état du monde et des écoles de relations internationales, Pierre Conesa analyse la guerre dans une perspective anthropologique au sens large. L’auteur — qui a été directeur de la Délégation des affaires stratégiques du ministère de la Défense en France ! — propose de considérer les risques ou les menaces dont font état les strategists non comme des réalités objectives, mais comme des constructions sociales, comme une « mythologie ».

L’ouvrage, s’il reste dans le domaine de la stratégie militaire, a le mérite de déconstruire le discours stratégique en insufflant une dimension humaine et subjective aux conflits armés. À ce titre, il constitue, si l’on peut dire, le chainon manquant entre les manuels de stratégie recourant abondamment à la géopolitique mondiale et aux prédictions que déconstruit Pierre Conesa et les sciences sociales qui s’opposent à une vision stratégique de la guerre et dont l’intérêt réside principalement dans ses conséquences sur les individus (Scarry, 1985).

L’ouvrage se divise en trois grandes parties inégales. La première montre en quoi la construction sociale de l’ennemi est essentielle à la politique et à l’unité nationale. La seconde partie est consacrée à une typologie des ennemis et illustrée par de nombreux exemples. Enfin, la troisième partie s’interroge sur la capacité des régimes politiques à survivre sans ennemi principalement lorsque les conflits ont pris fin.

L’auteur s’appuie explicitement sur la thèse de Carl Schmitt pour qui la guerre est le fondement même de la politique et de l’existence de la nation. En effet, dans un mouvement dialectique, Schmitt considère que pour exister, une entité politique doit se doter d’un ennemi et le combattre. Si l’ennemi est une construction sociale, celui-ci par une série d’opérations menées par des acteurs se matérialise, rend inéluctable la guerre et légitime indirectement le pouvoir politique. L’unité nationale est ainsi  confortée. L’auteur déconstruit les processus par lesquels les acteurs, ce qu’il appelle les « marqueurs d’ennemis » (strategists, agence de renseignement, think tanks et autres « mythologistes »), rendent réelles des émotions collectives qui relèvent d’une vision faussée et mythologique de l’histoire. Il écrit que « l’adhésion de l’opinion est devenue un facteur essentiel de la mobilisation guerrière. Des acteurs sociaux vont, par leurs écrits ou leurs discours et par les mythologies qu’ils vont créer, donner consistance à ces émotions collectives en parlant à l’opinion » (p. 87-88). Dans ces discours qui se veulent scientifiques, la vision d’un monde à l’image d’un grand échiquier s’impose.

Dans la seconde partie qui constitue le cœur du livre, Pierre Conesa propose une typologie des différents ennemis qui composent les discours des marqueurs d’ennemi légitimant ainsi le recours à la force. Il en identifie neuf : l’ennemi proche, le rival planétaire, l’ennemi intime, l’occupé, l’ennemi caché, l’ennemi absolu, l’ennemi intérieur, l’ennemi conceptuel et l’ennemi médiatique. Nous ne développerons pas ce qui recouvre ces différentes figures, car elles n’intéressent pas directement notre projet avec les vétérans.

En revanche, la dernière partie est intéressante. Comment maintenir l’unité nationale lorsque l’on n’a point d’ennemi ou lorsque le conflit est terminé ? Cette question est tout à fait pertinente dans le cas par exemple du Canada dont les actions militaires relèvent en grande des actions du maintien de la paix. L’auteur montre par quels moyens les régimes politiques dans les périodes de post-conflits ont entrepris de « déconstruire l’ennemi ». À travers les commissions vérité et justice par exemple, l’oubli ou le pardon, Pierre Conesa se distancie de la perspective schmittienne en montrant comment les États peuvent se construire, certes non sans problème, dans le consensus. L’exemple de l’Union européenne est à ce titre tout à fait exemplaire.

La perspective intégrative et fonctionnaliste de l’auteur est aisément critiquable du point de vue sociologique, car à l’instar de la pensée stratégique dominante, l’auteur perpétue l’image d’une armée comme « un combattant solitaire ou une machine » (McSorley, 2013, p. 3). En outre, il ne sort pas du paradoxe même de la guerre qui réside dans le fait que « the central fact of war is injuring and the central goal of war is to out-injure the opponent, the fact of injuring tends to be absent from strategic and political descriptions of war » (Scarry, 1985, p. 12).

Néanmoins, cet ouvrage, dont l’auteur a une réelle légitimité dans le champ militaire, replace les sciences sociales et en particulier la sociologie dans l’analyse stratégique militaire. Il légitime ainsi les autres travaux sociologiques ou anthropologiques dont la place est marginale dans la pensée militaire. À ce titre, il mérite d’être salué.

 

Bibliographie :

McSorley Kevin (2013) « War and the Body », dans McSorley Kevin (dir.) War and the Body, New York :  Routledge, pp. 1-31.

Scarry Elaine (1985) The Body in Pain: The Making and the Unmaking of the World, Oxford : Oxford University Press.

 
Brieg Capitaine
Université du Québec en Outaouais
CADIS (EHESS-CNRS)

Claude Juin, Des soldats tortionnaires. Guerre d’Algérie : des jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable

Claude Juin, Des soldats tortionnaires. Guerre d’Algérie : des jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable, Paris : Robert Laffont, 2012, 363 p.

Comment de jeunes gens appelés sous les drapeaux — qualifiés d’« ordinaires » par l’auteur — sont-ils devenus des soldats tortionnaires ? Avant d’être un témoignage sur la cruauté dont a pu faire preuve l’armée française pendant « les évènements d’Algérie », l’ouvrage de Claude Juin, adapté d’une thèse de doctorat soutenue à l’EHESS en 2011, pose une question sociologique importante. Non seulement l’auteur explore les ressorts de la violence extrême peu analysée par les sociologues, mais il éclaire l’expérience sociale qu’ont vécue plus d’un million et demi d’hommes alors âgés d’à peine vingt ans, d’une génération face à l’intolérable.

L’ouvrage de Claude Juin s’appuie d’une part sur les notes à chaud de l’auteur lui-même, sur ses propres observations de la vie au cantonnement et d’autre part sur des témoignages d’anciens combattants interrogés par l’auteur ou extraits d’archives. Le lecteur circule ainsi en permanence entre le regard porté sur les autres et sur soi, entre objectivité et subjectivité. Cette position méthodologique peut surprendre, voire agacera très certainement, certains orthodoxes de l’analyse sociologique. Elle sert pourtant brillamment l’analyse dans la mesure où elle attire l’attention du lecteur sur le statut du témoignage, de l’écriture comme forme de reconstruction de soi. Elle informe également par un effet de miroir sur le passage à la violence qui semble s’imposer à mesure que disparait cette capacité de regard sur soi. L’ouvrage est divisé en trois parties.

Pour comprendre les actes de tortures, les vols et autres malversations qui ont été commis par ces jeunes soldats pendant le conflit armé, l’auteur précise d’emblée que ceux-ci furent mobilisés non pas pour faire la guerre, mais pour mener sur le territoire algérien une « mission de pacification » — le terme de guerre ne fut reconnu officiellement qu’en 1999. Cette euphémisation langagière informe sur l’idéologie coloniale et impérialiste qui, malgré l’importance accordée aux droits humains, prévaut au sortir de la Seconde Guerre mondiale. L’Algérie est alors considérée comme un département français à part entière. Lorsque la rébellion éclate, les éléments de langage mobilisés par la classe politique et les médias en général renvoient au champ sémantique policier et non militaire. Les expressions telles que « maintien de l’ordre » ou « pacification » traduisent le souci de la sécurité intérieure et non de la politique étrangère. Les jeunes appelés plongèrent ainsi dans le paradoxe d’un univers colonial où les intérêts de la patrie s’opposaient aux droits de l’homme et au principe d’autodétermination des peuples rappelé pourtant par Pierre Mendès France en 1954 alors même que des bateaux emplis de soldats — déclarés bon pour le service après trois jours de formation — traversaient la Méditerranée. Les nombreux témoignages sur lesquels s’appuie l’auteur rendent compte de la confusion qui frappait les jeunes appelés dès leur arrivée à Alger. La nervosité des soldats présents, grenades à la ceinture, la traversée d’Alger sur les fusils mitrailleurs braqués sur les civils entraient en dissonance avec la représentation de ce que devait être leur mission de pacification. L’auteur, à travers les témoignages, montre comment la figure, alors dominante de l’Arabe, se fissure, comment les questionnements sur l’histoire se font plus forts, comment les incertitudes et les doutes s’immiscent dans la conscience des désormais soldats du Djebel. Ceux-ci mesurent les inégalités de la population algérienne, les exactions commises par leurs aînés, le racisme des colons, mais perdent aussi leurs premiers « copains » tués en opération. Dès l’arrivée au cantonnement, les appelés font l’expérience du racisme, de l’arbitraire. Le froid, la peur, l’ennui, l’envie de vengeance finissent de fissurer les consciences et marquent l’avènement du désordre. Étourdis par cette plongée soudaine dans la guerre meurtrière de nombreux jeunes s’abandonnèrent au discours de la cellule d’action psychologique de l’armée ou à l’arbitraire de leur commandement. « Il n’appartenait pas au jeune soldat de démêler les paradoxes de l’action militaire et du pouvoir d’État. Sinon il perdait le sens de sa mission » note l’auteur (p. 298) qui rend compte dans cette première partie des effets d’une structure, des discours sur une génération de jeunes alors en pleine construction de soi.

La durée de mobilisation des soldats repoussée tous les deux mois achève d’instaurer une mauvaise ambiance générale. Les descriptions faîtes par l’auteur sont bien éloignées de la franche camaraderie qui se dégage parfois des clichés de campagne militaire. L’ambiance « cannette de bière », les bagarres, les souleries, l’arbitraire des ordres et la désobéissance décrites dans l’ouvrage tranchent avec l’idée de l’armée comme corps solidaire, unifiée ou l’ordre se résume à la stricte correspondance du statut et du rôle. L’auteur qui instille plutôt le sentiment d’entrer dans un univers étrange, fait d’émotions, de rancœur et de pulsions meurtrières donne à penser l’institution militaire, plongée dans le mensonge de la « pacification », comme un lieu de déstructuration, de destruction progressive de la conscience des jeunes à mesure que se prolonge leur expérience du conflit. Les témoignages d’anciens combattants ou les lettres envoyés en métropole se succèdent et décrivent tous le « sale boulot » de soldat ou la « corvée de bois » qui désignait les exécutions sommaires d’Algériens soupçonnés d’appartenir au FLN.

Une minorité rapporta par des lettres les exactions commises par leurs camarades, d’autres, de retour en métropole dénoncèrent publiquement la torture. Ils furent sans cesse censurés, certains furent arrêtés. L’histoire officielle ne pouvait s’accommoder de tels actes. Tous furent accusés d’être des ennemis de la patrie. Les mouvements de jeunesse s’appuyant sur certains témoignages tentèrent d’informer les jeunes qui partaient au combat. Toutefois, ces organisations furent souvent incapables d’entendre la voix de ces jeunes hommes brisés par l’expérience de la guerre. L’Algérie française et l’idéologie coloniale restèrent, selon l’auteur, la norme de l’époque et le prisme central de l’analyse du conflit. L’exemple de Bernard un jeune homme ordinaire en métropole et devenu véritable bourreau à la ferme Moll est à ce titre particulièrement illustratif. Néanmoins, le lecteur ne trouvera pas d’explication causale univoque sur les ressorts de la violence. Parfois au risque de se perdre, l’auteur privilégie la circulation entre le monde des institutions et celui des individus.

La troisième partie se penche sur le retour de la guerre et plus particulièrement sur la place de la mémoire dans l’engagement ou le silence de cette jeunesse une fois démobilisée. Certains témoignent, écrivent, parlent pour rendre compte de leur expérience et ainsi rétablir la vérité historique face à l’hypocrisie du pouvoir politique. Mais ils ne furent qu’une minorité. Claude Juin qui milita au sein de ces mouvements note que ceux qui ont brisé le silence, qui ont témoigné des violences observées ou qui parfois s’y sont violemment opposés sur le terrain « avaient acquis une conscience sociale et politique plus élaborée que la plupart des autres jeunes [Ils avaient conscience] du sens de la lutte engagée par les combattants algériens » (p. 70). Le militantisme apparut ainsi comme une forme d’engagement dans un collectif, comme un moyen de refouler l’isolement dont semblait souffrir les anciens soldats du djebel prisonniers de leur mémoire. Il s’agissait également selon l’auteur de donner un sens à sa vie, de rechercher la certitude du combat idéologique contre la colonisation après avoir été aussi durement questionné dans son rapport au politique ou à l’histoire.

Ils ne furent qu’une minorité à suivre cette voie, car ce qui caractérise plutôt le retour de la guerre est le silence. Pourquoi la plupart des jeunes démobilisés choisirent-ils de se taire ? « Pourtant, on aurait voulu être entendus, mais ce n’était pas possible. On se moquait plutôt de nous, ceux qui avaient fait l’Algérie » (p. 281) raconte un vétéran. Officiellement, il n’y avait pas eu de guerre. Ils n’étaient donc pas des anciens combattants aux yeux de la société française. Abandonnés par l’histoire nationale, ils ne trouvèrent aucune écoute auprès de la société. Le silence des anciens fut également entretenu par eux-mêmes. Ils cherchèrent à retrouver leur place et firent semblant d’oublier après avoir été acteurs ou témoins de la cruauté humaine. Cette position dominante nuisit à l’engagement des anciens qui militaient dans les mouvements. Elle participa à reléguer leur action à la marge de la société et à légitimer une forme de censure. L’oubli pourtant ne favorisa ni la reconstruction d’une démocratie juste et respectueuse des droits humains, ni la compréhension par les anciens du djebel des raisons qui avaient pu leur faire commettre ces violences extrêmes.

Aujourd’hui, les anciens d’Algérie parlent et témoignent. Mais les mémoires se libèrent dans la souffrance et illustrent la difficile et lente reconstruction identitaire. L’auteur de manière très fine restitue l’atmosphère et le contenu des témoignages qu’il a récoltés récemment auprès d’anciens tortionnaires : « La voix est hésitante, les mots sont comme une délivrance d’un vilain songe » (p. 279). Bernard raconte : « J’ai fini par parler, mais ce jour-là, je n’ai fait que pleurer parce que les images revenaient » (p. 230). « J’ai hésité longtemps, mais ça suffit ce silence. Dire les choses aidera peut-être les jeunes générations à réfléchir à la question de la haine et de la guerre. Et puis de toute façon, j’ai besoin que ça sorte, car je me sens un salaud. C’est un soulagement pour moi de pouvoir dire tout cela » (p. 230-231) témoigne André.

Les pouvoirs spéciaux, la pacification ont institutionnalisé la violence, ont formaté l’esprit des jeunes dont le racisme et la haine de l’autre légitimèrent les exactions. À première vue, l’ouvrage de Claude Juin peut choquer certains anciens soldats qui ont conservé le silence ou apparaître par ses révélations comme sensationnalisme. Il constitue néanmoins un travail de sociologie clinique remarquable pour toute cette génération de jeunes appelés sous les drapeaux. Les logiques coloniales implacables, l’idéologie impérialiste, les mensonges du pouvoir politique, l’absence de préparation, le désordre, l’arbitraire, la faiblesse du commandement expliquent comment ces jeunes livrés à eux-mêmes se sont transformés en bourreaux. Claude Juin montre alors comment l’écriture ou le témoignage est une voie féconde dans les processus de reconstruction d’une démocratie qui a bafoué au nom de ses intérêts particuliers, les valeurs de justice sur lesquelles elle repose. Cet ouvrage se pose ainsi au-delà du débat sur les lois mémorielles qui enflamment la scène postcoloniale en France. La reconnaissance officielle de la guerre d’Algérie, du statut d’ancien combattant et de manière plus générale des souffrances post-traumatiques dont peuvent souffrir les soldats apparaissent ainsi comme autant d’avancées sociales et culturelles consécutives à ce mouvement de libération des mémoires de ces jeunes hommes simples témoins ou protagonistes de l’intolérable.

Brieg Capitaine

CADIS (CNRS-EHESS)

Canadian Indians and the First World War

Timothy C. Winegard, 2012, For King and Kanata. Canadian Indians and the First World War, Winnipeg : University of Manitoba Press, 240 p.

Timothy C. Winegard vient de publier aux presses de l’université du Manitoba un ouvrage d’histoire militaire traitant une fois de plus de la participation des Autochtones à la Première Guerre mondiale. Néanmoins, cet ouvrage adopte une perspective originale dans la mesure où l’engagement des Autochtones dans cette guerre est analysé en tant qu’il participe à transformer les relations entre les différentes institutions et organisations en charge des Autochtones. L’auteur met ainsi en évidence les tensions et les dynamiques institutionnelles consécutives à la volonté des Autochtones de s’engager dans ce premier conflit mondial. Nous reproduisons ici la quatrième de couverture et la table des matières disponibles sur le site University of Manitoba Press. Nous ferons, dans un prochain billet, un compte-rendu critique détaillé de cet ouvrage qui s’inscrit dans notre démarche compréhensive de recherche.

Quatrième de couverture :

The first comprehensive history of the Aboriginal First World War experience on the battlefield and the home front.

When the call to arms was heard at the outbreak of the First World War, Canada’s First Nations pledged their men and money to the Crown to honour their long-standing tradition of forming military alliances with Europeans during times of war, and as a means of resisting cultural assimilation and attaining equality through shared service and sacrifice. Initially, the Canadian government rejected these offers based on the belief that status Indians were unsuited to modern, civilized warfare. But in 1915, Britain intervened and demanded Canada actively recruit Indian soldiers to meet the incessant need for manpower. Thus began the complicated relationships between the Imperial Colonial and War Offices, the Department of Indian Affairs, and the Ministry of Militia that would affect every aspect of the war experience for Canada’s Aboriginal soldiers.

In his groundbreaking new book, For King and Kanata, Timothy C. Winegard reveals how national and international forces directly influenced the more than 4,000 status Indians who voluntarily served in the Canadian Expeditionary Force between 1914 and 1919—a per capita percentage equal to that of Euro-Canadians—and how subsequent administrative policies profoundly affected their experiences at home, on the battlefield, and as returning veterans.

Table des matières :

Introduction

Ch 1: Indians and the Settler-State Experience

Ch 2: The Image of the Indian

Ch 3: Modern Warfare and the Noble Savage

Ch 4: The Privileges of Civilized Warfare: 1914

Ch 5: In the Interest of the Indians: 1915–1916

Ch 6: All the King’s Men: 1917–1918

Ch 7: Indian Soldiers

Ch 8: On the Home Front

Ch 9: Peace and Prejudice

Conclusion

Epilogue

Autochtonies. Vues de France et du Québec

Gagné N., Martin T. et Salaün M. (dir.), 2009, Autochtonies. Vues de France et du Québec, Sainte Foy, Presses de l’Université Laval, DIALOG.

L’autochtonie en tant que mouvement collectif est traversé par des tensions. Cet ouvrage collectif issu d’un colloque international qui s’est tenu, en juin 2006, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) a tenté de faire le point sur la notion d’autochtonie dans une perspective internationale et constitue pour un excellent révélateur des tensions qui traversent l’autochtonie.

Le recours constant des Autochtones au droit et donc à l’État (indirectement en tant que garant du respect des lois et directement en tant qu’adversaire) concentre des ambivalences que les travaux des chercheurs illustrent avec plus ou moins d’insistance. Car en choisissant chacun leur « camp », ces derniers forment ainsi, à l’image même de l’autochtonie un espace théorique en tension. Le terme « autochtone » signifie étymologiquement « celui qui vient de la terre même » (Littré) par opposition à l’étranger, l’immigrant. Il renvoie à l’individu et à son identité, ce qu’il est et, par là, ce qui le différencie d’autrui. L’autochtonie serait une identité qui prend sa source dans le lien inextricable que les groupes, qui s’en revendiquent, entretiennent avec la terre. Pour d’autres, la notion renverrait à une ressource politique. L’idée d’autochtonie concourrait d’une part à la résistance contre la domination dont ils ont été et sont encore les victimes et d’autre part à l’autodétermination. L’autochtonie, d’une part, apparaît dans les tensions contenues à l’intérieur même d’une unité perceptible mais fuyante et, d’autre part, met en évidence l’équilibre fragile entre universalité et singularité, égalité et différence au regard de l’implication de l’État, des institutions et des lois discriminatoires.

Comme le rappelle Lewuillon à propos de l’histoire des Celtes, n’est pas autochtone qui veut (2009, p. 6). L’autochtonie s’ancrerait et se développerait dans un contexte légal dont l’État est un des principaux acteurs. De l’assimilation à la négociation territoriale en passant par l’aide sociale, celui-ci est omniprésent dans l’expérience de l’autochtonie. Il est non seulement l’adversaire, figure de la domination qu’il perpétue encore aujourd’hui (et que le mouvement chercherait à renverser) mais aussi l’identité elle-même comme l’explique Jonathan Friedman (2009). Inextricablement liée à l’hégémonie de l’État et ce dans un processus historique continu, l’indigénéité ne ferait pas référence à un type particulier de société ni même à un mode de vie mais à une identité politique qui est un produit de la structure même de l’État (Friedman, Ibid.). Si l’autochtonie revendique un renouvellement des orientations culturelles de la société, le mouvement partagerait paradoxalement les mêmes orientations culturelles que son adversaire.

Dans un article intitulé Le retour de l’acteur autochtone, Jean-Jacques Simard, sociologue à l’Université Laval considère que les Autochtones depuis le mouvement des années 1960 « sont en train de se constituer en Sujet historique, au sens où le sujet d’une phrase est l’auteur de l’action » (2003, p. 80). Selon Simard, du point de vue de la société québécoise, il est désormais impossible d’envisager la modernisation québécoise sans y associer le destin des Premières Nations. Jadis exilés de l’intérieur, les Autochtones reviendraient au centre de l’espace sociopolitique québécois. Ceux-ci ont désormais voix au chapitre quant aux politiques économiques et culturelles du Québec et pressent la société civile à reconnaître à la fois leur apport à l’histoire canadienne ainsi que la nécessité de les intégrer dans les projets de développement ou environnementaux. Il y aurait donc une convergence ou plutôt des « orientations culturelles communes » pour reprendre les mots de Touraine (1984) entre les Autochtones et le Québec. Ces derniers sont engagés conjointement dans la construction d’une modernité commune dont la répartition des produits (travail, ressources…) resterait à définir et serait en somme l’objet du conflit. Néanmoins, ce projet se noierait inévitablement dans ses propres contradictions. En effet, pour Simard, l’acteur autochtone est avant tout un produit de la bureaucratie fédérale. De plus, si le pouvoir canadien pouvait auparavant symboliser l’oppression, celui-ci serait devenu « une composante intégrale de la condition autochtone, un peu comme une superstructure ecclésiale est organiquement indissociable de la communauté de croyants sur laquelle elle s’appuie, qu’elle encadre et définit » (2003, p. 81). En somme, si le mouvement partage désormais les mêmes orientations culturelles que la société dominante et si finalement l’enjeu de la lutte serait davantage posé en termes de redistribution, il s’éloignerait inévitablement de son but compte tenu de son attachement identitaire à la structure coloniale qui maintient les acteurs dans un « exil intérieur » (Idem).

Par ailleurs, Marcel Djama (2009) relève le paradoxe des luttes autochtones qui visent l’émancipation mais font face à ou nourrissent elles-mêmes une certaine forme d’exclusion. Denis Gagnon (2009) également montre l’émergence d’une concurrence entre les luttes des Métis francophones et anglophones consécutive au cadre restrictif dans lequel doivent s’inscrire les revendications au Canada. Cette fragmentation des luttes particulièrement visible en Amérique du Nord rend toute réelle autodétermination politique complexe et peu probable. Comme le mettent en évidence les traités ou les ententes récentes, le pouvoir concédé aux Autochtones s’organise à partir de cercles concentriques (terres communautaires, traditionnelles, étatiques) au sein desquels chaque ordre territorial serait soumis à un régime de droit particulier (Motard, Otis, 2009).

Le souci philosophique qui semble animer l’ensemble des chercheurs est d’identifier de quelle façon la décolonisation pourrait éviter l’écueil d’un nationalisme inhérent à ce statut particulier. Par ailleurs, peut-elle s’orienter vers l’articulation de visions d’avenirs différentes et divergentes. Peut-être est-ce possible, comme le propose Yannick Fer (2009), dans une réaffirmation identitaire qui se vit sur le mode d’une liberté individuelle. Mais là encore attention à la dissolution du mouvement, à la délégitimation des structures traditionnelles qui régissent le mouvement. La marge de liberté semble donc mince. L’analyse de l’autochtonie ne sacrifie pas, en tout cas dans cet ouvrage, à un effort critique et ne fait pas l’économie des tensions entre objectivation étatique (singulier) et désir de subjectivation (universel) inhérentes à l’autochtonie mais les replace, à juste titre, dans un contexte juridique particulièrement pesant qui rend précaire l’équilibre entre égalité et différence.

Si certains auteurs insistent sur l’aspect politique du mouvement, d’autres mettent en évidence la construction, l’appropriation, le travail et le « bricolage » caractérisant l’autochtonie. Celle-ci relèverait d’une quête identitaire si l’on en juge par l’étude de Sylvie Vincent sur la représentation du territoire chez les jeunes montagnais qui n’est en effet plus une réalité tangible mais une aspiration, un moyen de s’éprouver soi-même et de résister à « l’emprise de la culture euroquébécoise » (Vincent, 2009, p. 266).

Il y a donc un paradoxe entre les droits revendiqués, les motifs de revendication et l’activité de subjectivation. L’expérience du juge n’y est pas simplifiée note le juriste Régis Lafargue. En effet, si la coutume prend une place de plus en plus importante dans l’expérience des individus, il est urgent qu’elle soit inscrite en droit. À ce titre le juriste rappelle si justement que : « ce sont les humains qui font le droit et non le droit qui fait les humains » (2009, p. 192). Cette tension entre droits collectifs et citoyenneté pose ainsi des défis inédits aux démocraties de manière globale. Car le problème de l’autochtonie se pose en droit rappelle Isabelle Merle (2009) qui montre bien la pression que fait peser sur l’État la difficile adéquation entre le statut de citoyen (égalité) et celui d’indigène (particulier avec des droits coutumiers).

Le débat à l’ONU comme le rappelle Irène Bellier (2009) a cristallisé d’interminables luttes sur la terminologie et sur la reconnaissance des Autochtones non plus comme un groupe ou une minorité mais comme des peuples sur le même pied d’égalité que les nations souveraines. Cette relation avec l’État conduit par ricochet les contributeurs de cet ouvrage collectif à privilégier une approche rationnelle de l’autochtonie qui serait une arme, une ressource identitaire mobilisable, institutionnalisée et donc particulièrement performative à l’intérieur du système politique. Celle-ci serait cependant, en contrepartie, génératrice de paradoxes s’avérant destructeurs. D’une part, les revendications d’autodétermination ou de souveraineté sur la base d’un rapport de domination et d’une occupation ancestrale tendraient, comme le note Poirier (2009), à minimiser la contemporanéité du mouvement, à le rattacher constamment à un ordre ancien, à une tradition avec laquelle les Autochtones cherchent plutôt à composer de manière réflexive (2009). D’autre part, le statut distinct auquel peu à peu ils accèdent les contraint à s’installer inévitablement dans un espace juridique non conforme au droit, comme par exemple dans le cas des Kanaks de Nouvelle-Calédonie (Merle, 2009), et donc à renforcer leur marginalisation.

L’on ne peut au regard des travaux actuels sur l’autochtonie dont fait état ce livre manquer de faire le parallèle entre ces ambivalences et celles de la condition de vétérans autochtones : l’égalité de soldat et l’inégalité des droits concédés par l’État. C’est de ce point de vue que nous nous intéressons à l’expérience des vétérans.

Accédez à la recension complète de l’ouvrage dans la revue New Cultural Frontiers : Autochtonies. Vues de France et du Québec