Conesa Pierre (2011) La fabrication de l’ennemi, Paris : Robert Laffont.

Conesa Pierre (2011) La fabrication de l’ennemi. Ou comment tuer avec sa conscience pour soi, Paris : Robert Laffont. Préface de Michel Wieviorka.

Cet essai présente un intérêt par son regard singulier sur la stratégie militaire. À contrepied des discours sur l’état du monde et des écoles de relations internationales, Pierre Conesa analyse la guerre dans une perspective anthropologique au sens large. L’auteur — qui a été directeur de la Délégation des affaires stratégiques du ministère de la Défense en France ! — propose de considérer les risques ou les menaces dont font état les strategists non comme des réalités objectives, mais comme des constructions sociales, comme une « mythologie ».

L’ouvrage, s’il reste dans le domaine de la stratégie militaire, a le mérite de déconstruire le discours stratégique en insufflant une dimension humaine et subjective aux conflits armés. À ce titre, il constitue, si l’on peut dire, le chainon manquant entre les manuels de stratégie recourant abondamment à la géopolitique mondiale et aux prédictions que déconstruit Pierre Conesa et les sciences sociales qui s’opposent à une vision stratégique de la guerre et dont l’intérêt réside principalement dans ses conséquences sur les individus (Scarry, 1985).

L’ouvrage se divise en trois grandes parties inégales. La première montre en quoi la construction sociale de l’ennemi est essentielle à la politique et à l’unité nationale. La seconde partie est consacrée à une typologie des ennemis et illustrée par de nombreux exemples. Enfin, la troisième partie s’interroge sur la capacité des régimes politiques à survivre sans ennemi principalement lorsque les conflits ont pris fin.

L’auteur s’appuie explicitement sur la thèse de Carl Schmitt pour qui la guerre est le fondement même de la politique et de l’existence de la nation. En effet, dans un mouvement dialectique, Schmitt considère que pour exister, une entité politique doit se doter d’un ennemi et le combattre. Si l’ennemi est une construction sociale, celui-ci par une série d’opérations menées par des acteurs se matérialise, rend inéluctable la guerre et légitime indirectement le pouvoir politique. L’unité nationale est ainsi  confortée. L’auteur déconstruit les processus par lesquels les acteurs, ce qu’il appelle les « marqueurs d’ennemis » (strategists, agence de renseignement, think tanks et autres « mythologistes »), rendent réelles des émotions collectives qui relèvent d’une vision faussée et mythologique de l’histoire. Il écrit que « l’adhésion de l’opinion est devenue un facteur essentiel de la mobilisation guerrière. Des acteurs sociaux vont, par leurs écrits ou leurs discours et par les mythologies qu’ils vont créer, donner consistance à ces émotions collectives en parlant à l’opinion » (p. 87-88). Dans ces discours qui se veulent scientifiques, la vision d’un monde à l’image d’un grand échiquier s’impose.

Dans la seconde partie qui constitue le cœur du livre, Pierre Conesa propose une typologie des différents ennemis qui composent les discours des marqueurs d’ennemi légitimant ainsi le recours à la force. Il en identifie neuf : l’ennemi proche, le rival planétaire, l’ennemi intime, l’occupé, l’ennemi caché, l’ennemi absolu, l’ennemi intérieur, l’ennemi conceptuel et l’ennemi médiatique. Nous ne développerons pas ce qui recouvre ces différentes figures, car elles n’intéressent pas directement notre projet avec les vétérans.

En revanche, la dernière partie est intéressante. Comment maintenir l’unité nationale lorsque l’on n’a point d’ennemi ou lorsque le conflit est terminé ? Cette question est tout à fait pertinente dans le cas par exemple du Canada dont les actions militaires relèvent en grande des actions du maintien de la paix. L’auteur montre par quels moyens les régimes politiques dans les périodes de post-conflits ont entrepris de « déconstruire l’ennemi ». À travers les commissions vérité et justice par exemple, l’oubli ou le pardon, Pierre Conesa se distancie de la perspective schmittienne en montrant comment les États peuvent se construire, certes non sans problème, dans le consensus. L’exemple de l’Union européenne est à ce titre tout à fait exemplaire.

La perspective intégrative et fonctionnaliste de l’auteur est aisément critiquable du point de vue sociologique, car à l’instar de la pensée stratégique dominante, l’auteur perpétue l’image d’une armée comme « un combattant solitaire ou une machine » (McSorley, 2013, p. 3). En outre, il ne sort pas du paradoxe même de la guerre qui réside dans le fait que « the central fact of war is injuring and the central goal of war is to out-injure the opponent, the fact of injuring tends to be absent from strategic and political descriptions of war » (Scarry, 1985, p. 12).

Néanmoins, cet ouvrage, dont l’auteur a une réelle légitimité dans le champ militaire, replace les sciences sociales et en particulier la sociologie dans l’analyse stratégique militaire. Il légitime ainsi les autres travaux sociologiques ou anthropologiques dont la place est marginale dans la pensée militaire. À ce titre, il mérite d’être salué.

 

Bibliographie :

McSorley Kevin (2013) « War and the Body », dans McSorley Kevin (dir.) War and the Body, New York :  Routledge, pp. 1-31.

Scarry Elaine (1985) The Body in Pain: The Making and the Unmaking of the World, Oxford : Oxford University Press.

 
Brieg Capitaine
Université du Québec en Outaouais
CADIS (EHESS-CNRS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *